Ma Photo

Actualité

  • Parution le 15 mars 2012

    Actu

    Paru le 2 novembre 2009

    Actu

    Actu

    Traductions

    Actu
    Corée

    Actu

    Corée

    Actu

    Inde

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Chine

    Actu

    Pologne

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Argentine

    Actu

    Corée

    Actu

    Espagne

    Actu

    Portugal

    ----------

    Actu

    Actu

    Actu

« Dr K , l'entreprenant | Accueil | L'esprit de Milton Friedman »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d834521ba869e2011278db4a7528a4

Voici les sites qui parlent de Ambiances transatlantiques :

Commentaires

Monsieur Sorman,

Je suis en désaccord avec votre analyse. Au Canada nous avons suivi la même politique monétaire et les taux ont suivi la même courbe, et pourtant, rien de tout cela ne s'est produit chez nous.

Si Fanny May et Freddy Mac avaient maintenu des critères rigoureux et strictes dans l'octroi de crédit aux particuliers, rien de tout celà ne se serait produit.

25% des prêts hyp consentis aux ÉU n'auraient jamais dû l'être.

De plus on y prêtait parfois jusqu'à 30% de plus que la valeur de la propriété en prenant pour acquis que ladite propriété prendrait cette valeur d'icii 2 ou 3 ans.

La simple baisse des taux d'intérêts n'est qu'un prétexte et non la cause.

Yannick Gagné

8027261

L'excés de monnaie crée des opportunités ; les détenteurs de capitaux se portent vers ce qui parait le plus prometteur et le moins risqué , aux US , l'immobilier puisque garanti par FannieMae et FredyMac. Mais , si vous n'avez pas au départ , un excédent de monnaie du au bas taux d'intérêt , aucune bulle spéculative n'est possible. D'où le projet de Milton Friedman de créer des modes objectifs de fixation des taux d'intérêt , pour échapper à la politique ou à la tentation de faire bien.

En somme, l 'occasion fait le larron ;-)

YG

Oui , la thése monétariste est objective , elle n'est pas moralisante : toute la pensée libérale est là . On ne veut pas changer l'Homme mais organiser la société pour qu'il en sorte le mielleur possible , pas l'impossible.La moralisation du capitalisme est une approche moralisante mais qui dira la morale ? On préfére donc limiter mes occasions qui font les larrons plutôt que de chasser le larron ( et on serait toujours le larron d'un autre )

La monnaie n'a pas de valeur en elle-même, elle n'est là que pour permettre aux échanges de se réaliser...

Cette monnaie qui n'existe donc que pour faire face à la réalité de la production n'existe que par et pour elle...

Si la croissance de la masse monétaire est supérieure à la croissance de la production, on assiste alors à une dilatation des prix que l'on appelle inflation mais si pour une raison réglementaire ou autre cette dilatation ne touche qu'un secteur de l'économie, on appelle ça une bulle...

Question: si il ne suffit que de faire varier les taux d'intérêt pour maitriser la création de monnaie, comment en est-on arrivés là? A-t-on confié cette mission à des types incapables de bon sens où alors, et c'est le plus probable, est-ce que quelque chose m'échappe?

Il y a deja longtemps que je dis, sur ce blog et ailleurs, que la crise actuelle est due aux taux places trop bas pendant trop longtemps par Greenspan.

Cela me semblait du simple bon sens, a savoir que toutes les autres causes citees trouvaient leur origine dans des taux bas et ne pouvaient exister qu'avec des taux bas. Sans ces taux bas, les autres raisons disparaissaient. Les prets hypotecaires aux emprunteurs subprimes trouvent leur origine dans des taux d'interets bas, le leverage eleve vient de taux d'interets bas et de la liquidite elevee qui va avec (taux bas et bcp d'argent, on emprunte donc facilement et on leverage donc a mort), etc, etc...

Je suis content de voir que Guy se rallie au bon sens et surtout, qu'une veritable theorie economique dit la meme chose!!

Et effectivement, la solution est dans la restauration du systeme bancaire. Aujourd'hui, comme le dit Guy, celui-ci ne fonctionne pas par manque de confiance: personne ne prete a personne par peur d'insolvabilite.

Je parlais aussi il y a longtemps du "mark to market". Sans cette regle, aurions nous les problemes actuels? Les banques US dans les annees 80 etaient aussi pratiquement insolvables suite aux prets fait aux pays en voie de developpement qui avaient arretes de payer. Les banques a l'epoque n'etaient pas soumises au "mark to market" et elles ont pu, sur plusieurs annees se "refaire", et vers la fin des annees 80, Citibank a donne le signe de la reprise, en provisionnant une part enorme de ces prets, permettant au marche secondaire de ces prets de se developper (les banques pouvaient donc vendre leurs prets si elles le desiraient, chose qu'elles ne peuvent pratiquement pas faire aujourd'hui), et finalement le plan Brady a permis de sortir du probleme definitivement.

Depuis le debut de cette crise, les avis sont partages entre crise de liquidite (les banques ont trop d'actifs illiquides) ou veritable crise de solvabilite.
Je ne sais pas ce qu'il en est exactement et je crois que personne ne le sait vraiment.
Ceci dit, si on ne trouve pas de solutions rapidement, ou si il apparait que les banques sont effectivement insolvables, ce qui apparait aujourd'hui comme une heresie (arreter ou accomoder le "mark to market") apparaitra peut-etre comme une solution attractive.

On peut taper (à raison) sur la France, ce n'est pas la France qui est à l'origine de la Madofferie généralisée à laquelle on an assisté dans la finance, et qui menace de jeter la planète dans la dépression. Les arnaqueurs en chef, se sont certains petits “genies” de la finance US. Rendons à César ce qui lui revient. Les US nous ont fait une belle salade (la “Cesar Salad”, plat bien connu ici).
Un peu facile aussi de tout mettre sur le dos de ce bon Greenspan. On cherche ailleurs les coupables. “C’est pas moi, c’est l’autre”. Chapeau, Messieurs les apôtres de la responsabilité individuelle. Mais on n’est plus à une hypocrisie près.
Les enchaînements qui ont mené au marasme actuel sont connus. Dans les cocktails bien explosifs, il y a plus d'un ingrédient.
Greed, recklessness, deceit, la Trilogie de Pignouf, font office de vodka et/ou de whisky. Le reste, ce sont les zestes de citron, d’orange, les glaçons.
La nature humaine étant ce qu'elle est, et le toupet et le mépris de la gente de Wall Street étant irréductibes, on ne fera pas l'économie de plus de réglementation et plus de transparence. Ni de la nationalisation de certaines banques, et de la dissolution de certaines autres. Crise financière, oui, mais aussi, grave crise morale.
Chapeau, les artistes! Le crime était presque parfait...

