Ma Photo

Actualité

  • Parution le 15 mars 2012

    Actu

    Paru le 2 novembre 2009

    Actu

    Actu

    Traductions

    Actu
    Corée

    Actu

    Corée

    Actu

    Inde

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Chine

    Actu

    Pologne

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Argentine

    Actu

    Corée

    Actu

    Espagne

    Actu

    Portugal

    ----------

    Actu

    Actu

    Actu

« La vraie crise européenne | Accueil | Le monde vu de Séoul. »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d834521ba869e20134808ebefe970c

Voici les sites qui parlent de La bonne immigration, choisie mais au Canada. :

Commentaires

C'est bien de parler de mon pays. Ici, au Québec, on parle beaucoup de la crise Grec et des possibilités que la même chose arrive au Québec (notre taux d'endettement y est très proche)... avec le reste du Canada qui nous sauverait de la faillite comme l'Europe sauve la Grèce (ou enfin, tente de la sauver).

"Les immigrés entrent au Canada pour travailler et pour devenir Canadien."

C'est quand même loin d'être le cas, beaucoup émigre au Canada pour travailler oui, mais pas tous pour devenir Canadien, mais pour devenir sujet de sa très gracieuse majesté (pour ceux qui ne le sont pas déjà) et avoir un passeport du Commonwealth, ou dans le but de s'installer aux USA.

Immigration choisie, priorité magrhébinne et Cotton club

L'immigration en Europe échappe totalement aux européens de souche.

Il s'agit d'une immigration par cooptation : les immigrés "invitent" d'autres immigrés, par le biais du mariage, ou d'autres tripatouillages de l'Etat civil.

Tout un pittoresque de situation, qui fait le prix de la comédie humaine et qui rend ces gens attachants, échappe complètement à nos "élites", qui font déjà figure de cocus de l'histoire.

Dans les faits, il s'agit déjà d'une immigration choisie, mais par les immigrés récents. Elle n'est pas choisie par la majorité de la population, elle déborde la justice et elle n'a aucun soucis de ce qu'elle pourrait apporter à l'Europe. La courbe de l'immigration en Europe est exponentielle.

Nulle part dans l'histoire de l'humanité, on ne trouvera le précédent d'une population qui aurait choisi délibérément d'ouvrir ses frontières à une immigration aussi différente et aussi hostile, culturellement. Rien à voir avec l'immigration européenne aux US.

C'est bien sûr à l'éloge de l'Europe (rien ne m'enrage plus que les petits marchands de mauvaise conscience européenne).

On peut aussi se demander si cette tolérance tout azimut n'est pas le signe d'un abandon, d'une démission face à l'histoire.

Quant au monde indifférencié dont Guy Sorman se fait ici l'apologue, ou les identités seraient réduites à de petites traces résiduelles, on voit bien tout ce que la mobilité professionnelle aurait à gagner d'une humanité pareille. Pour le reste ...

Ce refus de l'antagonisme que l'on retrouve en fond de sauce de la "culture" contemporaine est aussi un signe de démission, d'abandon de sa propre identité.

Sur l'identité nationale,

Un jour, un nationaliste corse a dit quelque chose d'intéressant : les arbres dont on voit les racines sont en train de mourir.

Il y a aussi Wole Soyinka sur la négritude (on peut transposer pour la Belgitude) : "Le tigre ne proclame pas sa tigritude. Il se jette sur sa proie et la dévore."

Immigration choisie ? Le problème est de savoir par qui ?

Les libéraux sont coincés sur le sujet. Ils ne cessent de dire que l'Etat est un mauvais planificateur, qu'il doit se désengager. Peuvent-ils plaider pour une régulation étatique de l'immigration ? S'ils sont cohérents avec eux-mêmes, non.

Une auto-régulation de l'immigration est-elle possible ? En clair, les immigrés viennent s'ils sont invités (s'ils trouvent un travail et ont la capacité de se loger). Leurs familles s'installent selon les mêmes principes.

Mais le puissant système social français fausse tout (c'est certainement vrai partout ailleurs en Europe, mais encore plus en France)car les immigrés étant pauvres pour la plupart, ils profitent en premier du système (HLM, aide sociale, école gratuite, crèches...).

D'où le risque d'une immigration d'ayants droits, d'assistés et non de travailleurs, une immigration qui n'apporte pas de richesses mais qui coute cher.

Peut-on pourtant empêcher les immigrés pauvres de bénéficier de ces "largesses" sociales, sachant qu'ils sont les premiers à en avoir besoin ?

