Ma Photo

Actualité

  • Parution le 15 mars 2012

    Actu

    Paru le 2 novembre 2009

    Actu

    Actu

    Traductions

    Actu
    Corée

    Actu

    Corée

    Actu

    Inde

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Chine

    Actu

    Pologne

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Argentine

    Actu

    Corée

    Actu

    Espagne

    Actu

    Portugal

    ----------

    Actu

    Actu

    Actu

« L' Amérique saute dans le vide | Accueil | Fin du probléme noir. »

Commentaires

Parler d' "ultralibéralisme" relève de la logomachie, de la bataille de mots. C'est un terme qui vise à ostraciser des penseurs selon un mécanisme bien simple, facile à ancrer dans les esprits : "ultra" donc extrême donc méchant, libéral donc de droite donc ne souciant que de ses intérêts. Alors qui est l'ultralibéral ? Réponse :le méchant ne se souciant que de ses intérêts.
Moi je suis simplement, pleinement, fièrement libéral, mais aujourd'hui avec des arguments tels que ceux de Rocard je ne peux que constater ma situation en France en reprenant les vers d'Hugo : "Je suis banni, je suis proscrit, je suis funeste."

Pour le reste, si Rocard parle d' "ultralibéralisme", il faut pour dévoiler son jeu et ne pas parler d' "Etat" mais d'êtres humains détenant le pouvoir politique, et l'on s'apercevra mieux à quel point cet Etat faisant peu de cas du droit fondamental de propriété est livré au vent de toutes les passions, à la libido dominandi qui ne rend pas bien sage... Par ailleurs suis-je l'un des seuls en France à s'étonner qu'on appelle à la rescousse l'Etat pour une crise qu'il a provoquée, qu'on le réclame pour sa bonne gestion alors qu'il est surendetté, voire "en faillite" ?

je partage l'avis de Lucotte, complètement. Cependant Rocard n'en est pas à son coup d'essai : il avait signé un article qui, sous couvert de soutien à Parisot, était au fond assez anti-capitaliste...

j'en ai parlé ici : http://www.politique.blomig.com/2008/05/16/la-gauche-et-le-capitalisme/

à bientôt !

La crise offre aux apparatchiks d'état une occasion unique de prendre leur "revanche" sur le marché...

Que Rocard aille dans ce sens n'est pas surprenant. Mais que Sarkozy lui emboite à ce point le pas, et de quelle façon, est plus qu'inquiétant !

http://www.objectifliberte.fr/2008/11/nicolas-sarkozy.html

Un appel à la délation des mauvais banquiers et à leur désignation à la vindicte publique !! C'est du Chavez tout craché.

Et je suppose que le probable échec des politiques sarkoziennes sera mis sur le dos de l'ultra libéralisme...

@ Lucotte: non, vous n'êtes pas seul, mais nous ne sommes pas nombreux.
// apparté : avez vous un lien avec l'ancien président de la région bourgogne ?//

Il y a quelques bloggueurs libéraux, et surtout contribuables associés qui lance une campagne la dessus,
http://www.contribuables.org

Guy Sorman évoque trois idéologies :

1- le libéralisme économique ;

2- le communisme ;

3- la cogestion yougoslave.

Ces trois idéologies ont un point commun : partout où elles ont été appliquées, elles se sont terminées en catastrophe.

Par exemple, le désastre que nous sommes en train de voir sous nos yeux en ce moment même signe l'échec du libéralisme économique.

Aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, partout dans le monde, même les dirigeants politiques qui croyaient dans l'idéologie du libéralisme économique font intervenir l'Etat pour eviter l'effondrement de tout le système.

Comme dans le cas de l'échec communiste, comme dans le cas de l'échec de la cogestion yougoslave, les partisans du libéralisme économique ne veulent pas reconnaître l'échec de leur idéologie.

C'est pas grave.

Ils s'en remettront.

Après l'échec du communisme, après l'échec de la cogestion yougoslave, après l'échec du libéralisme économique, l'espèce humaine va donc maintenant inventer autre chose.

