Ma Photo

Actualité

  • Parution le 15 mars 2012

    Actu

    Paru le 2 novembre 2009

    Actu

    Actu

    Traductions

    Actu
    Corée

    Actu

    Corée

    Actu

    Inde

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Chine

    Actu

    Pologne

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Argentine

    Actu

    Corée

    Actu

    Espagne

    Actu

    Portugal

    ----------

    Actu

    Actu

    Actu

« Honte à Pékin | Accueil | Beware of boycott backlash »

Commentaires

Voilà que ce cher GS insulte la cuisine Française! Ah non! Vous dépassez les bornes. La ratatouille, pour qu'elle soit bonne, c'est d'abord une affaire d'ingrédients. On ne fait pas cohabiter n'importe quoi, et surtout, on ne choisit pas en fonction de la gueule du légume. Ensuite, ça ne s’improvise pas. Il faut avoir la recette bien en tête, et tenir le cap à la cuisson. Enfin, ça n’attend pas (quoique réchauffé, ce soit encore meilleur). Il faut servir quand c’est prêt.
Bref, on pourrait encore broder des kilomètres, mais je viens de faire mon jogging dans Central Park (sur le parcours de Marathon Man, le souffle en moins), et les kilomètres, ça suffit.
Je vous prierai donc, dorénavant, de ne plus employer le terme « ratatouille » pour illustrer l’état de la Chirakoserie. Français de l’étranger!

Votre constat est assez juste. D'ou la deception de beaucoup d'entre nous: Nous n'avions pas vote pour ca...
Jusqu'a present nous expliquions qu'il fallait attendre avant de juger etc...
Personnellement, il me semble que maintenant "la messe est dite", en effet, les changements importants de "fond" qui ne sont pas fait dans votre premiere annee de mandat ont tres peu de chances d'etre realises.
Une annee, nous y serons dans quelques semaines.
Et les grandes lignes sur les grands themes n'ont pas bougees d'un iota: service minimum, deficit secteur public, dette, licenciements, etc...
Quand on voit qu'il a ete plus que bien elu, et avec, immediatement apres, une confortable majorite au Parlement, on ne peux que constater une perte additionnelle (apres Mitterrand, Chirac et maintenant 5 ans de plus...) de temps qui va finir par nous couter tres cher et donc un immense gachis car nous n'avons plus tellement de temps dans ce monde globalise ou beaucoup de gens, en Asie et ailleurs, prennent leurs vies et leurs destins en main de facon tres volontaire et dynamique.

Pour ma part, le declin de la France et de l'Europe est evident et apres avoir quitte ma douce France il y a plus de 15 ans, je pousse mes gamins vers des etudes aux USofA (ce que je n'envisageais absolument pas il y a 5-10 ans, la France etant la solution evidente pour leurs etudes) et je les tourne vers l'Asie. Ma fille apprend le Mandarin depuis maintenant 3 ans et elle adore ca, je vais pousser mon fils vers quelquechose de similaire. On revient du Vietnam, peut-etre le Vietnamien??...

Vous n'avez pas voté pour ça... Assurément. Mais, oserai-je, ce résultat était dans les cartes. Ceux qui ont pris la peine d'étudier le personnage "Sarkozy" ont compris bien avant l'élection. Cela dit, je comprends tout à fait qu'on ait voulu croire à la musique qu'il nous a joué, avec un certain talent. Mais c'est un bateleur sans colonne vertébrale.

Pour ma part, j'ai soutenu Bayrou : celui là, je ne sais pas trop ce qu'il aurait fait face au contexte, mais une chose est sure : il n'aurait pas changé d'avis au gré des sondages. Cela dit, lui aussi est compliqué, alors...

Dans le milieux prolo, il y en a bien, parmis les réalistes qui résument par :
Si ça change pas c'est que ça en arrange beaucoup.
Comme d'hab.

le principal point commun est que tous deux savent mieux gagner une élection que faire quelque chose de la victoire.

Il est vrai que les problèmes sont considérables, et se posent à la fois au plan européen et mondial. A cet égard, la différence est profonde entre les deux. Sarko = union avec les E-U pour le meilleur et pour le pire. Or le meilleur ils se le gardent !