Les gouvernements n'ont pas de solution car ils savent que l'économie a besoin des immigrés mais que l'opinion est souvent hostile. ils alternent donc entre répression, dureté et générosité. Et au total ne contrôlent pas grand chose.


"les identités seraient réduites à de petites traces résiduelles".

Là encore, qui est garant des identités ? L'Etat n'a pas le mandat de définir "l'identité nationale", d'où l'absurdité d'avoir créé un ministère pour cela.

Pour autant, les identités nationales existent et sont primordiales pour chacun d'entre nous, et les pays qui ont un problème avec cela vont mal (les Belges en savent quelque chose).

Le problème de mon pays n'est pas le manque d'identité nationale ; c'est l'identité trop forte de la composante flamande. Je crois qu'un français n'est tout simplement pas capable de comprendre.

Le français croit qu'être français signifie quelque chose ; le belge sait qu'être belge ne signifie rien. Les problèmes commencent lorsque des belges ne se satisfont plus de cela.

Le Pen ou Gollnish ? C'est le genre de questionnement Cornélien que les flamands se posent aujourd'hui. En toute conscience.

http://www.fdf.be/spip.php?article3102

"Je crois qu'un français n'est tout simplement pas capable de comprendre".

Remarquez qu'il a fallu la persévérance de l'Etat, depuis le Moyen-Age, pour nous convaincre qu'être français a un sens.
Bourrage de crâne ou sentiment fort qui dépasse les constructions juridiques ?

C'est vrai qu'en France, j'ai parfois le sentiment que c'est le journal de 20 heures qui fabrique la "françitude".

Tiens, vous venez de me donner envie d'aller faire un tour au nord. Pas pour ré-émigrer (pour le moment), mais pour changer d'air. Le lac de Sacacomie, en hiver, une merveille (nous y vîmes des hommes politiques français de premier ordre, il y a quelques années). Toronto, Manhattan en immaculé de propreté. Les US, la civilisation en plus. Décidément, les pays sans histoire, ou d'histoire courte, ont moins de mal avec l'identité et l'immigration. Moins de passé à ressasser, on vit dans le présent et pour l'avenir.
La sélection à l'entrée? Pourquoi pas. Comme dans les universités. Bosser pour y arriver, rien de mieux pour faire des citoyens respectueux et conscients de la chance qu'ils ont. On le sait tous, l'on apprécie vraiment que ce pourquoi l'on a fourni des efforts. C'est dans la nature humaine. C'est pout cela que les idéaux de gratuité ne sont pas aussi humanistes qu'ils le voudraient.

"La sélection à l'entrée?"
Pour le moment, beaucoup d'immigrés viennent travailler dans les restaurants ou le bâtiment, ou encore comme nourrice ou femmes de ménage.

Et les employeurs n'ont pas besoin de sélection dans ces domaines, juste une main-d'oeuvre docile et bon marché.

Donc, sélectionner selon quels critères ?

Quand j' étais étudiant en 3 ième d' année d' école d' ingénieurs privés ESME,et en maitrise en électronique tous les profs étaient arabes ou noirs et aucun asiatique et rares étaient blancs.Maintenant, je vis des allocs comme un vrai bougnoule. La belle vie! Quand mon père était étudiant à Supélec, on lui a dit soit tu décroches ton diplome soit tu retournes au pays.Il fait parti des gars qu' on ne veut pas virer surtout qu' il a travaillé après dans le spatial et l' armement spécialisé en hyper fréquences.Aux USAs les chinois gagnent autant qu' un blanc alors que les Indiens gagnent 60000 $/an et un Iraniens 20% que les blancs.Cela s' expliquent par le fait que généralement les Immigrés Indiens sont hyper qualifiés même si les universités indiennes sont médiocres la première étant située au delà de la 400 ième place mondiale alors que les Chinois sont souvent clandestins ou arrivés depuis des lustres pour faire des travaux manuels comme les polonais en France.

"que le sirop d'érable et les marmottes "

1. l'accent
2. le froid
3. les bibites (moustiques)

trois bonnes raisons de ne JAMAIS immigrer au Québec

Je sais ce que vous pensez : l'accent, la pluie, il est mal placé pour faire le malin, le belge.

Justement. J'ai déjà passé la moitié d'une vie à m'y habituer. Pas question de recommencer.

4. les mouches à chevreuil (taons)

La trouille - Fool me once, fool me twice, fool me three times ...

La Flandre s'apprête à voter pour l'extrême droite (40% , pas moins).

Deux partis issus de la collaboration, pour l'essentiel, plus le parti d'un ancien judoka, "Nitzschéen", qui veut transformer les églises en salle de sport.