Les années qui viennent vont donc être intéressantes.

Il ne faut pas s'attendre de la part d'hommes politiques à ce qu'ils réclament moins d'Etat !

Franchement, s'ils font de la politique c'est pour avoir plus de pouvoir. Et pour avoir plus de pouvoir, il faut plus d'Etat. Il faut que l'Etat étende sans cesse ses domaines d'action.

Aujourd'hui il dit aux entreprises libres comment elles doivent être gérées et ce comporter.

Demanin l'Etat dira aux pères de familles comment ils doivent gérer leur famille et éduquer leurs enfants...

Toujours plus d'Etat et encore mois de liberté !

Le pouvoir ça ne se détient pas, ça s'exerce !

Quimboiseur :
+1

@BA: échec du libéralisme ? non, échec de l'encadrement du capitalisme par l'état. Les secteurs financiers du monde entier sont hyper-réglementés, et la matière première sur laquelle ils travaillent, la monnaie, est entre les mains de monopoles garantis par les états.

Si certains veulent se cultiver, je recommande entre tous cet article (long) d'arnold Kling, ancien économiste chez Freddie Mac (années 90) qui montre comment le soutien d'état à Fannie Mae et Freddie Mac a totalement désorganisé et fragilisé le système bancaire dans son ensemble
http://econlog.econlib.org/archives/2008/10/the_fantasy_tes.html

Et après, BA, on reparle de la faillite du libéralisme, quand vous voulez !

@ BA

Pour remplacer le libéralisme économique, vous proposez quoi ?
La coercition économique ?
Le bureau du plan ?
Le règne des experts ?

Cher GS,
La commission européenne vient de réviser ses chiffres de prévision de croissance pour l’UE, avec une croissance 2008 du PIB à 1.2% et une croissance nulle pour 2009 (+/-0.1%).

Le Royaume Uni avec -1% pour 2009 ainsi que l’Irlande (-0.9%) et l’Espagne seront en difficultés.

La France avec une prévision de +0.9% pour 2008 et une croissance nulle pour 2009, un pays qui était toujours en retard d’au moins un point rejoint la moyenne européenne des meilleurs élèves en période difficile.

Certes ses chiffres qui vont alourdir le déficit budgétaire prévisionnel 2009 ; jusqu’à 7% (après 5.5% pour 2008) pour l’Irlande et 3.5% pour la France, ces chiffres tout en étant préoccupants ne seraient pas, s’ils se confirmaient, le reflet économique dramatique du Tsunami financier d’octobre 2008.

En tout cas, pas de nature à remettre en cause un modèle économique, celui du libre échange après les ajustements de régulation financière et monétaire des prochains sommets du G20.

Globalement d’accord avec GS, Michel Rocard nous a habitué à ses grands écarts de langage économiques et politiques.

Je partage cette analyse universelle associant le degré de libéralisme au taux de prélèvement obligatoire en révisant peut-être les chiffres de GS ; France PO 2007 (44%) et non 54%; UE (39%) ; US (27%).
Alain


Pour remplacer le libéralisme économique, je propose un système bâtard :

- un secteur privé, dans lequel le libéralisme économique peut se déployer en toute liberté ;

- un secteur public, dans lequel le libéralisme économique est interdit de séjour.

Les Echos.fr, lundi 3 novembre 2008 : Nicolas Barré et David Barroux interrogent le président du conseil d'administration et PDG de General Electric Jeff Immelt.

Les Echos.fr : Critiquez-vous les fonds souverains ?