@Un chouka, ce serait bien que ce soit des prolos qui conseillent les ministres et les présidents sur la manière de dire, pas l'accent dont tout le monde sait qu'il est feint par Sarkozy, mais sur les arguments, ne pas remplacer le cinoche par un autre cinoche (Raffarin shootant dans les boulettes de petrole ça n'est pas passé). Il n'y a qu'à voir comment le CPE a été présenté par Villepin, jamais il n'a tenté de dire la vérité, essayant de faire passer ça rapidement comme un acquis social, alors que ce n'était une mesure réaliste et nécessaire, un acquis social au deuxième degré. Sans doute aurait-elle été contestée aussi s'il avait avoué que ce n'était qu'un pis-aller mais que l'on avait pas le choix, quelque chose comme ça, mais il n'aurait pas perdu toute sa crédibilité. (voir aussi son cirque devant l'ONU à New-York genre Tintin en Amérique.) Moi aussi j'ai soutenu Bayrou parce qu'il était le seul à parler de la complexité des problèmes. Les autres ont gagné parce qu'ils passaient mieux à la télé, parce qu'ils étaient marrants, on a voté pour des comiques.

Tristes constats, que je partage entièrement. Et pourtant les problèmes sont là, aggravés encore par la conjoncture mondiale. Nous espérions Thatcher, nous avons eu tchatcheur....Mais comment notre pauvre pays va-t-il pouvoir s'en sortir?

la cause est entendue depuis bien longtemps, on ne vas pas tirer sur une ambulance, je pense modestement que la situation va économiquement et politiquement se dégrader à un tel point que sarkozy ne pourrait même pas se représenter en 2012. bon, qu'est-ce-qu'on fait maintenant, on se résigne à attendre 2012, que proposez-vous monsieur GS ? pour ma part je ne peux que souhaiter (sans trop y croire) une révolte des parlementaires UMP, en clair une motion de censure venant directement de l'UMP : puisque Sarkozy emmène l'UMP et toute la droite/centre-droit à l'abattoir présidentiel et législatif en 2012, alors que les parlementaires UMP montrent un peu de courage et provoquent la chute du gouvernement Fillon, Sarkozy sera bien obligé de dissoudre l'assemblée nationale avant de repartir à Neuilly en 2012. c'est comme au cinema, on a payé pour voir une superproduction qui n'est qu'une mauvaise série b, est-ce qu'on reste jusqu'à la fin ou on quitte la salle tout de suite ?

on ne tire pas sur une ambulance certes, mais...

... si les électeurs faisaient un peu d'autocritique ?

Vue de BXL, cette collection d'avis reflète bien un schéma mental fort français.
On conteste, on jargonne.
Or que presque personne parmi ces intervenants (autant G.S. que ses bloggeurs préférés) ne peut se targuer de posséder une expérience assez gigantesque pour dire le COMMENT AGIR et CHANGER EFFECTIVEMENT votre société française et ses institutions rouillées.

Bon Dieu (expression laïque), au-delà de critiques faciles qu'on retrouve dans toutes les colonnes de vos journalistes (qui n'ont qu'à babeler), imaginez donc les montagnes d'inertie qu'il faut remuer aujourd'hui... en respectant les prescrits de l'Etat de droit, des contraintes engendrées par l'U.E., ces innombrables résistances dedits interlocuteurs sociaux (...), les manifestations de rues orchestrées à chaque occasion, sans compter ces peaux de bananes jetées par l'opposition et vos syndicats abscons sous chaque pas de vos responsables publics (sinon ceux d'entreprises).
Pas plus tard qu'hier, il m'arriva encore d'en débattre ici avec un groupe de résidents français installés en Belgique... pour constater qu'eux-mêmes - vos compatriotes - s'inquiètent des entraves de toute sorte mises à la TRANSFORMATION d'une situation que les étrangers regardent avec beaucoup d'ironie. Balyons chacun devant notre porte. Redevenir un GRAND pays dans une économie globale demande autre chose que de jargonner. Chacun doit y mettre du sien, de bas en haut, pas seulement l'inverse!

NB: à G.S.,
j'ai acheté votre dernier ouvrage... le lis avec intérêt, y porte beaucoup d'annotations à chaque page. C'est dire si un lecteur peut trouver de l'intérêt à épouser vos propos, sinon à les nuancer, voire à marquer sa désapprobation. Simple avis pragmatique d'une belge.

