Ma Photo

Actualité

  • Parution le 15 mars 2012

    Actu

    Paru le 2 novembre 2009

    Actu

    Actu

    Traductions

    Actu
    Corée

    Actu

    Corée

    Actu

    Inde

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Chine

    Actu

    Pologne

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Argentine

    Actu

    Corée

    Actu

    Espagne

    Actu

    Portugal

    ----------

    Actu

    Actu

    Actu

« Sarkozysme, tout sauf insignifiant. | Accueil | Les Français sous le choc de leur diversité »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d834521ba869e2016763dc8812970b

Voici les sites qui parlent de Le Thatcherien ultime. :

Commentaires

" Sur la route de l'innovation incessante et de la destruction créatrice , nécessaire , Lawson craint moins la gauche que les sectes écologistes , nouveaux millénaristes qui se sont substitués à nos églises. "

Parce qu'il a de la chance de ne pas avoir en Angletrre une gauche à la suisse ou française. En Suisse le parti socialiste croient encore au grand soir ( son président a comparé la crise de 2008 à la chute du mur de Berlin version capitaliste ). Leurs oppositions aux biotechnologies, à l'exploitation du gaz de schiste et à évoquer le dépassement du capitalisme moteur de l'innovation font d'eux de vrais millénaristes.

D.J

David Ricardo était bien un citoyen Britannique... Ca fait une bonne base de départ pour le développement de l'économie en Angleterre....

Le pétrole de la mer du nord a bien aidé Margaret Thatcher...curieusement, les fans français de la dame de fer furent, politiquement, des "chiraquiens" et, dans l'ordre médiatique, des libéraux hostiles au "conservatisme" du binôme VGE-Barre...accessoirement, ils furent bien silencieux sur la façon dont Margaret Thatcher traita les Irlandais...ainsi que sur sa manière cavalière à l'encontre du droit maritime international dans la guerre des Malouines...

La société britannique n'a jamais été aussi violente, inégalitaire, l'Etat est encore plus endetté qu'en France, les chômeurs ont été remplacés par des travailleurs pauvres ou des "inaptes au travail", la finance s'est goinfrée comme jamais au détriment de l'économie réelle.

Beau bilan que celui du thatchéro-blairisme, en effet.

Le Thatcheroblairisme ? Dans quel jungle trouve-t-on ce monstre exotique? La tête serait à droite et la queue à gauche ? Serait-ce un cousin du Hollandosarkozysme? En somme , je ne comprends pas comment on peut imputer l'état de la Grande Bretagne à des partis contradictoires. En revanche, il est permis de ne pas aimer la Grande-Bretagne ni notre époque: mais par quoi devrait-on remplacer l'un et l'autre ?

Blair n'a pas remis en cause les fondamentaux du thatchérisme, il s'agit donc de la même idéologie.

"il est permis de ne pas aimer la Grande-Bretagne ni notre époque".
Remettre ne cause les échecs du libéralisme et souhaiter autre chose qu'un monde dominé par la finance folle n'est-il pas permis ?

Il convient de toujours tout remettre en cause et mieux encore, de proposer autre chose . A condition tout de même de ne pas répéter des erreurs déjà commises et de ne pas viser trop haut pour ne pas tomber de haut.

@ Louis,

Thatcher a hérité d'un pays qui n'avait rien à envier à la grèce actuellement. Une économie au tapis, un chômage de masse etc... Thatcher a remis la GB sur les rail et a permis à ce pays de devenir l'une des plus grand puissance financière de la planète.

Dire que Blair n'a pas remis en cause la thatchérisme; cela veut dire qu'il n'a pas remis le socialisme en Angleterre. Mais arrêtons de mettre en cause la crise actuelle sur le dos de Thatcher. Elle a quitté ses fonctions en laissant un pays en pleine forme. Son bilan n'est que très positif. Ce qu'on fait les suivants n'est plus de sa responsabilité.

D.J

Une question à m'sieur G.Sorman: Le Thatcher d'aujourd'hui, est-ce Nigel Farage ?