@ETF
Quand vous avez rédigé ce post, vous n'aviez pas encore lu l'interview d'Anna Schwartz, semble-t-il.
Après l'avoir lu, compris et médité, écririez-vous encore la même chose?
La nature humaine est une constante, elle n'a pas changé depuis l'aube des civilisations.
Mais on peut faire en sorte que la cupidité, notre lot commun, ne soit plus soumise à la tentation.
La tenter est un pousse-au-crime...L'argent trop facile n'est que ruine de l'âme...et de l'économie!
Tout autant que l'argent trop difficile...

"Mais on peut faire en sorte que la cupidité, notre lot commun, ne soit plus soumise à la tentation."
Hohoho! Mais cher ami, le capitalisme financier repose à 90% sur la cupidité. Vous voulez donc tuer la poule aux oeufs de subprime?
Wall Street, c'est le cupidon du monde. Comme dit un de mes copains, trader de longue date chez CSFB, il y a peu de domaines où l'on puisse faire autant d'argent avec aussi peu de mérite.
Le mot d'ordre de Wall Street, c'est "faire du fric", “make money”. Vous voudriez le changer? Bon courage!
Nos banquiers, vaguement contrits, entonnent d’ailleurs, ces temps ci, le:
“Ne nous soumets pas à la tentation, mais livres nous quand même notre bonus.”
Ils sont même venus au congrès en transports en commun, histoire de faire « peuple ». Ils prennent réellement les gens pour des imbéciles. C’est une caste à part, une race qui se veut supérieure, séparée du menu peuple par l’argent. Et ce sont eux, aux USA, qui détiennent les cartes (de crédit). C’est comme ça.
Non. De même qu’il y a des flics dans les rues de New York, et un système judiciaire en place pour faire respecter la loi, juger et punir les coupables, il va nous falloir de la flicaille à Wall Street, et quelques juges pour ramener vaguement à la réalité les ivrognes de la place. Mais pour nombre d’entre eux, c’est trop tard. Ils ont décampé avec le magot. Bien mal acquis profite très souvent. Je ne me fais aucune illusion. Point de morale au pays du capitalisme financier. Un bien, un mal? A chacun de voir.
Tout ce que je demande, c’est qu’on permette aux américains de s'éduquer et de se soigner. Après ça, chacun pour soi, et Dieu pour tous.

Lindsay Graham, sénateur républicain conservateur, appelle d'ailleurs à la nationalisation des banques. C'est vous dire où nous en sommes. Regardez comme il a l'air malheureux et contrit, regardant à peine la caméra en face... Amérique la Suédoise. Qui l'eut cru?
http://link.brightcove.com/services/link/bcpid1155201977/bctid12786941001

Et pendant que ses collègues députés et sénateurs s'opposent en masse au stimulus d'Obama, tous les gouverneurs républicains le soutiennent. Ben oui, quand on a plus le sou, et que papa état vous tend la main, les postures idéologiques ne valent plus grand chose.
On nage donc, côté républicain, en pleine hypocrisie. Pathétique.

Cher GS,

Il ne faut pas confondre le chaudron médiatique français, sa soupe au court bouillon de lancements politiques et la recherche effrénée de raisons d’exister face à l’éteignoir de la crise, soubresauts qui pour longtemps encore vont rythmer notre avenir social.

Alors vouloir taper (avec ou sans raison) sur la France, pourquoi ? Pour avoir la première par le discours de son Président à l’ONU puis à Toulon alerté le monde entier sur cette révolution nécessaire du capitalisme mondial ?

Pour avoir la première encouragé le G20 a se réunir et affirmer que le prochain sommet de Londres devra accoucher de mesures concrètes de régulation et de moralisation ?

Pour avoir la première également fait s’exprimer publiquement l’inquiétude voire la colère de sa population face à une situation dont elle n’est pour l’essentiel pas responsable.

Bref la France n’a pas à rougir de ses gouvernants, de ses banques, de sa population, ni de ses régulateurs AMF ; quant aux USA on se presse d’un pas lent pour mettre en place des solutions après quatre mois de cafouillages, quand effectivement il apparait manifeste que certains Madoff & Co règnent sans complexe à tous les étages ; quand le premier soin de la première dame Michelle Obama est de poser pour le magazine Vogue, la fête est finie disait pourtant son mari de Président!

En France -1.2% de recul du PIB pour le dernier trimestre 2008, -1% pour US ; on apprend -3.3% pour le Japon, pas de doute on entre dans le Dur du dur !

Et ce plan Paulson, 700B$ finalement on va les acheter ou pas ces actifs vérolés ?
Alain

Rendons à Avidadollars le mérite d’avoir le premier dans ces colonnes, identifié la responsabilité des faibles taux d’intérêt imposés par l’ancien patron de la Fed pendant si longtemps (avant l’audition de Cox et Greenspan, où cette responsabilité fut clairement abordée par les sénateurs)

De ce côté-ci de l'Atlantique, on constate à longueur de JT et d'émissions politico-économiques que le gauchisme fait un retour triomphant. C'est à qui accusera le capitalisme des pires maux! Tel "économiste" serait très à l'aise avec la nationalisation des banques, les syndicats qui ont 6.5% de syndiqués, surtout dans le secteur public, voient leurs revendications soutenues par 60% de la population. Et les journalistes, qui n'ont jamais mis le nez dans l'oeuvre d'un économiste libéral, en rajoutent.
Nous sommes dans un maelstrom de gauche qui emporte la majorité des convictions. L'opinion publique rejette maintenant la cure d'amaigrissement de la fonction publique, alors que 53% des gens semblaient avoir compris, en 2007, qu'il fallait en passer par là pour assainir les finances publiques.
Sarkozy lui-même a renié ses faibles penchants libéraux de jadis.
Normal, notre "modèle social" apparaît comme notre meilleur bouclier anti-crise.
Une cure de Besancenot suffirait-elle à ouvrir les yeux de nos compatriotes? A vrai dire, j'en doute...