Les francophones, comme d'habitude, sont prêt à toutes les concessions, sans plus exiger de contrepartie. À tort.

La scission de BHV entraînera la scission de la Belgique, aux conditions flamandes. Les francophones n'auront rien. Ils seront spoliés, économiquement et politiquement et laissés sur la grève.

C'est une grande injustice, que la lâcheté des francophones, la méchanceté des flamands et l'indifférence de l'Europe s'apprêtent à entériner.

Le parti des sans-complexes

Les socialistes flamands s'écroulent, les libéraux flamands s'écroulent, les écologistes flamands attendent encore avant d'exiter.

Le CDV s'écroule : il est puni par où il a péché.

BHL : à l'extrême-droite du spectre politique, les électeurs préfèrent l'original à la copie

Le CDV (Herman Van Rompuy et Yves Leterme) a donné à l'extrême-droite la respectabilité qui lui manquait.

Tous les partis flamands ont voulu courir derrière l'extrême-droite.

Plus ils allignaient leur programme sur celui des séparatistes, plus ils devaient tenir des discours opposés selon qu'ils s'exprimaient en français ou en flamand, plus l'extrême-droite leur taillait des croupières.

Logique du pire et minorité agissante

60% de 6000000 de flamands ne souhaitent pas la scission du pays; 97 % de 4000000 de francophones ne souhaitent pas la scission du pays.
Cela fait 7 600 000 personnes sur 10 000 000, un peu plus des trois quart de la population, sincèrement attachée à ce pays.

Pourtant, la scission se fera, au soulagement de tous.

"Bart de Wever : Le 5 mai 2007, juste avant les élections législatives du 10 juin 2007, Bart De Wever retrouve Jean-Marie Le Pen à l’enterrement de Karel Dillen, le fondateur du Vlaams Blok, figure historique de l’extrême droite flamande et auteur de la traduction en néerlandais du premier livre négationniste (lire aussi RésistanceS, Vidéo: Karel Dillen et l'épuration ethnique). Le site web de la N-VA est lié au site des VNJ ("Vlaams Nationaal Jeugdverbond"), qui regroupe les jeunesses flamandes "hitlériennes".

Le 28 octobre 2007, Bart De Wever, récuse à Anvers les excuses officielles du bourgmestre (maire) socialiste d'Anvers adressées à la communauté juive de Belgique pour la collaboration apportée par l'administration, la justice et la police d'Anvers à la déportation des juifs (lien: Article Le Monde). Il qualifie ces excuses de "gratuites" ce qui suscite un tollé dans la communauté juive de Belgique et à l'étranger.

Août 2008, Bart De Wever, élu député fédéral, s'attaque aux Francophones qui habitent dans leur propre pays et en particulier dans les communes annexées par la Flandre lors du tracé arbitraire de la frontière linguistique en 1962-1963: "Je pense qu'il n'y a pas de minorité francophone en Flandre, il y a des immigrants qui doivent s'adapter. On demande cela à des Marocains, des Turcs" tout en exhortant à "arrêter le colonialisme" de Bruxelles vers la Flandre . Bart De Wever est élu député au parlement flamand le 7 juin 2009.

Il déclare: "Les francophones continueront à tirer sur une tétine fédérale tarie. Nous en avons assez. Plus une seule goutte" (Le Soir). Selon lui, il faut "affamer financièrement" Bruxelles et la Wallonie afin que les Francophones, à bout de ressources, viennent mendier et proposer, en échange d'un refinancement (hypothétique), des abandons de leurs droits et libertés fondamentaux en faveur de la Flandre . "

7% des policiers bruxellois sont des bruxellois ; le taux de chômage des moins de 25 ans à Bruxelles en 2007 est de 35,3%.

" En tête , les Chinois avec 10% , puis les Indiens et les Philippins , suivis des Américains US et des Britanniques . "

Ce qui est moins prononcé pour l'équipe national de hockey sur glace; dont les noms sont encore à consonance anglo-saxonne ou francophone du cru. Si l'on devait comparer avec le 11 français. Pour ce dernier, il est vrai qu'ils sont surtout originaires des Antilles françaises. Mais par contre le fameux black, blanc, beur qui fut le symbole de la réussite de l'intégration après la victoire de l'équipe de France au mundial 98, était presque tous des français de 3ème génération.

D.J

" le taux de chômage des moins de 25 ans à Bruxelles en 2007 est de 35,3%. "

En Suisse le chômage des moins de 25 ans en 2007 est de 4 à 5 % et les médias et la gauche parlent d'un véritable fléau.