Jeff Immelt : Les fonds souverains sont importants. En général pour une société cotée, ils ont même le mérite d'être des actionnaires plus patients que d'autres. Et la relation n'est pas à sens unique. Un groupe comme General Electric dispose de compétences dans l'éducation, le management, la gestion de projets qui peuvent intéresser des pays arabes, la Chine ou la Russie. Nous pouvons être des partenaires. De toute façon aujourd'hui, tous les gouvernements sont en train de se transformer en fonds souverains... Tous les gouvernements investissent dans les banques et le système financier. Demain, la deuxième vague consistera à investir dans des projets d'infrastructures. Les gouvernements sont et seront encore plus pour nous des clients. Je me suis replongé dans mes livres d'économie qui évoquent Keynes. Je ne suis pas le seul !

http://www.lesechos.fr/journal20081103/lec1_l_entretien_du_lundi/4792138-jeff-immelt.htm

Le discours de Michel Rocard est celui d'un haut fonctionnaire qui aime l'ordre. Ces phrases illustrent bien cette ligne de pensée :
"La montée en puissance des produits dérivés résulte d'une désorganisation de l'économie réelle, qui elle-même découle de la décision prise en 1971 par Richard Nixon et, déjà, Dick Cheney de décrocher le dollar de l'or. Le commerce qui, jusque-là travaillait à changes fixes, a été menacé par des changes flottants. Tout est devenu volatile, imprévisible. Il a fallu se couvrir, inventer les combines les plus tordues pour tenter de réguler la valeur des titres sur lesquels on travaille."

Cette aversion au mouvement et au risque constitue le plus grand blocage de Michel Rocard et de ses proches tels que Bernard Spitz ou Denis Olivennes. Ils auraient pu devenir libéraux, ils sont restés sociaux démocrates. Trop intelligents, ils élaborent des plans trop complexes et trop rigides pour résister aux flux libres des individus et des capitaux qui ne tolèrent plus qu'une certaine élite les contraigne.

@ B.A : qui définit ce qui est du ressort du secteur public ou du secteur privé?

Comment fait-on pour séparer les deux entités car nous avons beaucoup de délégation de service public à des entreprises privées comme dans les transports publics.

Faudra-t-il que la puissance publique s'occupe de tout le secteur des transports publics?


Comment se financerait le secteur public?
En prenant l'argent du secteur privé ou règne le libéralisme je présume.


Vous n'avez aucun droit de me faire contribuer à se secteur public dont je ne veux pas.

Si l'état fut institué c'est pour lui confier la sécurité intérieure et extérieure du pays la diplomatie et la justice en dehors de cela il n'a aucune légitimité à intervenir et décider à ma place de ce que je doit faire des fruits de mon travail.

Donc :
SORTEZ VOS MAINS DE MA POCHE!

La dernière ligne droite

L’élections présidentielle américaine de 2008 entre dans sa dernière ligne droite. À la veille du scrutin, les deux candidats multiplient leurs déplacements de campagne jusqu’à la dernière minute. John McCain a sillonné ce week-end la Virginie, la Pennsylvanie, le New Hampshire et la Floride. Après ses deux principales étapes en Pennsylvanie et dans le New Hampshire, John McCain a pris part après minuit à un rassemblement à Miami en Floride. Il bouclera sa campagne ce lundi avec des étapes dans sept Etats dont le sien, l’Arizona.

“On se prépare à une arrivée sur les chapeaux de roue”, a dit le directeur de campagne de John McCain, Rick Davis, sur Fox News. “On l’a donné battu précédemment et il a remporté ce genre d’Etats, nous nous employons à les remporter en ce moment”, a ajouté Davis à propos d’Etats “poids lourds” comme l’Ohio, la Floride et la Virginie.

http://unevisionneoconservatrice.wordpress.com/2008/11/03/la-derniere-ligne-droite/

L'équivalent lexical québécois pour "ultralibéralisme" est "néolibéralisme".

Beaucoup de commentateurs de gauche se plaisent à dire que le néolibéralisme domine les politique québécois depuis 15 ans. Or, quand on observe attentivement, on remarque que même les politiciens les plus à droite (conservateurs) ont tous quand même adoptés des politiques de gauche:

Brian Mulroney (fédéral): création d'une taxe fédérale de 7% sur les produits et services,
Lucien Bouchard (provincial) : création d'un réseau de garderies universelles; gel des droits de scolarité et gel des tarifs d'électricités.

Important à savoir.

bibi 33 a des idées : il peut les appliquer en se lançant dans la politique. Une fois élu, bibi 33 réalisera son programme.

bibi 33 candidat à la présidence de la République !

bibi 33 président !