Sarkozy ne se chiraquise pas, il est son fils politique légitime!

A quelques exceptions près, presque tous nos hommes et femmes politiques sont communistes de l'âme et socialistes dans les actes; qu'il soient de droite, de gauche, du centre ou des extrêmes ...

Ils sont choisis de nous faire arpenter "la route de la servitude", et nous en subirons les conséquences logiques tant qu'un nombre suffisant d'individus libres ne leur diront pas simplement et calmement : "Non Serviam"!

Nomis a raison: on parle, on parle, mais que voulez vous faire d'autre? Moi je suis parti, voila ce que j'ai fait... Est-ce que je le regrette? Pas une seconde... Les Universites en France sont encore plus pauvres et insignifiantes qu'il y a 15-20 ans: j'ai donc fait le bon choix pour mes gamins qui peuvent regarder autre chose que Nanterre (Universite type "Tiers Monde") ou meme nos fameuses "Grandes ecoles" qui brillaient tant il y a 15-25 ans mais qui semblent si franco-francaises aujourd'hui...
Mais meme parti, on a le droit d'observer et de commenter, non??

Delpla a raison aussi: on a les dirigeant que l'on merite. Et il est bien vrai que les Francais se passionnent plus pour la couleur de la culotte de Carla que pour les problemes de fonds.
Mais meme si on a vote pour Sarko, il faut aussi reconnaitre que, face a Sego, ca n'est pas comme si nous avions le choix...

Mais c'est le role de ce que l'on appelle un "Homme d'Etat" que d'affronter ce genre de problemes. Les gens sont un peu poussifs, egoistes et enkystes dans leurs habitudes? L'Homme d'Etat sait les bousculer pour mener a bien les changements qu'il croit/sait necessaires. Et ce faisant il prends un risque sur sa position. Mais c'est la seule facon d'avoir les vrais changements structurels dont nous avons besoin. La seule facon avec, bien sur, le scenario de crise totale et finale type Armageddon financier ou guerre, evenements qui sont toujours vecteurs de changements profonds.
Je pensais que Sarko etait cet Homme d'Etat. Je me rejouissais de voir qu'il avait ete tres bien elu, et que le peuple de France lui donnait dans la foulee une majorite plus que confortable a l'Assemblee, choses qui rendaient la tache plus "facile".
Je ne peux que constater le gachis aujourd'hui.
Je ne suis pas pret de rentrer en France autrement que pour mes vacances de sibarite: j'adore les musees Francais, la grande Musique, la Grande Cuisine et les grands Vins!!

Que voila des propos bien désabusés, Monsieur Sorman ! Vous le champion du libéralisme dont M Sakorzy s'est tant réclamé lors de sa candidature… Seriez-vous devenu à votre tour une de ces "pleureuses" que vous railliez tant dans un billet précédent ? Franchement, qu'attendiez-vous du Petit Napoléon ? Il est vrai que, depuis plusieurs années, le grand cirque médiatique Sarkozy matraque les français par ses prestations quotidiennes à la télé ou dans les journaux, propres à séduire les plus endurcis, moins par réelle conviction que par réflexe pavlovien acquis avec le martèlement répétitif de ses interventions, ses discours sécuritaires en tant que ministre de l'intérieur, racoleur et démagogique comme candidat, affirmatif et péremptoire comme président. Auriez-vous donc été sensible à son chant des sirènes ?