D.J

Le Canada est toujours une grande terre d'accueil où des millions de personnes cherche à y immigrer. Je le sais pour avoir voyager un peu. Mais c'est vrai que le froid y est assez mordant et beaucoup regrettent la chaleur de leur pays d'origine une fois l'hiver venu. J'ai vu beaucoup d'indiens qui avaient une mine misérable pendant l'hiver. Et ce n'était pas psychotique mais bien physique. Mais après quelques années à geler, le corps s'habitue et la majorité reste. Les chinois s'adaptent beaucoup plus rapidement car ils connaissent déjà des hiver assez rude en Chine. Et les chinois adorent le système capitaliste, surtout celui qui a cours au Canada anglais.

"Ce qui est moins prononcé pour l'équipe national de hockey sur glace; dont les noms sont encore à consonance anglo-saxonne ou francophone du cru. "
D.J.

Ah Oui? Parce que tu trouve que ces noms son anglo-saxon ou francophone? Voici la liste des meilleurs joueurs du Canadien de Montréal:


M. Cammalleri, B. Gionta, T. Plekanec, S Gomez, A. Kostitsyn, M. Bergeron (seul francophone), R. Hamrik, P. Subban (joueur défenseur vedette NOIR), D. Moore

Gardiens:

J. Halak (slovaque)
c. Price

75% de ces gens ARRIVENT D'AILLEURS que du monde anglo-saxon ou francophone.


Bart de Wever :

http://www.francophonedebruxelles.com/2009/11/bart-de-wever-et-les-nazis.html

http://www.francophonedebruxelles.com/2010/05/la-strategie-nationaliste-flamande.html?showComment=1272908187482#c3258357419607261727

Notez que personne ne sait qui est ce fameux francophone de Bruxelles ; il y a des choses qu'il ne vaut mieux pas dire tout haut en Belgique, avant de numéroter ses os.

http://blog.marcelsel.com/

http://bruxelles.blogs.liberation.fr/

Les blogs francophones constituent une meilleure source d'information que la presse belge, complètement politisée. Le plus grand groupe de presse francophone est ... flamand (Roularta Media Group) et certains journalistes francophones ont déjà été "démissionés" pour avoir attiré l'attention du public sur certains problèmes.

Quatremer est une exception en France : il est le seul journaliste à comprendre ce qui est en train de se passer en Belgique.

Le Monde fait des fautes et des contresens comme des maisons. La bien-pensance est fachée avec le discernement.

Pour finir :

Un Wallon et un Flamand boivent une bière à la terrasse d'un café. Arrive une mouche

Le Flamand : -"Tu as vu le mouche ?"
Le Wallon : -"La mouche"
Le Flamans : -"Tu as des bons yeux, sais-tu."

Un Wallon et un Flamand travaillent dans deux bureaux opposés dans l'administration fédérale.

Un jour, le Wallon voit sur la porte de son collègue "Hier spreekt men nederlands*".

Furieux, le Wallon installe sur la porte de son bureau : "Veci, on n'jause nin, on boute**".

* Ici, on parle le hollandais.
** Ici, on ne cause pas, on travaille.

Si je prend la sélection qui a joué a Vancouver lors des jeux de 2010; la crème de la NHL, les noms anglophones son majoritaires, quelques francophones ( deux gardiens sur trois ) , mais point de nom chinois, indiens ou Philippins. D'où le sens de mon premier commentaire.

Pour la petite histoire, Rick Nash et Joe Thornton ont joués en Suisse à Davos lors du lock out de la NHL en décrochant le titre de champion suisse. Il étaient en tout une quarantaine de joueur de NHL à être venu joué en Suisse, cette année là.

Attaquants

Patrice Bergeron(Notes), Bruins de Boston; Sidney Crosby(Notes), Penguins de Pittsburgh (Alt. capt.); Ryan Getzlaf(Notes), Ducks d'Anaheim; Dany Heatley(Notes), Sharks de San Jose; Jarome Iginla(Notes), Flames de Calgary (Alt. capt.); Patrick Marleau(Notes), Sharks de San José; Brenden Morrow(Notes), Stars de Dallas; Rick Nash(Notes), Blue Jackets de Columbus; Corey Perry(Notes), Ducks d'Anaheim; Mike Richards(Notes), Flyers de Philadelphie; Eric Staal(Notes), Hurricanes de la Caroline; Joe Thornton(Notes), Sharks de San José; Jonathan Toews(Notes), Blackhawks de Chicago.

