Ma Photo

Actualité

  • Parution le 15 mars 2012

    Actu

    Paru le 2 novembre 2009

    Actu

    Actu

    Traductions

    Actu
    Corée

    Actu

    Corée

    Actu

    Inde

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Chine

    Actu

    Pologne

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Argentine

    Actu

    Corée

    Actu

    Espagne

    Actu

    Portugal

    ----------

    Actu

    Actu

    Actu

« Les russes, les chinois et autres syriens. | Accueil | Comment meurent les démocraties »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d834521ba869e201630151090b970d

Voici les sites qui parlent de Schumpeter à la Maison-Blanche :

Commentaires

Excellent...

GM posts record profit of $7.6bn

"General Motors shrugs off European woes to post highest profits on record in the first full year since the auto bailout"

Rappelons que Romney avait signé un éditorial dans le NY Times s'opposant au sauvetage par l'état de GM. Une faillite de GM aurait entraîné la faillite de ses sous-traitants, entraînant des licenciements par millions, oui par millions, à un moment où les US étaient au bord de la dépression, et très probablement, un rachat des vestiges par Toyota ou peut-être, par une entreprise chinoise, puisque c'est l'industrie automobile US entière qui était au bord du gouffre.

Alors, il serait bon que les idéologues Schumpeteriens fassent preuve d'un peu de modestie et de réalisme. Mais c'est sans doute trop leur demander.

Les grandes théories, c'est très joli. Mais ceux qui y adhèrent sans réserve, y investissent leur image et leurs émotions, ne sont que des ensectisés parmi d'autres. Les processus sont les même, et ils préfèreront ignorer ce qui contredit leur croyance, que se remettre en question.

La réalité, bien entendu, est toute autre. Et heureusement, il y a, à la Maison Blanche, un type qui sait naviguer, et appliquer des recettes différentes à des situations différentes, sans avoir la prétention, au passage, d'avoir toujours raison.

Tout l'inverse de l'idéologue européaniste que nous décrit notre cher taulier.

Je ne reviens pas sur le corps de l'article que j'ai déjà commenté lors de sa première publication.

Je suis tout a fait d'accord avec ETF.


Pour moi, ce qui devrait gouverner les hommes, ce ne doit etre ni les theories ni l'ideologie, mais le pragmatisme ou, comme dirait Maurras,l'empirisme organisateur.

@ ETF,

Personne ne va se plaindre du redressement spectaculaire de GM. mais se limiter à une intervention de l'état fédéral à quelques entreprises comme GM est une chose. Mais d'avoir triplé la dette US en 2 ans dans l'ensemble des interventions publique sous Obama est loin d'avoir tout régler les problèmes.

Malgré la reprise récente de l'embauche et de la croissance est en amorce; ( on va pas s'en plaindre non plus ) il faudra attendre encore un peu avant de crier victoire. Les relances publiques ont toujours dans un premier temps fait baisser le chômage et fait repartir la croissance.

Mais cela a souvent fini par une augmentation de l'inflation à cause de la planche à billet et des hausses d'impôts.

D.J

Tout ce que je dis c'est que les idéologies et les théories totalisantes sont mauvaises. La réalité est toujours plus nuancée.
Ensuite dire qu'Obama aura triplé la dette, c'est du délire total. Mais bon, peut-être préférez-vous la propagande aux faits. Il a augmenté la dette, c'est un fait, comme l'ont fait tous les pays occidentaux confrontés au désastre économico-financier de ces dernières années.

Tenez, lisez. C'est intéressant:
http://home.adelphi.edu/sbloch/deficits.html

Cela montre que les républicains sont tout aussi responsables, si ce n'est plus, des déficits que les démocrates (depuis Reagan), et montre en quoi les baisses d'impôts - entre autres - depuis Reagan ont eu un effet dévastateur sur la dette.
Beaucoup, beaucoup de tartuffes, donc, parmi nos amis républicains.

@ ETF,

J'ai certes exagéré de parler de triplé; mais Obama a bien augmenter la dette du double en 2 ans de ce qu'a fait W.Bush en huit ans. On a beau sortir ces chiffres; il y a toujours des gogos en France comme en Suisse pour accuser Bush d'être responsable de la dette us actuel

Tout comme à nous ressortir chaque fois que c'est la faute à Reagan pour expliquer que si l'économie américaine va mal aujourd'hui c'est à cause de sa politique.

La politique de Reagan date de 30 ans et elle avait pour but de sortir les Etats-Unis d'un marasme économique et d'un fort taux de chômage ce qui fut une réussite. Ce qui s'est passé après regarde les administrations suivantes qui ont géré le pays. C'était à ces dernier d'adapter la politique économique en rapport avec la situation du moment.

Un peu comme ceux qui accusent Tatcher dêtre responsable de la situation de la Grande Bretagne actuel; alors que sa politique était de sortir le pays qui était dans une situation pire qu'en Grèce. Ce qu'elle à réussi.