Au bout d'un an, que reste t-il de toutes ces gesticulations, cette logorrhée, cette inflation verbale ?
Parmi les reproches les plus partagés :
- Beaucoup de promesses non tenues par une action brouillonne avec des réformes engagées à la hâte, insuffisamment préparées, dont le résultat n'est pas à la hauteur des espérances… (universités, retraites, nouveau contrat de travail etc…)
- Des cafouillages dans le discours des membres du gouvernement, déclarations tonitruantes incohérences, rixes verbales entre membres, etc…
- Des cafouillages dans les décisions qu'on annonce et qu'on dément (carte famille nombreuses, etc…).
-Des propositions présidentielles surprenantes et abruptes comme la suppression de la pub à la télé, ce qui a créé un profond malaise dans le personnel de France Télévision.
- Des propos présidentiels saugrenus, voire contradictoires sur la religion remettant en cause la laïcité et l'équilibre fragile obtenu par la loi de 1905 qui a, avec le temps, fait consensus, à un moment où prolifèrent les activismes religieux de plus en plus exacerbés.
- Le lancement; la mise en scène dans la grande tradition du locataire de l'Elysée de messes médiatiques spectaculaires comme le Grenelle de l'Environnement : montagne qui accouche ces derniers jours, de la souris difforme (par rapport aux conclusions de ce G.E) mais contagieuse (pour les autres cultures) de la loi sur les OGM, qui a déclanché la fureur de Nathalie Kociusko Morizet, jeune femme brillante, dynamique et ouverte, aux convictions écologiques sans faille, obligée de s'excuser pour ses propos justifiés face à la capitulation de l'Assemblée devant les lobbies agroalimentaires.
- Enfin, sur le plan économique (le votre !), une détection et une réaction très tardive à l'envolée des prix, sujet essentiel pour la vie des Français, ce qui, vous en conviendrez, fait douter de la compétence des conseillers économiques de notre cher président. Le seul point positif est le recul du chômage… dont ce gouvernement ne se lasse pas de s'octroyer les mérites. C'est vite oublier un certain Arthur Okun, conseiller économique de J.F Kennedy qui a mis en évidence une loi reliant le taux de chômage au PIB qui, appliquée à la France actuelle (avec les corrections nécessaires de mise à jour depuis les années 70) montre un écart significatif entre le taux prévisible et le taux actuel (meilleur et c'est tant mieux !!!) par rapport au variation du PIB pour la même période. Cela signifie clairement que d'autres facteurs conjoncturels améliorent le taux depuis 2005. Le plus important est facile à mettre en évidence, en examinant la corrélation entre l'amélioration du taux et le départ à la retraite de nombreux travailleurs de la génération du baby boom, nés en 1945 et années suivantes, qui doivent, pour une partie, être remplacés, "boostant" ainsi les offres d'emploi. Il y a donc de la part du gouvernement malhonnêteté intellectuelle à se glorifier d'un heureux hasard de circonstance. Ceci est d'autant plus vrai que la conjoncture économique mondiale avec une économie américaine, qui était florissante sous l'ère Clinton, permettant à l'époque une embellie du marché du travail Français pendant les années 1995-2000, alors que les socialistes soient au pouvoir, (argument encore plus convaincant pour certain !), s'est complètement retournée avec les désastreuses années sous l'administration Bush, le crack du marché immobilier et l'enlisement de la très coûteuse guerre d'Irak, avec à la clé un déficit abyssal. Ces conditions devraient conduire à une augmentation plutôt qu'une diminution du taux de chômage….
Un autre point suspect est la modification récente du mode de prise en compte et de calcul du nombre de chômeurs, qui a entraîné des grèves à l'INSEE pour ce motif. Pour le prouver, voici ci-dessous les adresses URL de 2 sites dès la 1ere page de recherche du moteur Google sur les grèves à l'INSEE, c'est dire que je n'ai pas eu à chercher longtemps :
(http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/social/20070426.OBS4115/les_statisticiens_du_chomageappellent_a_la_greve.html?idfx=RSS_notr et http://acdc2007.free.fr/tract26.pdf .

- Quant à l'étranger, la mégalomanie de Sarkozy et sa promptitude à "tirer la couverture" comme pour le traité simplifié, ses familiarités qui se veulent démontrer un comportement cool ont immédiatement agacé les dirigeants des pays voisins, à commencer par l'Allemagne dirigée par la très austère Mme Merkel. Sa réputation ? Il n'y qu'à consulter la presse américaine, anglaise, allemande. Des journaux aussi sérieux que le "Washington Post" ou le "New York Herald Tribune", ne se gênent pas pour se gausser de notre "président bling bling", de ses réactions étonnantes, de sa vie personnelle "haute en couleur" (colorfull) médiatisée comme une vedette d'Hollywood.

En conclusion, je comprends votre coup de blues et votre déception mais les Français ont voté et la maxime populaire dit : "Quand le vin est tiré, il faut le boire"...


Sarkozy est moins courageux que pendant les présidentielles.

Il ne cherche plus des voix, sans doute...
http://leblogdrzz.over-blog.com

Une erreur de conjugaison s'est glissée dans mon texte... Il faut lire : "...alors que les socialistes ETAIENT.." et non pas : "...alors que les socialistes SOIENT...". Merci et acceptez mes excuses...