Défense

Dan Boyle(Notes), Sharks de San José; Drew Doughty(Notes), Kings de Los Angeles; Duncan Keith(Notes), Blackhawks de Chicago; Scott Niedermayer(Notes), Ducks d'Anaheim (le capitaine); Chris Pronger(Notes), Flyers de Philadelphie; Brent Seabrook(Notes), Blackhawks de Chicago; Shea Weber(Notes), Predators de Nashville.

Gardiens de but

Martin Brodeur(Notes), Devils du New Jersey; Marc-Andre Fleury(Notes), Penguins de Pittsburgh; Roberto Luongo(Notes), Canucks de Vancouver.

D.J

Yves Leterme a quelque chose à vous dire

En présentant sa démission, Yves Leterme a déclaré : "J'ai la conscience tranquille."

Avec le zazen Van Rompuy, il fait la paire.

@ GM,

je précise qu'il sagit de l'équipe national lors de mon premier commentaire et non l'équipe du canadien de montréal.

D.J

Yves Leterme a quelque chose à vous dire

En présentant sa démission, Yves Leterme a déclaré : "J'ai la conscience tranquille."

Leterme qui a mis un terme? c'était prédestiné.

D.J

La première phrase de l'article de Guy Sorman résume bien les choses: "[]...le Canada recrute environ chaque année 250.000 immigrants[]". On considère donc au Canada les choses suivantes:
L'immigration n'est pas un flux aléatoire se dirigeant selon le sens du vent, mais le fruit d'une rencontre entre une offre et une demande.
L'immigré doit apporter quelque chose à sa terre d'accueil.
L'immigré doit respecter les règles (pas uniquement les lois) là où il s'installe.

Tout ceci est évident au Canada, aux Etats-Unis, en Australie et dans pas mal de pays d'Europe. J'enfonce des portes ouvertes. Maintenant, pourquoi ces évidences sont considérées comme du blasphème ou du racisme en France?

Les noirs sont sureprésentés dans le sport, que ce soit en NBA, football américain, football, équipe de France. Les asiatiques sont sureprésentés dans les universités américaines.Dans le film Romeo must die, les jaunes et les noirs s' entretuent pour controler la ville.Les blancs sont out. J' espère qu' un jour, les noirs , les jaunes et les hispaniques controleront un jour les USAs. Première étapes: la Californie et d' autres états Alabama, Floride, Hawai, ... où les blancs constituent moins de la moitié de la population.

Je retire tout ce que j'ai dit en faveur des slovaques : des vrais flamands.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2009/07/24/la-slovaquie-provoque-les-hongrois-en-interdisant-les-langues-minoritaires_1222444_3214.html

Pourquoi les français n'ont-ils pas élu Balladur ? Lui au moins comprenait la nécessité pour l'Europe d'avoir des frontières stables et des minorités reconnues. Les français regardent cela de haut, en riant de la petitesse des autres pays : ils ont tort.

D'une part, contrairement à ce qu'ils pensent, ils n'ont pas choisi de naître français dans les limbes, ce qui aurait pu justifier leur morgue, d'autre part, la France est en Europe.

Immigration choisie

Sur l'immigration : un immigré qui introduit sa demande en néérlandais et qui s'inscrit à l'office des étrangers néérlandophones a dix fois plus de chances de se faire accepter. Les partis néérlandophones bloquent systématiquement les régularisations des étrangers, dans le cadre des négociations communautaires.

Enfin,

Le secrétaire de Mombutu téléphone à Zaventem (aéroport de Bruxelles, vitrine du flamingantisme) pour préparer la venue de Seseseko. L'employé de l'aéroport refuse de s'adresser à lui en français.

Réaction du secrétaire : "-Tu es bien gentil, mais tu pourrais me passer un blanc s'il-te-plaît?"

1.000.000 d'otages

"Les statistiques (fiscales ou administratives), qui présentent une réalité objective de la réalité socio-linguistique de la Région de Bruxelles, à défaut d’un recensement linguistique refusé par les bourgmestres Flamands depuis 1960, l’attestent: la population flamande représente moins de 10% de la population.


Exemples (Source: Perspectives Francophones, nr 47 Oct-Nov 2008, p.7):


Permis d'urbanisme (2004): 92% FR et 8% NL


Déclarations fiscales à l'IPP (2002): 90.4% FR et 9.2% NL


STIB - demandes d'abonnements pour les - 12 ans (2005): 93.3% et 6.7% NL.