Madame Tatcher avait su serrer la vis aux Anglais mesure indispensable à l'heure actuelle vu le déficit abyssal et le recours obligé à l'emprunt . Suffi les promesses électorales stériles inadaptées à la situation actuelle.
Quand on pense qu'un tas de fous suivent Mélanchon. On serait capable d'avoir des ministres communistes si hollande arrivé au pouvoir dans ces conditions ce sera pire qu'en 81/83 et alors là on sera foutu.Mais les hasards de la démocratie peuvent amener à tout!

Hors sujet mais important :

Ce matin, les media sont tous tournés vers Toulouse où une opération du RAID est en cours pour capturer le criminel sordide, auteur de plusieurs meurtres sur des militaires musulmans et de jeunes enfants juifs…

Je suis partagé entre le sentiment que la lumière doit être faite, que l’information doit être rendue publique pour rassurer les citoyens et montrer que le bien triomphe toujours du mal, mais, d’autre part, je suis gêné par la publicité faite à ce minable illuminé, dans certains pays islamistes où il va passer pour un héros… et peut-être même un martyr s’il est abattu au cours de l’intervention… bien que les autorités françaises aient déclaré vouloir le prendre vivant, justement pour l’éviter… C’est évidemment aussi une période de campagne électorale, propice à toute tentative de récupération pour améliorer l’image de marque de nos gouvernants… l

Si le besoin d’informer le monde doit être satisfait, la perception du personnage rendue par les médias devrait le diaboliser, casser le mythe du héros, en donner l’image d’un immonde lâche, surtout en direction des musulmans du monde entier en leur démontrant que ces actes sont contraires à la charria et qu’ils les discréditent aux yeux du reste du monde… le rôle des médias dans ces situations serait donc de détruire l’influence de ces ignobles individus qui déshonorent l’islam. Un exemple à suivre : celui du commando américain qui tua Ben Laden et jeta son corps à la mer… plus de corps, donc plus de matérialité qui reste essentielle pour le souvenir : pas de tombe, pas de sanctuaire… Reste à l’Histoire la mémoire filmée de l’horreur de l’attentat du 11 Septembre 2001 mais le souvenir vague de son ordonnateur qui s’estompera avec le temps… avec une connotation négative permanente qui restera comme celle de Hitler, par exemple…

Le débat organisé dans toutes les écoles de France sur le crime de Toulouse, restera dans la mémoire d'une génération tel un moment fondateur d'une société plus tolérante de sa propre diversité. Nous avons tout de même progressé par rapport au temps de mon enfance où je fus soumis aux injures antisémites de mes propres camarades de classe, voire de mes instituteurs. Vers 1950...

Toujours d'un optimisme sans bornes, cher taulier.
Point de moment fondateur. Tout ceci sera vite oublié (de même que le furent d'autres attentats) et demain sera strictement comme hier. Il y aura toujours un monstre, dans un coin, prêt à la monstruosité.
Que la société ait progressé, par contre, c'est indéniable.

@Jessie, si vous pensez que "les musulmans" ont besoin qu'on leur démontre que l'assassinat d'enfants est une monstruosité (contraire à la Sharia, mais la plus part se fichent royalement de la Sharia) vous avez, pour rester poli, une bien piètre opinion "des musulmans" (terme qui, au passage, comme toute généralisation, "les juifs", les "ceci" et les "cela" est tellement vide que chacun s'empresse de l'emplir de ses fantasmes).

Des cons, en revanche, il y en a partout. Des nazillons, des Jihadistes, des fondamentalistes religieux (ou laïcs) de tous poils - en Israël comme ailleurs -, qui veulent imposer au monde, par la violence si besoin est, leur vision, leur "vérité", leur société, au nom d'un absolu qui soudain, fait que la fin justifie tous les moyens (ou presque)...
C'est cette tendance humaine qu'il faut combattre. Rien à voir avec "les musulmans".