Monsieur Sarkozy, comme tous nous anciens présidents depuis trente ans a chaussé les pantoufles de cyanoacrilate.

Il est collé au sol et ne peut déjà plus rien faire! Il récolte déjà les conséquences de ses actes: il a été élu avec une large majorité, il devait en cela légiférer par ordonnances pour faire les réformes au plus vite et ensuite gérer les résultats ... il a voulu faire le malin et donner l'impression que c'était grâce à lui que le pays allait mieux ... le voila maintenant contrait à subir les conséquences de ses propres actes!

Nous sommes embarqués dans 5ans d'immobilisme supplémentaire; et l'opposition d'apparat de la gauche n'en est que la meilleure preuve!

Jolie liste, cher McClean, à laquelle vous eussiez pu ajouter les commissions grandes et petites qui ne débouchent sur rien, les vacances bling bling et les missions en Lybie pour tenter de garder Cécilia, suivies des humiliations parisiennes du Rais, les hallucinations bien-pensantes sur les enfants et la Shoah et les félicitations aux nouveaux curetons traditionalistes, les doublements+ du salaire présidentiel, les remariages hâtifs avec des Montespan, et les Guainoseries a n’en plus finir, dont la célèbre tirade coloniale sur « l’homme Africain qui n’entre pas dans l’histoire ». Au point que même mes amis les plus Sarkozystes avouent maintenant piteusement que le personnage n’est pas, mais alors, pas du tout à la hauteur de la fonction. Imaginez cela: on en vient Presque à regretter Chirac! Et le tout, dans un contexte de FN disparu, d’opposition exsangue, et d’une certaine ouverture d’esprit des Français envers le libéralisme. Sarko a donc réussi l’impossible. Chapeau, l’artiste! Comme je l’ai déjà suggéré, enfermez le au Club Med avec sa Montespan, et laissez Fillon gouverner. Ça nous fera le plus grand bien.

Constat de petit belge:
cette logorrhée, cette inflation verbale "à la française" se poursuit depuis le début du sujet.
Le français écrit, généralement bien, critique (à tout coup). Lui arrivera t'il parfois de réfléchir avant de pérorer comme il le reproche tant à son président, ou à tout qui dirige?
Vous êtes moulés dans un schéma daté de 1936, actualisé en 1981, dont vous ne vous savez vous détacher aujourd'hui.
Ceci ne me donne qu'une envie : retourner m'affairer ailleurs, sur des choses susceptibles de remuer la société engourdie.

Nomis ne vous laissez pas envahir par la mélancolie du dimanche, ce temps gris. Demain c'est lundi, et vous verrez tout ira mieux.
Le printemps revient !
Remuer la société toute engourdie.. je dirais même plus: Changer la vie !

Au cours des premiers mois, Sarkozy avait l'air d'être déchaîné, il était en fait enchaîné, par ses actes mêmes.
Pour sortir de son impasse, il y a des solutions, elles sont naturellement libérales : une baisse drastique de l'imposition (10 points, en espérant une relance par l'effet Laffer) et la fin du monopole de la Sécu. Là, ce serait un véritable tournant !

Ne soyez pas trop dur avec Sarkozy ! Redevenons sérieux ?

Est-ce que quelqun ici aurait voté pour Ségolène Royal ? Est-ce que cela aurait mieux avec Ségolène Royal ?

A mon avis avec Royal on aurait eu une guerre civile depuis longtemps. Toutes les racailles de banlieues auraient fêté son election en brulant des voitures !

Or avec Sarkozy, les clandestins rasent les murs ou se jette par les fenêtres ou du haut des ponts...

Donc il y a quand meme un effet Sarkozy !

Et puis avec sont style bling bling irritant, il se fait détester de toutes nos voisins Européens et est la risée du monde entier. Il est détesté par la gauche, et maintenant meme les gens de droite le detestent !

Finalement, il y a un point positif qui se profile, c'est que grace a lui on pourrait connaitre les dernières heures de la 5eme république, voire meme se débarrasser définitivement de cette caste politique qui créer plus de problèmes qu'elle n'en résout !

Grace à Sazkozy on pourra liguer tout le peuple contre le roi, et Sarkozy connaitra le meme sort que Louis XVI.