"De ce côté-ci de l'Atlantique, on constate à longueur de JT et d'émissions politico-économiques que le gauchisme fait un retour triomphant. C'est à qui accusera le capitalisme des pires maux! Tel "économiste" serait très à l'aise avec la nationalisation des banques, les syndicats qui ont 6.5% de syndiqués, surtout dans le secteur public, voient leurs revendications soutenues par 60% de la population."

Ce qui est devenu d'actualité,c'est "la grande parade"de J-F Revel.Les socialistes exultent de voir la crise,ce qui leurs permets de ne pas faire(encore) leurs examens de conscience sur la faillite du socialisme.

D.J

() « Sarkozy lui-même a renié ses faibles penchants libéraux de jadis. »

Je constate au contraire qu’il respecte toujours aujourd’hui ses convictions en résistant face à tous ceux qui le somment :

- D’augmenter les salaires, en augmentant le smic par un coup de pouce en particulier
- D’annuler les non remplacements de fonctionnaires partant en retraite, que ce soit dans l’enseignement ou ailleurs par la grève et la pression de la rue
- De supprimer les lois Tepa, heures supplémentaires défiscalisées, crédit immobilier déductible, …
- De procéder comme en Grande Bretagne à la réduction généralisée de la TVA
- D’alourdir les procédures de licenciements

() « Normal, notre "modèle social" apparaît comme notre meilleur bouclier anti-crise. »

Si le modèle social c’est la sécurité sociale, assurance maladie, caisse de chômage et caisse de retraite, NS a fait la preuve bien avant la crise qu’il les soutenait au point de tout mettre en œuvre pour les pérenniser ; la caisse de retraite par exemple (mesures courageuses de Fillion).

C’est tellement dans sa logique de penser à ceux qui souffrent tout en souhaitant revaloriser le travail qu’il décidait dés son arrivée au pouvoir (avant crise) de mettre en place le RSA avec Martin Hirsch, cette mesure autorisant le cumul RMI et travail partiel (avec devoirs) afin d’avoir une plus forte incitation à la reprise d’emploi par opposition à la seule « assistance » !

Idem pour le guichet unique UNEDIC-ASSEDIC et les devoirs des demandeurs, remettre les demandeurs au travail par un suivi personnalisé.

Si le modèle social consiste à avoir le plus de fonctionnaires possibles, c’est assurément le meilleur moyen de plomber la compétitivité en alourdissant les déficits et la dette sans plus d’espoir d’en sortir. NS s’y oppose avec raison.

() Curieusement l’annonce de négociations entre partenaires sociaux (syndicats et patronat) sur le partage des profits ne suscitent pratiquement aucun commentaires.

Idée déjà exposée par NS dans le passé, mais cette fois elle est sur la table.

J’ai le sentiment d’une grande incrédulité tant cela pourrait déboucher sur un séisme social !
Alain

Faut arrêter de parler de crise. Les familles Américaines moyennes au lieu de posséder 4 ou 5 maisons, il n' auront que 2 ou 3 maisons. Quasiment personne aux USAs n' habitent dans des HLMs , et même quasiment personne dans de petits appartements. La Russie s' enrichit toujours très vite: http://forum.skyscraperpage.com/showthread.php?t=135686

On peut admirer l' horreur capitalistique allié au Christianisme à Macau, ancienne colonie portugaise: http://forum.skyscraperpage.com/showthread.php?t=139025 et le développement des pays musulmans: Bangladesh: http://forum.skyscraperpage.com/showthread.php?t=134026 et Malaisie: http://forum.skyscraperpage.com/showthread.php?t=115620 et l' Iran: http://www.skyscrapercity.com/showthread.php?t=226146 .J' espère que les Sionistes remarquent la montée en puissance des pays Islamiques et Confucianistes au détriment des pays Occidentalo sionistes.

"avec la conviction que les US s'en sortiront parce que l'économie est cyclique par définition"

Trois questions.

(1) J'aimerais comprendre ce que vous appelez "cycles".
Sont-ce des variations aléatoires, ce que d'autres appellent du "bruit" sur un signal, ou bien faites vous allusion à des cycles répétitifs, de fréquence à peu près stable (donc prédictibles)?
Je suppose dans la suite que vous utilisez le premier sens.

(2) Quel lien logique entre la présence de cycles et l'évolution à plus long terme?
Quelle que soit la variable, les fluctutations peuvent aussi bien accompagner un mouvement de croissance ou de décroissance.
Or, votre phrase signifie textuellement "le PIB américain va augmenter parcequ'il est variable".

(3) Ne voyez vous pas un possible palier dans le développement exponentiel?
Pour la première fois, l'activité économique touche les bords. La pollution s'accumule, les matières premières se raréfient. Il n'y a plus de place.

Les (des) libéraux répondront : "innovation".
J'observe que c'est précisément l'innovation, associée à l'économie de marché, et à l'accroissement de la population, qui nous a conduit à produire ces quantités record de polluants, et à consommer toujours plus de matières premières.
Donc, l'argument est un peu court.

En fait, il suffit de remplacer "innovation" par son synonyme "changement", pour bien voir pourquoi la plupart des discours sur l'"innovation" sont un peu creux.

Appliqué au billet de Guy Sorman, celà donne : "Quand le systéme bancaire US sera rétabli , la crise s'arrêtera , le capitalisme renouera avec le CHANGEMENT; ces Français qui rêvent de Grand soir et d'une autre économie ( laquelle? on ne sait pas ) vont encore être déçus."

Quel différence entre Guy Sorman et les francais qui rêvent de "grand soir" (un autre synonyme de "changement"...)?

Dans les deux cas, je ne vois pas très bien de quoi il s'agit...

"Dans les deux cas, je ne vois pas très bien de quoi il s'agit..."
Il s'agit de croyances.
Certains s'agenouillent devant le pape du révisionisme, d'autres devant celui du socialisme, d'autres, du libéralisme ou du monétarisme. A chacun son totem.
Discussion hier avec un proche qui travaille dans le risk management chez CSFB. Ils ont la pétoche que les restrictions probables sur les bonus, imposées par le gouvernement envers les banques maintenues en vie par la mâne du contribuable, se répercutent ailleurs dans l'industrie.
Ce qui m'a le plus surpris, c'est à quel point son bonus lui apparait comme un "droit". Pas touche à mon bonus!
On croirait entendre les cheminots et leur "pas touche à ma retraîte à 20 ans".
Ah, il est beau, le fer de lance du libéralisme!

Un défaut de la droite francaise devient évident aujourd'hui, celui qui nous conduit à toujours plus de déficit.