Certains font le parallèle entre le taux de prélèvement public avec le taux d'adhésion du pays au libéralisme. De ce point de vu, il est clair que la France n'est franchement pas libérale, mais clairement socialiste.

De meme on peut aussi faire un parallèle entre le continuum intervetion etatiste et degré de liberté des individus.

Etant entendu que plus l'Etat intervient dans la vie des gens et moins ils ont de liberté.

Alors tout de suite on peut dire que les dictatures où l'Etat gère l'armée, la policie, les médias, l'économie, la pensée officielle, les gens ne sont pas du tout libre.

Et les pays où les gens sont libres de porter des armes, libres d'entreprendre et libres de s'exprimer, comme aux Etats Unis, alors les gens sont le plus libres.

Il est frappant alors de constater que moins l'Etat intervient, plus on est libre et plus on se situe dans un pays aux taux de libéralims élévé.

Par contre, plus l'Etat intervient, moins on est libre. C'est l'apanage des pays communistes, et surtout des pays socialistes.

Il est énervant de constater à quel point les gens réclament du socialisme alors que cela correspond à moins de liberté pour eux...

Mais la liberté est quelque chose de tellement compliqué que les simples gens préfèrent être menés comme des moutons pour ne pas avoir à réfléchir et à gérer leur vie par eux même. Gérer sa vie c'est trop compliqué pour des normaux.

Alors la vraie question, en fait, aimons nous vraiment la liberté ?

Certains oui ! Ils préfèrent vivre sans filet de sécurité à leurs risques et périls. Ce sont des entrepreneurs, des artistes ou des indépendants...

Mais beaucoup préfèrent le confort de la sécurité, la protection du groupe, la solidarité de la communauté, la sécurité des horaires fixes, du travail régulier, du salaire fixe, le confort d'une vie sans risque. Ce sont les salariés, les fonctionnaires, et ceux qui gobent bêtement la propagande des médias sans broncher.

Pour affiner la théorie on peut dire qu'un pays n'est pas libéral ou non libéral. Le libéralisme se défini par degré, par un pourcentage.

Un pays 100% libéral ça n'existe pas ! Cela correspondrait à un pays sans état, où les gens sont livrés à eux meme et gèrent leurs problèmes eux même. Or il y a toujours un état pour réglementer et contraindre. Et cet état pour vivre est obligé de faire du prélèvement fiscal.

En fonction du degré du prélèvement fiscal on obtient le taux de libéralisme du pays.

Il ne faut donc plus parler de libéralisme, mais de dégré de libéralisme. Il faut donner le taux de libéralisme en pourcentage.

Alors pour jouer avec ce modèle théorique. On peut dire qu'à l'aube de la préhistoire, le monde était 100% libéral.

Les hommes voyageaient où ils voulaient sans ticket de transport, sans passeport biométrique, sans fouille aux corps, sans rayons X, sans caméra de surveillance, sans numéro de sécu, sans fichier médical, sans adresse, sans compte en banque, sans barrière ni frontière.

Puis sont apparus des clans, royaumes, des frontières territoriales, des monnaies. L'Etat et le prélèvement fiscal était né. A partir de ce moment là le taux de libéralisme du monde a commencé à chuter.

Et depuis le taux de libéralisme ne cesse de chuter dans le monde.

Si les Etats Unis sont les pays le plus libéral du monde, c'est parce que pendant longtemps c'était le Far West. Les gens s'en allaient toujours plus loin pour trouver un coin tranquille sans se faire enquiqunier par leurs voisins. Et ils réglaient leurs problèmes entre eux à coups de revolver, sans passer par l'Etat.

Imaginons maintenant un monde avec un taux de libéralisme à 0%. Cela arrivera dans 20 ans peut être.