L'heure de la révolution et du grand remaniement est proche. Et cela est possible grace au caractère frimeur, menteur, vulgaire, pretentieux, irrespectueux, megalomane, exhibitionniste, irréfléchi, impulsif, irresponsable, immature de notre président de (feu) la république.

@Quimboiseur

Oh l'excuse! est ce que quelqu'un ici aurait voté ségolène ... Et si on avait du choisir entre staline et hitler, lequel était le moins pire?

Ce n'est pas parce que ségolène était lamentable et que la gauche était grotesque aux dernières élections, que pour autant sarkozy peut faire n'importe quelle ânerie sans que le peuple lui en demande compte!

@Quimboiseur

Oh l'excuse! est ce que quelqu'un ici aurait voté ségolène ... Et si on avait du choisir entre staline et hitler, lequel était le moins pire?

Ce n'est pas parce que ségolène était lamentable et que la gauche était grotesque aux dernières élections, que pour autant sarkozy peut faire n'importe quelle ânerie sans que le peuple lui en demande compte!

Historien, je suis friand de ce que les gens disent sur le moment et depuis 2001 je commets des éditos d'actualité que je laisse en ligne et qui vieillissent plus ou moins bien.

De celui d'avril 2007 il appert que j'ai voté Ségolène (au second tour du moins), sans le moindre enthousiasme : http://www.delpla.org/article.php3?id_article=292

"Bien élu", Sarko ? Je ne trouve pas. La complaisance médiatique était à son comble, la division du camp adverse aussi. Je rappellerai qu'aucun des nombreux folliculaires qui ont torché une bio pendant la dernière année n'a osé écrire qu'il avait eu son bac avec 9 de moyenne et oral de rattrapage, au mieux ils disaient "élève moyen" et nous avons su la vérité après l'élection. En soi cela n'a rien d'infamant, mais c'est cette complaisance qui en dit long, s'agissant d'un candidat qui crachait sur le laxisme de mai 68 et n'avait à la bouche que la "valeur travail".

Il est bon que l'historien rappelle cela, car aujourd'hui la presse française est devenue un peu moins complaisante et parfois même insolente, voire injuste. Cf. une campagne démago contre sa biographie de Georges Mandel, qui serait à la fois un plagiat bâclé et un travail au petit point pour dévaloriser de Gaulle : http://www.delpla.org/article.php3?id_article=327

Il y a sûrement mieux à faire que de jeter le manche après la cognée et de vomir la République ou la démocratie.

En particulier, si je m'adresse à des libéraux, je les invite à réfléchir que leur idéologie est souvent déclinée en formules-miracles. Se contenter de libérer les initiatives patronales alors qu'elles ne l'ont jamais été autant sur la terre et que c'est celle-ci qui tout entière va mal et descend dans la rue quand il y a de la place entre les flics ? ?

Le principal problème pour un libéral en France est que quel que soit le candidat qui se présente, il votera pour "le moins pire" en espérant être agréablement surpris, puis sera déçu de ne pas avoir été agréablement surpris...

Bayrou et SR n'auraient pas été différents, mais auraient, de plus, dû composer avec des majorités encore plus formatées par le prêt à penser étatiste français.

Tant que les cabinets ministériels seront pléthoriques et verrouillés par les bons petits soldats de "l'état Fort", rien ne changera. Tant que le personnel politique sera majoritairement issu de ce sérail, rien ne changera.

Et je suis très pessimiste pour l'avenir, quand je vois la quantité et la qualité de ceux qui vont voir ailleurs.

@ Nomis: Vous demandez, "vous causez, mais que faites vous": Il y a une foultitude de petites initiatives libérales qui tentent de sortir le libéralisme français de sa léthargie.

Sans résultat tangible aujourd'hui, car ces initiatives sont brouillonnes et désordonnées, et le système est très bien verrouillé.

mais j'ose espérer que que ces initiatives sont à l'origine du changement légèrement positif vis à vis de nos idées que l'on commence à observer dans l'opinion, qu'il se prolongera à l'avenir, et contraindra ceux qui ont le pouvoir de déverrouiller le système de le faire.