En 1982 c'est Mitterrand qui a plombé l'économie Française; mais ce n'est pas vraiment de la faute à la politique de Mitterrand si la politique de Chirac et de Sarkozy n'ont pas permi de redresser la France.

D.J

Beaucoup de gens disent que la politique de relance d'Obama est un echec complet car elle n'a pas reduit le chomage. Mais sans cette politique de relance, est ce que la situation aurait empire au point, peut etre, d'intensifier la crise, comme en 1929?

"Beaucoup de gens disent que la politique de relance d'Obama est un echec complet"
Beaucoup de gens disent n'importe quoi. Et comme par hasard, ils le disent en fonction de positions idéologiques préétablies.
Ce sont des religieux, des dogmatiques, des politiciens, pas des scientifiques, et en aucun cas, des observateurs objectifs.
Il est encore trop tôt pour conclure, mais si l'on veut bien se souvenir, Obama a été élu à bord du Titanic après impact.
4 ans plus tard, le titanic est toujours à flot, certaines avaries ont été bouchées même si bien entendu, il faudra régler la facture du sauvetage (dette), et il semble même reprendre de la vitesse.
Alors les grincheux grinceront, parce qu'ils auraient préféré un échec total qui aurait validé leurs positions idéologiques. Voilà jusqu'où va la vanité humaine.
Il semble q'on ait évité le pire, ce qui en soi, n'est pas rien, et que l'horizon soit en train de s'éclaircir.

Et c'est ETF qui parle d'idéologie préétablie?

Etre négatif sur la politique d' Obama c'est de la croyance religieuse. Etre négatif sur les républicains c'est de la science économique indiscutable. Il nous resortira dans la crise économique de 2040 que c'est toujours de la faute à Reagan.

Voilà la représentation de l'Amérique selon ETF après avoir convaincu les anti-US que les républicains sont con comme des balais à l'image des américains dans leur ensemble et les démocrates des gens censés intelligents etc...

D.J


Je vois que j'ai touché juste.

La grande difficulté en macro économie est de distinguer entre relation causale et coïncidence: la reprise américaine est-elle le résultat de l'intervention gouvernementale ou de l'esprit d'entreprise et de la capacité d'innovation propre aux US ? Il est assez cocasse , dans le pays le plus libéral , que la cote de popularité d'un Président à la hausse ou à la baisse , soit indexée sur le taux de croissance- alors même que le rôle du président est au mieux marginal, positif ou négatif mais marginal.
Celà me rappelle, en France, le talent inénarable de Christine Lagarde pour s'auto féliciter de la moindre baisse du chômage et de toute esquisse de reprise. Le temps de la politique , court , ne coincide évidemment pas avec celui de l'économie , long mais le jeu démocratique conduit les politiciens les plus médiocres à se comporter comme Chantecler , persuadé que son cocorico faisait lever le soleil.

"lors même que le rôle du président est au mieux marginal, positif ou négatif mais marginal."
En partie d'accord avec vous, et voilà qui contredit votre propre affirmation ci-dessus sur Obama et l'européanisation des US avec croissance économique mole vs Romney le Schumpéterien.
Si je comprends bien, quand Obama a raison, on en conclue que ce qu'il fait n'a que peu d'importance, mais si il se trompe, alors là, c'est la curée!
Ce deux-poids, deux-mesures est assez cocasse.
Sans doute pouvons nous admettre, au moins, que les décisions de soutenir les banques et l'industrie automobile ont eu des conséquences majeures, et pour l'instant, positives. Si GM retrouve la santé, Obama (et son équipe) auront sauvé un pan important de l'industrie et de la puissance américaine (probablement du rachat par les chinois et les japonais). C'est loin d'être négligeable.
Donc la non-intervention de l'état ne doit pas être érigée en dogme, appliqué à l'aveugle.
Elles est parfois justifiée, parfois non.
Le rôle du président (et du congrès), en l'occurence, étant de choisir judicieusement.

Rappelons par ailleurs que l'entrée de l'état au capital de GM ne s'est pas faite sans contrepartie. Renouvellement du management, et réorientation vers des produits plus économes en pétrole et de meilleure qualité.
Preuve que l'état est parfois meilleur que la corporatocratie, ses salaires de CEO délirants et parfois sans rapport avec leurs performances, ses boards bardés de copains et de coquins, gavés de jetons de participation et sans le moindre rôle de contrôle réel sur l'entreprise.
Parfois, la corporatocratie est plus corrompue et inefficace que quelques fonctionnaires à l'appétit aiguisé.
Là encore, seul un dogmatisme aveugle permettrait d'affirmer le contraire.

"(probablement du rachat par les chinois et les japonais). C'est loin d'être négligeable. "

Et pourquoi l'état US n'aurait-il eu finalement pas mieux fait de lancer une OPA sur général motors en contre partie que la production reste aux Etats-Unis?

Qu'est-ce que cela peut faire que GM soit racheté par des japonais ou des chinois?

L'important au final c'est que l'emploi soit préservé que les bagnoles soient de bonnes qualité mais que le contribuable se voit économiser quelques milliards de dollars.

D.J

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.