C'est le monde de la dictature. Les gens ne sont plus libres de leurs choix.
- ils ne choisissent plus le nom de leurs enfants.
- ils ne choisissent plus le nombre de leurs enfants
- ils écoutent tous les mêms musiques, portent les mêmes vetements, écoutent les mêmes informations.
- ils sont fichés partout : empreintes digitales, palmaires, rétiniennes et génétiques.
- ils ont une puce RFID avec GPS implantée dans le corps pour suivre leur géo localisation.
- ils sont filmés partout
- ils mangent à heures fixes avec des menus que l'Etat choisi pour eux
- ils ne boivent pas d'aclcol, ni de bière, ne fument pas, ne se droguent pas, ne baisent pas
- ils apprennent tous une version officielle de l'histoire
- ils apprennent tous la même langue
- ils mangent que des produits OGMs fabriqués par Monsanto
- ils ne pensent plus, n'ont pas d'opinion, ne font plus la guerre
- ce sont des légumes lobotomisés, sans liberté, sans émotion, sans sentiment, sans fierté, sans volonté, sans rêve, sans fantasme, sans pulsion.

Bienvenu dans le paradis 100% communiste et 0% libéral !

"Un pays 100% libéral ça n'existe pas ! Cela correspondrait à un pays sans état, où les gens sont livrés à eux meme et gèrent leurs problèmes eux même. Or il y a toujours un état pour réglementer et contraindre. Et cet état pour vivre est obligé de faire du prélèvement fiscal."

Le libéralisme ne veut pas dire "sans état" mais avec un état qui se concentre sur ses fonctions régaliennes par ex.
Pas d'état = anarchisme...

Je me demandais dernièrement ce que pensaient les libéraux de la CMU mise en place par Jospin.

Doit-on inclure dans les fonctions régaliennes le financement de soins médicaux pour les mourrants sans-le-sous?

Quelqu'un s'y colle?

C'est pour ça que je dis qu'un pays 100% libéral ça ne peut pas exister !

On peut imaginer des pays libéraux à 90% mais au-dela ça va être difficile.

Meme les Etats Unis qui sont le pays libéral par execellence, ne sont libéraux qu'à 73%, vu qu'ils ont 27% de prélèvement fiscal...

Le libéralisme n'est pas de ce monde. Mais le monde doit tout faire pour y parvenir...

@Gatien,

Effectivement la CMU est une chose responsable que l'Etat doit gérer.

Mais vous avez des Français au chomage qui n'ont pas de couverture sociale alors que des étrangers en situation irrégulière et qui ne cotisent pas y ont droit.

Quand des gens qui ne cotisent pas ont accès à des droits, alors il faut tout faire pour éviter que cette population augmente car après qui va payer la facture ?

La lutte contre la présence d'individus en situation irrégulière sur le sol Français est la seule politique responsable.

Les soigner, certes, mais prendre leurs empreintes biométriques et les exclure du territoire Français, voila la VRAIE politique adulte et responsable...

@gatien.

Les fonctions régaliennes sont au nombre de 4 :
Défense, Police, Justice et Diplomatie.

Et il n'y en a pas d'autre.

La santé n'en fait pas partie.
Donc opposition des libéraux à la CMU.

Les soins aux démunis cela relève de la charité la vrai pas celle forcée de l'Etat.


@quimboiseur

le problème ce ne sont pas les étrangers mais les aides sociales.

Ce qu'il faut ce n'est pas expulser les étrangers mais supprimer toutes les aides sociales.

@bibi33

Hayek serait tout à fait d'accord : la justice sociale, c'est horriblement vulgaire, limite populiste.

Remplaçons la sécu par des gala de dames patronesses, c'est tellement plus chic.
Néo-con, néo-con, ce n'est qu'un cri.