à l'historien (prof.) Delpla, sur son:
[En particulier, si je m'adresse à des libéraux, je les invite à réfléchir que leur idéologie est souvent déclinée en formules-miracles. ]

Puis-je vous suggérer, docte français, qu'IDEOLOGIE s'applique aux tenants des pensée des gauches plurielles (là où vous vous déclarez)...

mais qu'en libéralisme elle est DOCTRINE (celle-ci laissant à ses pratiquants une latitude de pensée et d'action que les premiers nommés ne pratiquent pas à saine égalité)?

Rappel à un autre français: Ce "bling-bling" insultant dont on affuble votre président vient de milieux d'ENVIEUX. Ces gens ordinaires qui crachent aisément sur celui dont ils n'ont pu égalé la réussite et le clinquant. Soit un comportement bassement humain, antérieurement dénoncé par la religion (jusqu'à 1905?). Procédé bassement actuel dont je remarque - sans désirer le lire - que votre Canard enchaîné fait son gros titre, l'aidant ainsi à mieux remplir ses caisses!

@ Vincent: ayant pratiqué moi-m^me l'expérience de d'insuffler des CHANGEMENTS au sein de très grandes organisations, j'aime à rappeler un de ses catalyseurs (pré-requis):
- un sentiment largement installé de l'URGENCE à devoir le faire.
Apparemment, le français moyen (conforté par l'idéologie des gauches) n'a pas encore eu ce déclic, sinon que de geindre en demandant à son Etat-Providence de remédier, sans accepter de sacrifier un tantinet aux mauvais réflexes d'auto-protection.
La méthode UMP du président Sarkozy consiste à secouer les pruniers à l'aide de N perches agitées simultanément, en sachant que l'INERTIE des milieux concernés ne permettra que d'en détacher d'abord les fruits pourris, puis ensuite des fruits assez mûrs, laissant encore du temps à ceux pas (mentalement) mûrs de réfléchir davantage avant de se décider à rallier le sol.
Espérons que la théorie de Newton sur la gravitation sera largement comprise des petits français, envieux ou plus constructifs. :-)

@Nomis,
« La méthode UMP du président Sarkozy consiste à secouer les pruniers à l'aide de N perches agitées simultanément… ». Je m’inquiète rétrospectivement des "changements que vous avez INSUFFLES". Car ce qui manque bien au Sarkozysme, c’est une méthode, et une unité d’action, sans lesquelles on ne peut pas grand-chose. Rien à voir avec le secouage de prunier. Vous élevez donc la ratatouille décrite par GS au rang de stratégie. Fort bien. On en voit les résultats. Et en bon technocrate, bien entendu, vous rejetez la faute du manque de réformes sur le dos de cette populace gauchistes Française, envieuse et frustrée de ne pas se faire payer ses voyages de luxe par ses copains friqués (entre autres).
J’ai personnellement une plus haute idée de l’éthique et de la fonction présidentielles. Et dois-je vous rappeler au passage que ces sales gauchistes plébiscitent Fillon. Vous vous trompez une fois de plus, cher Nomis. Le problème, aujourd’hui, c’est pour beaucoup Sarko et sa ratatouille.

@Quimboiseur
Vous appelez à la révolution, mais vous voudriez mettre quoi à la place de notre rfépublique? C'est peut-être là, en se posant cette question, que l'on retrouve la vérité de cette déclaration maintes fois citée de Churchill, "la démocratie, le pire des régimes, à l'exception de tous les autres...". Quoi mettre en effet, qui ne soit pire? Un despotisme éclairé? Oui, mais qui, et avec quelles lumières? Nous pourrions toujours proposer Guy Sorman....;-)

"Vous appelez à la révolution, mais vous voudriez mettre quoi à la place de notre rfépublique ?"

@El oso,

Je propose de diviser la France comme l'Allemagne avec des régions fortes ayant leur autonomie propre et bannir cet etat central jacobin qui concentre tous les pouvoirs pour tout bloquer !

On a bien réussi à divier la France en 5 zones téléphoniques ? Et bien gardons cette division téléphonique pour créer 5 grandes régions indépendantes !

Divisons le pouvoir, répartissons le sur l'ensemble du territoire. Il faut bannir cette surenchère de concentration des pouvoirs ! Trop c'est trop !

Les politiciens n'ont de cesse de tout faire pour augmenter leurs champs de compétence, leurs domaines d'activité, toutjours plus de pouvoir, toujours plus...