Actes de l'Etat civil (naissances, décès, mariages, 2002): 90.8% FR et 9.2% NL"

Suite au commentaire positif et optimiste de Guy Sorman sur la situation canadienne et sans que la réalité de l'immigration choisie soit aussi idyllique qu'on pourrait le penser - on peut constater par exemple que l'arrivée de nombreux immigrés donne naissance à des quartiers où, de fait, aucune des langues officielles n'a quasiment cours- il faut ajouter au constat fait à Ottawa , pour l'avoir vécu, qu'un certain nombre de comportements inscrits dans le quotididen des habitants favorisent l'assimilation et le désir d'appartenance à la nation. Les canadiens sont particulièrement fiers de leur citoyenneté, de leur drapeau et n'hésitent pas à l'afficher ouvertement. Il est courant de voir le drapeau canadien flotter de façon permanente soit sur les balcons d'appartement locatifs, soit devant des maisons individuelles, en plus de tous les batiments officiels.L'hymne est diffusé chaque matin dans les écoles. Quant à la cérémonie d'accession à la citoyenneté elle est empreinte de suffisamment de solennité, et de référence à l'importance du moment pour que chacun se sente impliqué et concerné . Sans prétendre en faire une référence idéale, peut-être y a-t-il là matière à s'inspirer.

"Les Canadiens étant discrets , ils parlent peu de leur expérience singulière : il convient de se rendre chez eux pour leur arracher ces informations." Leur "arracher"? Y aurait-il un malaise?
Est ce qu'il s'y dirait la meme chose que dans les familles francaises "souchiennes"? (certaines du moins). Si j'en crois mes amis canadiens (francophones comme anglophones), c'est le cas.
Peut etre pas tant de difference que ca alors...

Le Canada, l' Australie, les USAs, l' Irlande les pays les plus riches de la planète sont la preuve que le libéralisme marche (même sans multinationales dans le cas de l' Australie et l' Irlande).Est ce que l' on peut transposer ce système à des démocraties moyennement pauvres comme le Mexique et le Brésil.Le niveau de vie Brésilien est passé de 30% de celui des USAs à 20% ces 30 dernières années.Sans doute la politique économique Brésilienne ces dernières décennies n' est pas la bonne.

Le déclin de l'Occident s'accélère, en partant du berceau de l'Occident, non le moindre des paradoxes.
Alors, quand tout fout le camp, on se retourne avec nostalgie sur un passé mythifié, les métros parisiens aux wagons rouges (première) et verts, avec bancs en bois et contrôleur en képi, dressé en wagon de tête, qui actionnait la fermeture des lourdes portes en fer, brutale, bruyante, vacarme de machine à presse, pendant que là haut, le poinçonneurs, des Lilas et d'ailleurs, s'affairait à trouer le temps.
Et puis, un peu plus tard, pour nous distraire, il y eut Georges. Marchais.
Allez, faites-vous un petit plaisir:
http://www.youtube.com/watch?v=CX8z_9h9Oaw

Je pourrais repasser cet extrait de Marchais en boucle. Du grand génie.


Marchais jouait les prolos, alors qu'il vivait comme un PDG. Il faisait mine d'être spontané, alors qu'il calculait tout. Il faisit le pitre, mais la classe politique (surtout de droite) était téntanisée devant lui.

Mais l'artiste qu'il était n'avait pas prévu que la classe ouvrière était outrée que son représentant auto-proclamé se comporte comme un clown grotesque et mal élevé. Tout cela lui a couté cher, beaucoup d'électeurs communistes se sont tournés vers Mitterrand, qui n'avait pas besoin de jouer les prolos pour séduire le peuple.

Le Pen a surpassé Marchais, en séduisant le peuple tout en maniant l'imparfait du subjonctif. Il n'y a que la France pour générer de tels politiciens.

Remarquez que si on a Fillon et DSK en 2012, on se marrera moins.

"on se retourne avec nostalgie sur un passé mythifié" - Wall-oon Street - Espingoins Aloonguins

Cher ETF,

Jusqu'en 1945, lorsque les parisiens payaient un ticket de métro, l'argent atterissait dans la poche d'un belge, un wallon, le baron Empain.

Les Empain ont construit des métros et des chemins de fer aux quatres coins de la planète. Le premier Empain a construit un ville entière, près du Caïre.

Les wallons sont aussi les premiers settlers de Manhattan. Si Wall Street n'est pas Walloon Street et si les new-york fut new amsterdam, la faute à leur capitaine, hollandais.

Un suédois sur quatre a des ancêtres wallons, puisque de nombreux wallons ont émigrés en Suède pour créer la sidérurgie suédoise. L'excellente réputation des wallons en Suède fait un saisissant contraste avec la condescendance et le mépris avec lesquels ils sont traités dans leur pays.