"Les pauvres sont méchants, les riches sont gentils." Bukowski
"La misère c'est une question de présentation." L.-F. Céline
"Rappelle-toi que si Dieu t'a fait naître sur les marches d'un trône, tu ne dois pas en profiter pour mépriser ceux à qui la divine Providence a voulu (qu'elle en soit louée !) que tu fusses supérieure par la naissance et par les richesses. Au contraire, sois bonne pour les petits. Tes aïeux étaient princes de Clèves et de Juliers dès 647 ; Dieu a voulu dans sa bonté que tu possédasses presque toutes les actions du canal de Suez et trois fois autant de Royal Dutch qu'Edmond de Rothschild ; ta filiation en ligne directe est établie par les généalogistes depuis l'an 63 de l'ère chrétienne ; tu as pour belles-sœurs deux impératrices. Aussi n'aie jamais l'air en parlant de te rappeler de si grands privilèges, non qu'ils soient précaires (car on ne peut rien changer à l'ancienneté de la race et on aura toujours besoin de pétrole), mais il est inutile d'enseigner que tu es mieux née que quiconque et que tes placements sont de premier ordre, puisque tout le monde le sait. Sois secourable aux malheureux. Fournis à tous ceux que la bonté céleste t'a fait la grâce de placer au-dessous de toi ce que tu peux leur donner sans déchoir de ton rang, c'est-à-dire des secours en argent, même des soins d'infirmière, mais bien entendu jamais d'invitation à tes soirées, ce qui ne leur ferait aucun bien, mais, en diminuant ton prestige, ôterait de son efficacité à ton action bienfaisante".Marcel Proust

L'état pour les libéraux,c'est l'état garant plutôt que l'état gérant.A tord ou à raison,c'est ce qui se passe avec l'intervention public dans le monde de la finance.

Seul le capitalisme d'économie de marché,perment de créer des richesses.Sans ces derniers,l'état ne vaut rien et serait ruiné.L'échec du communisme économique c'est ça rien d'autre.

D.J

@Quimboiseur

Quand je pense à la CMU, je pense à un SDF qui se casse une jambe plus qu'à un immigré en situation illégale qui fait une crise de paludisme. Façon peut-être de ne pas mélanger les problématiques...

@bibi33

"Les soins aux démunis cela relève de la charité la vrai pas celle forcée de l'Etat."

Merci pour votre réponse... que je ne comprends pas.

Irez-vous expliquer aux directeurs d'hôpitaux qu'ils doivent soigner des gens gratuitement, au non de la charité "vraie"? Ou espérez vous que derrière chaque accidenté anonyme et miséreux se pressera un jour un généreux donateur? Avez-vous vu quelquechose de ce type fonctionner quelquepart?

La charité, "la vraie", c'est très bien, mais c'est plus émotif que rationel.
On le voit à chaque grande catastrophe médiatique (cyclônes et autres) : Les ONG se retrouvent avec des excès de financement dans les pays à la mode et manquent de moyens dans d'autres.

A vrai dire, la différence entre l'anarchie et le libéralisme à la bibi33 me semble ténu. En reprenant vos arguments, je pourrais dire que la police, la vraie, pas celle qui est imposée par l'état, devrait être organisée localement par les habitants, sous forme de milices d'autodéfense. Même chose pour la justice, qui devrait être rendue par des tribunaux populaires sans être contrainte par des lois absurdes dictée par l'état.

Non?

Vous avez raison frère Sorman n’ n’a pas laubé el néo libéralisme en Fronce, en tous cas pâs sous le sabot d’min chwal !
En plus TOUT VA BIEN ne sommes pas les derniers en pourcentage d'actifs ! Voici les Stats officielles du Gouv. Français (2007): www.stat.gouv.qc.ca/donst... : Italie 39,0% - Grèce 40,4% - France 40,8% -Belgique 41,2% - Indonésie 41,6% - Bulgarie 42,6% - Chypre 43,6% - Espagne 45,2% - Barbades 45,4% - Bélarus 45,9% - Allemagne 46,0% - Royaume-Uni 46,4% - Autriche 48,3% - Finlande 46,9% - Estonie 48,2% - Irlande 48,3% - États-Unis 48,4% - Corée du Sud 48,4% - Russie 49,5 % - Suède 49,6 % - Japon - 50,2% - Danemark 50,4% - Canada 51,1% - Pays-Bas 51,7% - Thaïlande 56,8% - Chine 57,8% - Suisse 58,4% - et le Luxembourg 69,8%...(Paradis Fiscal).
Comme on le voit, la FRANCE vient largement devant la Grèce et distance nettement le pays du travail au black : L’Italie.
Une chose est sûre : Camarade Guy et les rupins s’en foutent, ils le sont de plus en plus nombreux lol !
Ah ! J'ai oublié de dire que je ne crois guère aux statistiques "La premières des sciences inexacte" (Les Goncourt). Whouafff !