On baisse les impôts d'abord, on réfléchit à la réduction des dépenses ensuite.

Et comme réduire les dépenses est un peu moins simple que d'accuser les fonctionnaires de coûter cher, on reste au milieu du gué.

Comme le dit Alain Soler, Sarkozy tient bon sur la loi TEPA. Combien de temps encore? Même Bruxelles se met à taper du poing sur la table pour déficit excessif.
Il faudrait aussi m'expliquer pourquoi l'injection de pouvoir d'achat pour les plus hauts revenus - TEPA - favorisait plus la croissance francaise que la "relance par la consommation" qui est aujourd'hui décriée par Sarko.
Effet de mode, probablement, ou question de clientèle électorale.

De toute façon, les gens ne comprennent souvent rien aux impôts.

Sondage après le dernier discours du PR :
60% des francais sont pour le relèvement du seuil de l'impôt sur le revenu, alors que 50% sont déjà non-imposables.
10% sont purement altruistes et souhaitent payer plus d'impôts pour permettre à des plus riches d'en payer moins? J'ai un gros doute...

En fait, depuis la première élection de Chirac, Bruxelles reproche régulièrement aux gouvernements francais d'agraver les déficits.
Seule exception : la période Jospin.

Gatien : « De toute façon, les gens ne comprennent souvent rien aux impôts. »

Est-ce que vous vous placez personnellement dans cette catégorie de « gens », votre sortie sur les lois Tepa pourrait le laisser croire.

L’été dernier l’Espagne de Zapatero socialiste, peu suspect par idéologie de vouloir faire des cadeaux aux riches, lançait un plan de relance proche de celui des lois Tepa (1 an plus tôt) avec en plus la suppression de l’impôt sur la fortune (ISF).

Je vois que vous êtes très sensible à la propagande de gauche, les lois Tepa sont ciblés sur quelques mesures dont la principale est la revalorisation du travail : travailler plus pour gagner plus !

Les heures supplémentaires défiscalisées ont apporté en moyenne 1800€ à 5Millions de français. Les mesures en faveur de l’immobilier en rendant déductibles les intérêts d’acquisition de leur logement, la réduction des droits de succession ; les déductions pour les investissements pour les PME. Toutes ses mesures sont en faveurs des petits et moyens revenus !

La seule mesure idéologique, le bouclier fiscal à 50%, dont je ne bénéficie pas mais dont je soutiens le principe, constitutionnel dans certaines démocraties, est d’un coût bien modeste ( [0,246Md sur 2007] sur les 15Mds€ annuels).

Quant aux bénéficiaires du bouclier fiscal 15.000 en 2007, ils se trouvent aux deux extrémités de l’échiquier social, les très faibles revenus 10.138 personnes à qui l’Etat à reversé 659€ et les plus hauts revenus. « 13.700 bénéficiaires étudiés dans le détail par Bercy, 74% ont des revenus très faibles, inférieurs à 3753 euros par an. Il s'agit par exemple de rmistes possédant leur résidence principale. Des cas surreprésentés à La Réunion »
Commission des finances juin 2008.

Les lois Tepa ce sont également : une imposition accrue des Stock options (+2.5% de taxes) ; la loi sur les parachutes dorés… !

Les lois Tepa pour les riches ? Faux et archi faux ! Pour ceux qui se partagent +90% du montant : les classes modestes et moyennes oui !

Gatien, révisez votre bréviaire !

Si vous ne voyez pas la différence entre donner du pouvoir d’achat en augmentant le smic et la formule de l’offre qui consiste à réduire les taxes : défiscaliser les heures supplémentaires ou encore à supprimer les charges pour les petites entreprises qui embaucheront un travailleur en 2009 ; vite ouvrez un livre de référence je ne peux rien pour vous !

Les lois Tepa auront permis en outre de réduire les prélèvements obligatoires http://www.performance-publique.gouv.fr/fileadmin/medias/documents/ressources/PLF2009/RPO2009.pdf
Alain


Alain Soler, rien de nouveau sous le soleil... Et vous me parler de bréviaire?

"travailler plus pour gagner plus !"

Si vous avez un gros salaire, vos heures sup sont payées plus (et exonérées plus) que les heures sup de celui qui a un faible salaire. Ca revient à décaler la fiscalité vers les bas salaires, malgré l'effet d'optique qui ferait croire que tout le monde est gagnant.
De plus, pour travailler "plus", il faut déjà travailler. Exit les chômeurs.

"Les mesures en faveur de l’immobilier en rendant déductibles les intérêts d’acquisition de leur logement"

Qui achète son logement? Les smicards?

"la réduction des droits de succession"

Et pour ceux qui n'héritent de rien?

"les déductions pour les investissements pour les PME"

Qui a de l'argent à investir?

"Toutes ses mesures sont en faveurs des petits et moyens revenus !"

Toutes les mesures listées çi-dessus bénéficient aux hauts revenus, indéniablement. Elles concernent aussi certains moyen+, c'est vrai.
Les moyens- et les bas revenus n'en profitent majoritairement pas, en fait y perdent par l'augmentation d'autres taxes.

"La seule mesure idéologique, le bouclier fiscal à 50%,"

Vous allez trouver ça bizzare mais ce n'est pas la mesure la plus critiquable à mes yeux. Mais quand même :

"Quant aux bénéficiaires du bouclier fiscal 15.000 en 2007, ils se trouvent aux deux extrémités de l’échiquier social,"

Evoquer les réunionnais rmistes et propriétaires de leur logement pour expliquer que le bouclier fiscal profite à tout le monde, c'est un peu gros.

Pas crédible Soler.

p.s. Citer l'Espagne en exemple n'est pas une très bonne idée. On connaît la situation de l'Espagne.
Les experts européens lui reprochent un déficit excessif en même temps qu'à la France.
Quatres autres pays visés par les experts : Grèce, Irlande, Lettonie et Malte. C'est glorieux!

http://www.lemonde.fr/europe/article/2009/02/18/les-deficits-excessifs-de-six-pays-europeens-sanctionnes-par-bruxelles_1156954_3214.html

Quelle définition des riches en France ?

() Sont riches par définition en France ceux qui paient l’impôt de solidarité sur la fortune, c'est-à-dire les 500.000 personnes (FF) dont les avoirs sont supérieurs à 750.000€. C'est-à-dire environ 1.5% de foyers fiscaux (base 35 Millions FF), pour le fun rappelons que F. Hollande qui n’aimait pas les riches payait l’ISF.
Il est admis que les « riches » au sens plus large représentent une tranche autour de 5 à 8% des foyers fiscaux.