Comme le dit un de mes collègues, flamand, pacifique, sage et bruxellois d'adoption : si les flamands sont si nationalistes, c'est parce qu'ils ignorent tout de leur histoire.

L'histoire et le nationalisme font très mauvais ménage. Mais tenter d'expliquer cela à Eric Zemmour ...

http://www.lalibre.be/debats/opinions/article/581606/le-nationalisme-comme-construction-politique.html

Il est sans doute trop tard pour contrer Le Vlaams Leeuw.

Le Canada décryptage

« Recruter » en France nous dirions accueillir ; le terme recruter s’applique en effet pour le Canada, la chaleur des sentiments y est souvent absente (elle n’est pas toujours présente chez nous) !

« Sélectionner » autre terme qui peut signifier discriminer, un choix en correspondance avec le recrutement.

« 5000 français » sur 250 000 ces 2% reflète le faible attrait d’une société peu chaleureuse, relativement égoïste.

« Pas de clandestins » certes les protections naturelles sont une explication, ce n’est pas la seule, le pays ne fait pas vraiment rêver la froideur n’est pas seulement dans le climat.

« Devenir canadien » un projet identitaire en effet avec le drapeau, l'hymne chaque jour à l'école, mais surtout une porte d’entrée à l’Amérique.

Le transit-canadien plutôt une purge avant l’Eldorado américain.

« La société de plus en plus multiculturelle ». Le canadien référence identitaire, c’est ce que l’on dit à chaque fois des nations réputées multiculturelles et harmonieuses citées en exemple jusqu’à leur explosion !

« Canadiens discrets » pour être discrets, on peut dire qu’ils le sont ! Les immigrés ont bien du mal a les rencontrer, relégués dans les associations et relations communautaires !

« Un moteur de prospérité économique » l’immigrant recruté est d’abord un employé du Canada, moteur de la prospérité économique en effet. Un pays où les opportunités professionnelles sont réelles.

J’ai toujours en mémoire la façon particulièrement inhumaine de traitement de la française Nathalie Gettliffe qui luttant pour la garde de ses enfants fut conduite en prison pendant de longs mois, obligée d’accoucher en prison canadienne !

Quand au multiculturalisme, la consultation du trombinoscope de l’équipe gouvernementale du cabinet Stephen Harper montre, c’est le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’a pas produit d’élites politiques :

Stephen Harper (PM) ; les honorables Jim Prentice, Robert Nicholson, John Baird, JP Backburn, Lawrence Canon, Marjory Lebreton, Tony Clement, Chuck Strahl, James Flaherty, Peter Mackay, Josée Verner, Stockwell Day, Jay Hill, Vic Toews, Peter van Loan, Rona Ambrose, Gerry Titz, Diane Finley, Jason Kenny, Beverly Oda, Leona Aglukkaq, Christian Paradis, Lisa Raitt, James Moore, Gail Shea, Keith Asfield, Gary Lunn, Gordon O’Connor, Diane Aloncza, Rob Merrifield, Lynne Yelich, Steven Fletcher, Gary Goodyear, Denis Lebel, Peter Kent, Rob Moore.
http://www.pm.gc.ca/fra/cabinet.asp?featureId=8

La bonne immigration ? Sur un cabinet de 37 membres, dix femmes, pour la parité tout juste acceptable, pour la Diversité du cabinet il faudra repasser, zéro pointé !
Alain

PS même constat que DJ avec l'équipe sportive.

À qui profite le crime ... (drôle de paix communautaire)

En Flandre, la NVA devient le premier parti (+ de 22%) ; les libéraux passent à 13%.

En Wallonie, les socialistes s'envolent à plus de 30 %.

Les libéraux francophones boivent la tasse. On leur reproche leur alliance avec le FDF.

Ce qu'on entend le plus, c'est que le FDF (parti de Maingain, de Gol et de Spaak) est un parti d'extrémistes. On renvoie dos à dos la NVA et le FDF.

Ce merveilleux désarmement unilatéral francophone et ce bel esprit de tolérance sont tout de même paradoxaux, alors qu'en face le cochon nationaliste n'en finit pas de grogner.

J'ai l'impression que je comprend de mieux en mieux 1939.

"En Wallonie, les socialistes s'envolent à plus de 30 %."

Pourquoi cette nette orientation à gauche de la Wallonie (phénomène qui n'est pas nouveau) ?

1. La crise financière, c'est la faute au MR, ces méchants capitaliss' sans coeurs.

2. La crise en Belgique, c'est la faute au VLD, ces saboteurs institutionnels qui nous ont empêché de faire la paix avec nos excellents amis flamingants, à la dernière minute.