Aujourd'hui c'est la carricature, on n'a plus de parlement, on n'a plus de prermier ministre, car TOUS Les POUVOIS sont concentrés dans les mains d'un SEUL homme : Nicolas Sarkozy !

Cette mascarade a assez duré ! Il faut rendre le pouvoir au peuple, il faut diviser le pays, il faut le segmenter !

L'état ne s'occupera que de l'armée !

Les régions gereront elles memes leur politique de santé, leur politique d'education, leur police !

Voila j'ai fait des propositions concrètes sur le plan politique !

Sur le plan économique, une flax tax de 40% pour tout le monde : individus, entreprises !

Pas de taxes sur des entreprises qui n'ont pas eu leur premier €uro de chiffre d'affaire.

Pas d'impots forfaitaires sur les entreprises en prévision de leur chiffre d'affaire, mais des impots uniquement basés sur le chiffre d'affaire réel !

Pas de taxes sur les entreprises en cours de leur première année d'existence !

Voila ce que je propose !

La possibilité pour les gens de choisir s'il veulent rester à 100% à la sécu, à 80%, à 50%, à 0%... et ainsi effectuer des prelèvement au pro rata de ce coefficient, mais leur accorder la couverture maladie au prorata de ce coefficient... Ca libèrerai le pouvoir d'achat des gens en bonne santé !

La solidarité pour les gens ayant des maladies chroniques, inucurrables ou très lourdes !

Quimboiseur: "morcellons en 5 entités"...

Ce que vous préconisez est un fait établi, au travers de l'U.E. des REGIONS.
Aujourd'hui, nous en comptons officiellement 283; 350 en devenir quand les dix derniers adhérents auront atteint une pleine "intégration". Plus de 400 le jour où nous ajouterions la TK, etc?
Si vous raisonnez un instant en termes de dynamique des organisations (publiques, quasi-démocrates) et enchevêtrez les interactions/décisions de ces 350 régions, en 27 Etats-Membres, avec chapeau U.E. à CINQ institutions influentes. Plus le réseau de la C.E.S. et ces 10.000 lobbyists qui vendent la intérêts respectifs des REGIONS et SECTEURS...
vous aboutissez à un magma d'où la clarté décisionnelle est tout sauf présente. Je ne parlerai pas de l'inefficacité résultante à chaque crise circonstancielle qui se produit.

Je laisserai le soin à ETF de juger là où il y a manque de "méthode Sarkozy" dans ce magma (tout en reconnaissant son rôle difficile, autant que celui frustrant de votre Premier Fillon).

Ah ! Fugace courage !

A-t-on les politiciens que l'on mérite ?

Le courage de Sarko semble s'être embarqué dans un "Stealth" de L'US Air Force.

YG

Allez, encore un peu de Sarko-bashing dans le NY Times...
Il parait qu'il a répondu à un SMS alors qu'il causait avec le pape!? Oh! Nicolas!!!
Finalement, je l'aime bien, notre petite saucisse nationale...

http://www.nytimes.com/2008/04/15/arts/15sark.html?_r=1&8dpc&oref=slogin

Fallait voter Ségolène !


(Je plaisanteuh !)

Je suis "extremement" decu de la politique actuelle du gouvernement. Les demi mesures sont presque les plus inefficaces. Elles mecontentent ceux qui attendais de vraies reformes et sont du pain benis pour l opposition qui n a pas de peine a recycler les memes arguements faiblards mais neanmoins suffisant pour rester dans l immobilisme!
Je crois bien que cela fait environ 30 ans que c est comme ca et je ne vois vraiment pas comment ca va changer...

Pour ceux qui ont la posibilité de lire le magazine Suisse l'Hebdo,interview de Guy Sorman sur l'économie libéral.

Il y a un point où je vous trouve un tantinet optimiste en déclarant "que même les socialistes ne contestent plus le libéralisme tout en voulant rendre ce libéralisme à visage humain"
En Suisse toutes les réformres libéral entrepris par la droite aux parlemant est systematiquement attaqué par réferendum par les socialistes,de même qu'en France Michel roccard à préfacé un ouvrage vicéralement anti-libéral écrit par un socialiste, député je crois.Je me souvient plus de son nom et le nom de l'ouvrage.

D.J

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.