Volontairement ou pas, Gatien vous faites une double erreur :

()) Heures défiscalisées
() Première erreur les heures supplémentaires, ce sont bien les faibles salaires dans les entreprises de fortes mains d’œuvre qui en bénéficient le plus 1800€/an pour 5 Millions, les plus hauts revenus ceux des cadres débutants et moyens pour la plupart leurs statuts de cadres autonomes en sont exclus !

() Seconde erreur, le but recherché de la défiscalisation était d’en favoriser l’usage, ce qui a été obtenu, en injectant dans l’économie du pouvoir d’achat par le travail et de rendre ce travail plus compétitif pour les entreprises.


()) Les crédits immobiliers déductibles
() Première erreur, les familles modestes et moyennes accèdent à la propriété, un couple de deux Smics avec enfants y accède souvent plus facilement qu’un cadre débutant ou moyen, problème bien connu en France des aides multiples, (aide logement, aide crèche, aide cantine, aide enfants vacances, prêts à taux préférentiel voire taux zéro dont le volume vient de doubler) qui défavorisent la classe moyenne. Chacun connaît ce genre de situation dans nos familles, pour ma part je la connais par des exemples concrets au-delà de l’analyse..

() En favorisant l’accès à la propriété l’objectif est de favoriser l’emploi dans la construction de logements d’habitation. Secteur clé de l’économie.

()) La réduction des droits de succession
() Mesure de justice pour ceux qui ayant produit des efforts pour acquérir un bien, le plus souvent immobilier, doivent pouvoir le transmettre à leurs enfants sans une double imposition (157.000€ déductible pour 2009).

() Qui transmet ce patrimoine ? Les propriétaires de leur résidence principale c'est-à-dire 58% des français et les propriétaires de biens immobiliers (maison de campagne, bien familial..) soit +70% des français. On est loin des 1.5% de riches et des 5-8% de supposés "riches" !

()) Quant au bouclier fiscal, chiffres et texte de la commission des finances dirigée par Didier Migaud (PS).

Problème des propriétaires «pauvres » qui à la Réunion où sur l’ile de Ré paient des taxes foncières importantes en étant parfois assujettis à l’ISF avec de faibles revenus.

La commission des finances pas crédibles ? Si vous doutez informez-vous ce n’est pas difficile à vérifier

Oui je citais le plan Espagnol de cet été pour illustrer le fait que le gouvernement socialiste de Zapatero désireux de plaire à son électorat (pas les riches je suppose), prenait des mesures proches de celles des lois Tepa. Curieusement cet été, les gauches françaises pressaient NS d’imiter Zapatero, voir blog de F Hollande.

Lois Tepa, plan Espagnol avaient tous deux pour objectif de favoriser l’emploi et l’économie (nous étions à la recherche de ce 0.8-1% de différentiel par rapport à la moyenne européenne).

A la lecture des derniers résultats de croissance 2008, avec +0.7% pour notre pays cet objectif de rejoindre la moyenne européenne est atteint semble t-il.
Alain

PS : dernier post sur ce hors sujet

"en étant parfois assujettis à l’ISF avec de faibles revenus. " C' est le cas pour ma famille. Je vis de l' AAH, et je participes à une Société Civile Immobilière avec 2 maisons et un appart, et bientôt 2 nouveaux apparts. Du coup mon père retraité paye l' ISF. J' ai vu à la télé que beaucoup d' agriculteurs payent l' ISF.Il suffit d' avoir un pratrimoine immobilier consistant.

Les mauvaises surprises du bouclier fiscal.

2 242 contribuables bénéficiant de revenus supérieurs à 41 982 d'euros reçoivent à eux seuls 82,9 % des sommes reversées par le fisc. Le fisc leur reverse 84 700 euros à chacun en moyenne.

Mieux encore, 671 redevables, disposant d'un patrimoine supérieur à 15,53 millions d'euros ( soit 77 fois le patrimoine moyen d'un Français ! ) se réservent 68 % du gâteau.

Cela représente « 2 euros sur 3 payés au titre du bouclier fiscal », précise Didier Migaud. Chacun d'eux reçoit de l'Etat un cadeau de 231 900 euros en moyenne !

Le plus étonnant ? Treize de ces " nantis " déclarent un revenu annuel inférieur à 3 753 euros ( moins qu'un RMI ) !

Et 27 d'entre eux affichent moins de 12 964 euros par an (moins que le smic). De riches héritiers ayant opté pour une vie de bohème ? Des rentiers incapables de tirer davantage de revenus de leur patrimoine ? Non, des contribuables exploitant au mieux les niches fiscales, telles que les investissements défiscalisés dans les Dom-Tom ou les travaux de restauration de certains bâtiments classés (loi Malraux). "Ils font un usage intensif des dispositifs de minoration du revenu imposable", explique le député socialiste isérois. Moyennant quoi ces petits malins ne paient pratiquement pas d'impôt sur le revenu : 47 euros en moyenne pour les 13 contribuables évoqués, dont le taux d'imposition est donc inférieur à 1,25 % !

Par ailleurs, chacun d'eux reçoit du fisc un chèque de 141 704 euros destiné à maintenir son imposition globale sous la barre des 60 % !

Conséquence : son Impôt Sur la Fortune, qui devrait être de 162 353 euros, se réduit à 20 649 euros !

http://www.ledauphine.com/exclusif-le-plafonnement-de-l-imposition-a-beneficie-a-moins-de-0-04-des-contribuables-en-2007-les-mauvaises-surprises-du-bouclier-fiscal-@/index.jspz?article=61057&chaine=14

Cher Guy, comme vous, je vois dans la gestion de la monnaie par la Fed une grande cause de la crise actuelle. Le banc des accusés accueille aussi Fannie et Freddy, des traders trop avides, des normes comptables inadaptées et des superviseurs incompétents. Mais la monnaie est certainement une cause essentielle, quoi qu'il se soit passé au Canada qui n'a pas connu le même contexte frénétique.