@bibi33

"Si l'état fut institué c'est pour lui confier la sécurité intérieure et extérieure du pays la diplomatie et la justice en dehors de cela il n'a aucune légitimité à intervenir et décider à ma place de ce que je doit faire des fruits de mon travail."

Refusez vous, parallèlement, d'être remboursé de vos frais médicaux? Refusez-vous d'emprunter des transports en commun subventionnés? Refusez vous d'emprunter les routes nationales? De profiter de l'éclairage publique?
Si vous êtes renversé un jour par une voiture, exigerez vous que le SAMU retourne d'où il vient et laisse un bon samaritain, amateur mais non moins providentiel, s'occuper de vous?

Sinon, vous êtes en train de proposer à l'Etat, donc à moi, un marché de dupes.

Ce n'est pas vous seul qui pouvez décider ce qui est légitime de la part d'un Etat, c'est l'ensemble des électeurs. Il n'existe à ce jour aucune bible précisant ce pourquoi un Etat est fait...

Enfin, assimiler les taxes à une atteinte aux libertés me fait toujours sourire, parceque les taxes sont - précisément - le seul moyen de financer l'Etat dans une économie non-dirigiste (à moins d'une économie de rente).
Un système communiste n'a pas besoin d'impôts!

Ah ! Cette larme à l’œil en annonçant publiquement devant ses partisans la disparition de sa grand-mère, des articles et des photos dans tous les magazines de Barack et de sa chère mamy, tristement disparue il et vrai avant son sacre.

Les grandes douleurs sont muettes, parait-il ! Sa douleur, réelle je veux le croire, semble exploitée jusqu’à la corde!

Conclusion, notre prochain Président américain est un grand communicateur, on le savait déjà, sans retenu: César de la Convention et du Prime Time; sans scrupules c’est dommage et c’est plus triste! Avé César, Obama 1er !
En quatre ans, j’espère qu’il saura se faire pardonner par d’autres vertus, je le souhaite de tout coeur.

@ gatien

A vrai dire, la différence entre l'anarchie et le libéralisme à la bibi33 me semble ténu. En reprenant vos arguments, je pourrais dire que la police, la vraie, pas celle qui est imposée par l'état, devrait être organisée localement par les habitants, sous forme de milices d'autodéfense. Même chose pour la justice, qui devrait être rendue par des tribunaux populaires sans être contrainte par des lois absurdes dictée par l'état.

Non?

je suis anarcho-capitaliste.

Et pour ma sécurité je souscrirai aux services d'un compagnies privés car assurer seul ma sécurité et celle de ma famille ne me sera pas possible.
Pour la justice je n'aime pas les jury populaires je préfèrent un système ou se sont les juges qui découvrent et disent le droit et qui établissent la jurisprudence.

Si vous voulez en apprendre plus sur le courrant anarcho capitaliste vous pouvez toujours lire :

L'anarcho-capitalisme de Pierre Lemieux.

http://classiques.uqac.ca/contemporains/lemieux_pierre/anarcho_capitalisme/anarcho_capitalisme.pdf

Le blog UVN donnera en direct les premiers résultats de l’élection présidentielle américaine 2008 jusqu’à ce que le nom du vainqueur et prochain Président des États-Unis d’Amérique ne fasse plus aucun doute. Une carte speciale des États-Unis d'Amérique sera actualisée au fur et à mesure de la soirée, de la nuit électorale américaine.

http://unevisionneoconservatrice.wordpress.com/2008/11/04/usa-2008-resultats-live/

@bibi33

Merci pour ces précisions éclairantes.

http://www.syti.net/LiberalFascisme.html

Je suis un peu étonné que, aussi bien dans vos livres que sur le ouèbe, vous ne citiez jamais Pascal Salin. Searit-il trop libéral?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.