3. Le nationalisme flamand, c'est la faute au FDF, c'est kamikazes francophones, ces extrémiss' (chaque communauté doit avoir ses extrémiss', c'est logique ; sinon la grille de lecture de Guy Sorman et du PS wallon n'est plus valable) : regardez-les, ils sont arrogants, on dirait des français, pas des vrais belges gentils comme tout, il y a même des nobles sur leurs listes : arrogants, puisque je vous le dis. Tous nos problèmes viennent de là.

C'est peut-être complètement idiot, mais cela marche, surtout que les flamands en face ne disent pas autre chose.

Que l'incurie socialiste wallone soit l'alliée objective du nationalisme flamand, que les chrétiens-démocrates flamands aient fait alliance avec les nationalistes flamands et leur aient permis de se projetter sur l'avant-scène de la politique belge, cela ne perturbe pas une seule seconde le jugement de mes compatriotes. Il y a trop de coupables pour ne pas rejeter la faute sur les innocents*.

Pourquoi cet effondrement (qui n'en finit pas) politique francophone ? La trouille, probablement.

innocin, en wallon, c'est une sacrée insulte

Puis, il y a des raison plus historiques.

La Wallonie est une terre de syndicalisme. On a encore en mémoire ici les invasions des domiciles des maîtres des forges, des propriétaires des mines, au XIX et des patrons en général jusque dans les années '70. Tous les Wallons connaissent "Et rik, Et Rak, On va sketter l'baraque" : menace traditionnelle du prolétariat lorsqu'on l'exploite un peu trop fort. Les Italiens qui ont émigrés en Wallonie après 1945 ont tout de suite assimillé cette partie de la culture locale (et le wallon, au point de représenter la moitié des derniers locuteurs de ces dialectes).

La Wallonie a un taux de chômage de 10 %, mais nettement plus élevé dans le Hennuyer, province qui compte plus de 50% de la population de la région wallone (et vote PS, est-il besoin de préciser).

Plus de 4 emplois (et non 7 comme je l'avais dit un peu vite) sur 10 , en Wallonie, dépendent directement ou indirectement du PS wallon.

Pardon, je voulais dire des autorités publiques.

Avec 30% des suffrages, le PS tient à son petit royaume socialiss' et n'est pas pressé de voir son pouvoir mis en danger par Wall+Brux+communes de la périphérie où son pouvoir risquerait de sombrer face à un MR plus fort.

Les Wallons sont Namurois, Carolo, Ardennais, Montois, Liégeois, avant d'être des wallons ou francophones. Il ne veulent pas se faire emm... par des querelles linguistiques (vous remarquerez la différence avec la Flandre) dont ils pensent (mais ils se gourent complètement) qu'elles ne les touchent pas directement.

Le Hennuyer : le Hainaut, évidemment.

Les bons comptes

GS : « 250 000 immigrants. Ceux-ci sont sélectionnées par des tests d'aptitude culturelle et professionnelle : soit environ 9% de la population totale par an ! »

- Passable pour la parité homme-femme au gouvernement canadien de 37 membres honorables (10 femmes)

- Zéro pointé pour la diversité du cabinet S. Harper

- Egalement zéro pointé pour le pourcentage de l’immigration : 0.74% de la population totale par an (population 2010 : 34 Millions d’habitants) et non 9% ( % qui signifirait 3 Millions d'immigrants)
Alain

Michèle Tribalat arrive exactement aux mêmes constatations que moi. Elle collecte les statistiques ; je tend l'oreille aux histoires individuelles.

Telle jeune fille africaine qui se grime en boubou pour se vieillir au yeux de la douane et qui fait passer le frère de son mari pour son fils, telle autre qui fait un enfant à un blanc pour pouvoir avoir la nationalité et récupérer son fils laissé au pays, tel ex-collègue d'origine tunisienne, qui s'est marié trois fois pour pouvoir financer sa véritable union.

Derrière chaque immigré, il y a une histoire particulière et souvent pittoresque. Le sordide, le comique, le tragique se disputent le fin mot de l'histoire. L'heureux dénouement est toujours aux frais des contribuables occidentaux.

Michèle Tribalat parle d'immigration du droit acquis ; je parle d'immigration par cooptation. C'est exactement la réalite. Il n'y a rien que nous puissions faire : l'offre et la demande. Out of control.

Quand aux "accomodements raisonables", cela me fait bien rigoler.

Vous connaissez sans doute la patrie "du bon sens" et "de la culture du compromis" : je suis son fils indigne, et pour cause.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.