Je vous recommande un brillant économiste, Guido Hülsman, spécialiste de l'économie autrichienne sur la question proprement monétaire. Il a publié deux ouvrages sur ces questions en 2008 :
guidohulsmann.com/ouvrages.html

Il a été beaucoup question de fiscalité dans les posts précédents.
Je profite de l'occasion pour demander à Guy Sorman et aux intervenants sur ce blog ce qu'ils pensent de la réforme fiscale suggérée par Jacques Marseille dans son livre "L'argent des français".
Voici le lien:
http://www.jacquesmarseille.fr/Ouvrages/Argent_des_francais/Chap_29.asp

La BNP va faire faillite.

Le total des dettes de la BNP est de 2 017 milliards d’euros, alors que ses capitaux propres ne sont que de 59 milliards d’euros !

La norme, c’est ceci : les capitaux propres de la banque doivent absolument être d’au moins 8 % des dettes de la banque.

Pour la BNP, c’est un cataclysme : ses capitaux propres ne représentent que 2,9 % de ses dettes !

Lisez cet article :

« Par ailleurs, le total des dettes de la BNP dépasse maintenant le PIB de la France ! Ce qui est particulièrement dangereux car il est impossible de sauver la situation en cas de faillite.

La BNP et la France ressemblent de plus en plus à ces villages Potemkine qui donnent l’impression que tout va bien (le patron de la BNP répète que ses fonds propres sont largement suffisants).

Ces deux ratios d’endettement (par rapport aux capitaux propres et au PIB) sont fondamentaux.

À partir du moment où ils sont respectés, il est alors possible d’examiner les autres critères d’évaluation qui sont alors significatifs.

Si ce n’est pas le cas, rien ne va plus, et tout peut se produire brusquement d’un jour à l’autre comme on l’a constaté avec la faillite de grandes banques centenaires. »

http://www.jpchevallier.com/article-28114182.html

Alain Soler

"Quelle définition des riches en France ?"

Simple. Et rien à voir avec les 500k happy few que vous évoquez.

Le problème n'est pas de savoir qui est riche et pas riche mais d'avoir une partition pertinente des niveaux de salaire, au lieu d'un découpage binaire entre 1% et 99% de la population, qui n'a aucun intérêt.

J'ai utilisé les qualificatifs moyen, moyen+, moyen-. Mettons des chiffres en face.

"Moyen" : salaire médian, soit 1500€. C'est une définition de "moyen" qui est difficilement attaquable.

"Moyen-" : smic à temps plein, soit 1000€ net.

"Moyen+" : par symétrie, 2000€ par mois et plus.

"Faible" : SMIC à remps partiel, RMI, rien du tout.

"Elevé" : à partir de 2500€

C'est la définition assez habituelle des niveaux de revenu il me semble. On trouve un classement sensiblement identique ici : http://www.lafinancepourtous.com/Niveau-et-composition-des-revenus.html

Ces définitions étant clairement posées, je réaffirme : TEPA profite aux revenus moyen+ et élevés. C'est à dire les 30% de francais les plus riches.
Vous pourrez toujours trouver des exceptions, comme les rmistes réunionnais exonérés d'ISF, mais franchement Soler, avant TEPA, ces rmistes représentaient quoi dans les rentrées fiscales de l'Etat. Autre chose qu'une pécadille?

Je sais bien, Alain Soler, que l'UMP et Sarkozy aimeraient changer la définition de "classe moyenne" lorsqu'ils parlent de TEPA. Mais la réalité est tenace. Le quotidien des gens dépend peu de la définition qu'on lui donne, et la majorité des francais (les 70% restant) se rend bien compte que TEPA ne change rien pour eux.

Je ne m'étendrai pas plus sur le sujet, faute de temps et d'intérêt.
Je trouve vos arguments assez spécieux. Didier Migaud a dit que le bouclier fiscal profitait aux prolétaires? J'ai un gros doute...

"()) Heures défiscalisées
[...] ce sont bien les faibles salaires dans les entreprises de fortes mains d’œuvre qui en bénéficient le plus 1800€/an pour 5 Millions" (Soler)

1. TEPA n'a pas inventé les heures sup, vous lui attribuez abusivement ces 1800€/an.

Mais surtout :
2. "Le revenu fiscal médian des salariés ayant déclaré des heures supplémentaires s'élève à 18 149 euros."
http://www.lefigaro.fr/economie/2009/01/28/04001-20090128ARTFIG00692-les-francais-font-150-euros-d-heures-sup-par-mois-.php

Soit un peu plus que le salaire médian global. Ce qui montre que les heures sup ne sont aucunement réservées aux plus modestes, et que globalement l'Etat subventionne les heures sup des hauts revenus au détriment des faibles (l'exonération de charges étant peu ou prou proportionnelle au salaire).

@El Oso

La "flat tax" a été évoquée par Guy Sorman ici même il me semble.
En non spécialiste, je comprends certains avantages tout en voyant certains inconvénients.

Je constate en tous cas mon accord parfait avec Jaques Marseille sur un point :
"introduire des taxes environnementales pour inciter les entreprises et les ménages à mieux prendre en compte les coûts collectifs provoqués par la dégradation du climat et les atteintes à l'environnement."

Moi je suis pour l'impôt régressif: imposer plus les pauvres que les riches (ce qui est déjà en partie le cas). Pourquoi? Parce que les pauvres coûtent cher à la société et qu'il est donc normal qu'ils paient plus. De plus, imposer fortement les pauvres les encouragera à devenir riches. Et une fois que tout le monde sera riche, les impôts seront faibles pour tous, et tout le monde sera content!
Je suis aussi pour qu’on impose plus les gros. Car ils coûtent aussi plus cher à la société. ils sont plus souvent malades, prennent plus de place dans l’autobus, et font très mal lorsqu’ils vous marchent sur le pied.
L’on parlera ici de la «Fat Tax».

Excusez mes propositions bizarres, mais comme UBS va divulguer au fisc américain les noms de 52000 américains détenteurs de comptes secrets en Suisse, mon chien s'attend à être arrêté (ou ruiné) du jour au lendemain.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/02/19/01011-20090219FILWWW00584-52000-comptes-us-illegaux-decouverts.php
Du coup, j'ai vidé avec lui une bouteille de Johnnie Walker (breuvage préféré de la gente canine New Yorkaise).
Ci-git la Confédération Helvétique.
Que vous reste-t-il, cher DJ? Les montres, le chocolat et la démocratie directe. C'est mieux que rien.

L' UBS a fait une bourde en cachant des sommes que le fisc aurait du percevoir.Les autorités américaines sont très dur envers la banques,mais ce n'est non plus pas injuste.C'est les emmerdes qui s'accumulent pour la première banque Suisse.Les déficites s'accumule,le gouvernement vole à son secours pour éponger les crédits toxiques,le scandales des bonus pour le personnel.

Mais elle a les reins solides,les spéciaélistes et économistes financiers doutent fortement d'un risque de faillite.

Si vous êtes client cher ETF,il vous restes son clone "le crédit Suisse"au cas où.

D.J

BA
Marrant de vous lire au sujet de la BNP... le jour où les 3 milliards de bénéfices pour 2008 -malgré 1,4 milliards de pertes pour le 4ième trimestre(merci les américains...)- sont officialisés. Décembre serait bon et Janvier aussi. Cette banque en "faillite" se paye même le luxe de verser un dividende -prudent- à ses actionnaires et louche depuis quelques temps sur un concurrent belge en mauvaise posture, lui.

PS: comme je trouvais votre "2 017" très joli, j'ai décidé de le marier à "BNP" sur google et de nettoyer un peu en resserrant sur les 31 derniers jours...
http://www.google.fr/search?num=100&hl=fr&safe=off&q=bnp++%222+017%22&as_qdr=m&btnG=Rechercher&meta=
Et les deux premiers résultats concernent un certain "BA" qui raconte les mêmes trucs que vous... Vous essayez de faire baisser l'action pour vous placer plus bas ou vous avez trouvé le moyen de contourner l'interdiction sur les ventes à découvert qui touche les financières?

Gatien, je pensais le sujet épuisé, il n’en est rien

(() Qui sont les riches (« la finance pour tous » vos références, pour 2002)

Les Références 2006 existent sur le niveau de vie net après impôts ;
Voir tableau Insee correspondant :
http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATnon04249

Cela ne change pas mon propos, selon votre document de vulgarisation cité en référence, les hauts revenus « les riches » se situent dans le 9ième décile. J’écrivais : « Il est admis que les « riches » au sens plus large représentent une tranche autour de 5 à 8% des foyers fiscaux. » ».

Vouloir, comme vous le faites par opportunisme, classer 30% des français parmi les riches, une promotion canapé ? Allez dire cela aux intéressés et à leurs syndicats !

(() Heures supplémentaires défiscalisées

Pour votre référence qui confirme mes chiffres 1800€/an pour 5.5 Millions de bénéficiaires ; le revenu fiscal médian de 18.149€ pour les salariés ayant déclaré des heures supplémentaires. Soit un revenu fiscal 1.396 €/13 mois si le RF provient d’un salaire uniquement.

Votre article précise : « Le gouvernement y verra sûrement le signe que la loi a profité aux travailleurs les plus modestes. »

Revenu médian signifiant qu’il ya a 2.5 Millions qui bénéficient des heures défiscalisées gagnant moins de 1.396€/mois (les plus faibles) et 2.5 millions qui touchent plus (classes moyennes) les cadres autonomes ces riches sont exclus de cette mesure.

Pour ne pas voir de proportionnalité de fiscalité, je suppose que vous voulez supprimer toute proportionnalité de salaire, flat revenu ! Allez dire cela aux intéressés et à leurs syndicats !


1800€/an sont les chiffres, ils représentent bien un montant sur lequel le salarié ne sera pas imposé. Le gain pour les salariés ne s’arrête pas là puisque ces heures sont aujourd’hui payée au taux de 25% au lieu de 10%. Une vraie mesure de pouvoir d’achat pour et par le travail, pas pour les riches !

(() Gatien dit : « la majorité des français (les 70% restant) se rend bien compte que TEPA ne change rien pour eux.
Quelle prétention cher Gatien de vouloir parler pour les français, ceux qui bénéficient des heures sups; ceux qui font l’acquisition de logement, ceux qui transmettent un patrimoine (58% propriétaires du domicile principale et +70% propriétaire d’un bien immobilier)

Un grand nombre de ceux là sont nécessairement inclus dans vos 70% restant (90%pour moi), cela ne change rien pour eux ?
Balivernes de mauvais coucheur incapable de reconnaitre la vérité.

()) Le bouclier fiscal, seule mesure assumée comme idéologique (50%) et pourtant,
Par rapport aux 15000 bénéficiaires de 2007, croyez-vous que les très faibles revenus 10.138 personnes vont cracher sur le chèque de 659€ reversés par l’Etat (6M€)? Cela ne change rien pour eux ? Comment dites-vous, Peccadilles ?

Les chiffres 2008 ne sont pas disponibles mais se sont plusieurs dizaines de milliers de faibles revenus qui seront à nouveau concernés.

Tous les français ne jalousent pas les plus entreprenants d’entre eux, ceux qui ont de hauts revenus, quand justice et éthique sont au rendez-vous (Conserver 50% de revenus nets, après avoir été lourdement taxés, c’est une mesure de justice pour moi).

Au total toutes ces mesures qui selon vous ne changent rien pour la grande majorité des français, je souhaite bien du courage à ceux qui voudront revenir sur certaines d’entre elles, essayez toujours !
Alain

A propos de l'ambiance de ce cote ci de l'Atlantique, regardez ce petit video... Rick Santelli, journaliste a CNBC, fait une petite "revolution" sur le floor du marche des futures a Chicago...

Personnellement, je pense exactement la meme chose: Si le gouvernement Obama va arreter les foreclosures, et bien moi, je vais arreter de payer mon mortgage!

http://www.cnbc.com/id/15840232?video=1039849853

Paul Nizan écrit : " Et les deux premiers résultats concernent un certain "BA" qui raconte les mêmes trucs que vous... Vous essayez de faire baisser l'action pour vous placer plus bas ou vous avez trouvé le moyen de contourner l'interdiction sur les ventes à découvert qui touche les financières ? "

Ni l'un, ni l'autre. J'essaie simplement de faire passer une information qui n'a pas été diffusée à la télévision, ni à la radio. Cette information, la voici :

1- Les dettes de la BNP sont plus élevées que le PIB de la France.

2- Les dettes de la BNP sont de 2 017 milliards d’euros, alors que ses capitaux propres ne sont que de 59 milliards d’euros.

3- La norme, c’est ceci : les capitaux propres de la banque doivent absolument être d’au moins 8 % des dettes de la banque. Or, pour la BNP, ses capitaux propres ne représentent que 2,9 % de ses dettes.

http://www.jpchevallier.com/article-28114182.html

Je pense que la BNP va faire faillite.

BA
Votre lien ne change rien: pas plus que vous il n'explique d'où ce "2017 milliards" peut sortir.

Pour une banque, l'argent c'est la matière première; le moyen mais c'est aussi le but et pour un agent de l'économie dont le rôle est d'irriguer tout le reste, devoir de l'argent à d'autres agents et en attendre d'autres est tout-à-fait normal... Ce qui semble vous gêner, c'est l'idée que l'on en mesure la rentabilité par rapport aux fonds propres, mais là je crois que personne ne peut rien pour vous.

Tiens, tiens...

"Pour tenter de corriger les effets politiques dévastateurs de la loi Tepa, les membres du gouvernement communiquent à outrance sur la «réussite» du dispositif de défiscalisation des heures supplémentaires. Avec un objectif : montrer que loi Tepa profite à tout le monde, notamment à ces salariés modestes qui «travaillent plus pour gagner plus»."

http://www.liberation.fr/economie/0101320662-heures-sup-le-mauvais-calcul-de-nadine-morano

Ceci expliquerait celà?...

Vous n'êtes toujours pas convaincant Soler, encore un effort.

"Vouloir, comme vous le faites par opportunisme, classer 30% des français parmi les riches, une promotion canapé ? Allez dire cela aux intéressés et à leurs syndicats !"

"Les riches", ça ne veut rien dire. "Les 30% les plus riches", au contraire, à un sens concret.
Mais la réalité ne vous arrange pas.
Les syndicats? Ils demandent le retrait du dispostif sur les heures sup.

"1800€/an sont les chiffres, ils représentent bien un montant sur lequel le salarié ne sera pas imposé."

Donc, ils ne représentent pas l'exonération, mais ce qui est exonéré. Ce chiffre était déjà non nul avant TEPA, sa présentation est trompeuse.
Pas grave. C'est un beau chiffre, envoyez çà à la presse.

"Votre article précise : « Le gouvernement y verra sûrement le signe que la loi a profité aux travailleurs les plus modestes. »"

Ne décelez vous pas un soupçon de doute chez le journaliste du Figaro qui a écrit cette phrase?

Comique!
D'après l'article de Libé, le total des heures sup travaillées en 2007 serait légèrement inférieur à ce qu'il était en 2006, avant la mise en place de TEPA.

Si vous croyez ce que vous écrivez Soler, lisez l'article de Libé. Il explique plus clairement que moi pourquoi votre analyse est fausse.

"Au final, le bilan de la loi est très éloigné des 1 800 euros par an claironnés par Morano. Et repose la pertinence d'un dispositif très coûteux pour les finances publiques : 3 milliards d’euros en 2008."

Décidemment mon cher Gatien, vous n’êtes pas heureux avec vos références !Super Comic!

() Après le Figaro vous me citez Libération ; Heures Sups Défiscalisées (HSD) : Serafini que j’avais lu écrit : « Les seuls gains pouvant être attribués à la loi Tepa, concernent les exonérations sociales dont bénéficient les entreprises, et les ristournes fiscales dont bénéficieront les salariés (mais qui ne pèsent pas bien lourds, les Français concernés étant souvent modestes et faiblement imposés). »

Votre piège était parfait : vos deux références de gauche comme de droite; Libé & Le Figaro CONFIRMENT MON Point de Vue : Super Comic!

les HSD bénéficient aux revenus modestes et moyens, pas aux riches ! (Libé met bien l’accent sur le fait que les bénéficiaires ne peuvent profiter des exonérations d’impôts, les pauvres n’est-ce pas : si souvent modestes et si faiblement imposés?

() Libé "oublie" néanmoins un facteur important, les HSD sont payées avec 25% d’augmentation au lieu de 10% seulement avant Tepa. C’est béta « d’oublier » cela !

Au-delà des batailles de chiffres sur des stats qui n’existaient pas. En cette année de crise qui aura vu un dernier trimestre calamiteux, 725 Millions d’HSD sur l’année ("résultats" SS, soit -3% par rapport à une "prévision") 146€/mois au lieu de 150€ la belle affaire, ne vous réjouissez pas trop vite des difficultés de l’économie mondiale et françaises, nous verrons les stats finales publiées!

Personne ne pourra évidemment extrapoler la quantité d’heures sans Tepa, mais tout cela n’était pas la question entre nous.

() Sur le fond économique, la meilleure façon d’apprécier une loi votée en août 2007 est d’en observer le résultat sur la croissance comparée par rapport à l’objectif, je vous rappelle que l’objectif était de combler notre différentiel de croissance (France) par rapport à la zone Euro et de réduire les prélèvements obligatoires.

Le résultat observé sur la croissance ne peut être contesté, Eurostat publie la croissance réelle du PIB pour 2006, 2007 et 2008 quelles sont les chiffres ?
En 2006 l’écart entre zone Euro (2.9%) & France (2.2%) est de 0.7%, en 2007 cet écart s’est réduit à 0.4%, tandis qu’en 2008, les derniers résultats montrent l’égalité de résultat de la France avec la zone Euro (+0.7%).

Mission accomplie, en souhaitant que 2009 se poursuive sur la même trajectoire. La réduction des prélèvements obligatoires liés à Tepa est nette également, je n’y reviens pas.

()) Si vous pensez que les salariés accepteraient demain « d’éventuelles propositions» de voir le paiement de leurs heures supplémentaires réduites de 25% à 10% et d’être réintégrées dans le revenu imposable, cher Gatien quelle naïveté politique!

Quant à François Chérèque, son fond d’investissement social est sur les rails avec la bénédiction de NS ! Que demain le même dispositif des HSD soit intégré sous l’appellation FIS je n’y vois aucun inconvénient, parole aux intéressés.
Alain

PS: Au delà de votre opposition à NS, quand même très curieux qu'avec les gauches vous en fassiez des tonnes sur une mesure si favorable aux travailleurs (c'est probablement de la jalousie, comme celle à propos de Jean Jaurès!)

"Libé & Le Figaro CONFIRMENT MON Point de Vue"

Diantre! Ou est-ce vous qui ne voulez voir que votre point de vue partout?

Vous vous réjouissez même d'un article qui démonte vos propres chiffres (que vous aviez visiblement copié/collé chez Morano).

Au point que vous finissez par vous interroger : "quand même très curieux qu'avec les gauches vous en fassiez des tonnes sur une mesure si favorable aux travailleurs".

Je vous laisse vous débrouiller avec les paradoxes que vous avez créé. Si vous trouvez la solution, faites moi signe.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.