Le musulman que je suis est partagé entre le sentiment de ne rien avoir de commun avec ce c*n de l'année et une lassitude difficilement descriptible: un mélange de "ça ne va donc jamais s'arrêter", de "comment un non musulman pourrait-il se sentir en confiance en ma présence ou en celle de l'un de mes coreligionnaires après une histoire comme celle-ci?" et enfin de "et c'est reparti pour 10 ans". Dieu me pardonne mais j'avais profilé avec justesse ce malade avant qu'on ne connaisse son identité: un peu plus de la vingtaine ("j'ai eu 20 ans..."), lié de près ou de loin à un groupe de salafo-machins de la périphérie d'une grande ville, probablement d'origine algérienne -comme moi- avec un passé de délinquant. Dieu me pardonne car au fond de moi je souhaitais qu'on ne le retrouve pas... N'interprétez pas mal mes propos: je pense que je serais capable d'abattre ce tueur d'enfants de sang froid mais nous sommes un certain nombre à avoir le sentiment de vivre un cauchemar sans fin, de subir l'actualité plus que les autres sans que le soporifique Dalil Boubakeur n'y puisse rien faire. J'avais jusqu'ici une pensée pour la maman des petits abattus qui a aussi perdu son mari (comme si les militaires n'étaient pas vraiment des être humains...) mais depuis ce matin une tristesse sans contours précis qui éclipse tout m'habite qui m'empêche de voir une issue à toute cette bêtise. Un point positif cependant: même si je n'y arrive pas encore avec le Président, je suis redevenu capable d'écouter Guéant avec de l'intérêt: très très [...]très petite consolation.

On me dit que dans les écoles, les enfants de culture différentes , soudain se parlent et apprennent à se connaître dans leur différence. Si cela est vrai , les massacres de Montauban et Toulouse auront été ruses de l'histoire pour une France plus tolérante envers sa propre diversité.

Pour passer du salafo-machin au meurtre d'enfant, il ne faut pas être musulman. Il faut être totalement dérangé. Des dérangés, des violeurs et des tueurs d'enfants, il y en a un paquet, qui ne sont pas plus musulmans que mon vendeur de Nems.
Il est scandaleux d'étiqueter et de définir qui que ce soit par son appartenance religieuse, ethnique, ou autre.
Nizan, tu peux dire de ma part aux immaculés Rioufols et autres assoiffés de boucs émissaires du mal français qu'ils peuvent aller se faire voir... chez les Grecs, qui ont bien besoin de ça, d'ailleurs.
Rioufol, dont les censeurs, sur son blog, filtrent la moindre critique un peu appuyée. Et ça se dit libéral, démocrate devant l'éternel (ennui)...

le débat le plus complexe et potentiellement explosif qui revient, ce n'est pas celui sur la peine de mort pour le taré de toulouse mais celui du modèle français d'intégration. la juxtaposition de communautés, ca n'est pas français, ca ne marchera pas, chez nous c'est l'intégration de gré ou de force toutes origines/ethnies/religions confondues. pour moi, l'intégration signifie qu'à partir maximum de la troisième génération, les enfants ont tous des prénoms du calendrier romain/julien et se sont rapprochés du christianisme, voir même convertis, ou ne pratiquent plus la religion de leurs parents.
le modèle d'intégration que je décris c'est celui qui était enseigné dans l'école de la république jusqu'à la fin des années 70. le "taré" de toulouse, cette ame perdue pour nous chrétiens, mohamed merah, 24 ans, nationalité française, le modèle d'intégration a échoué ou peut-être même qu'il en a été exclu par la démission collective des décideurs politiques et leur abandon du modèle français d'intégration.

Faire le lien entre ce sinistre taré et la question de l'intégration des immigrés est absurde, pour rester poli.
Qu'aurait-t-ton s'il s'était agi de Raymond-le-nazillon. Un problème d'intégration des Français-de-souche ?

" Faire le lien entre ce sinistre taré et la question de l'intégration des immigrés est absurde, pour rester poli. "

Il n'y a pas non plus de fumée sans feu. Les djiadistes visent plus facilement les quartiers difficiles pour recruter de futur soldats de dieu que dans les quartier chics.

Mais il est aussi vrai que d'après un spécialiste de l'intégrisme islamique ( j'ai oublié son nom pourtant je l'ai encore revu hier sur France2 )Qu'Al qaeda c'est eu plaint du manque d'intérêt des jeunes de banlieues difficile pour intégrer l'organisation.

D.J

Cela m'est revenu; C'est Mathieu Guidère le spécialiste en question.

D.J

« Le débat organisé dans toutes les écoles de France sur le crime de Toulouse, restera dans la mémoire d'une génération tel un moment fondateur d'une société plus tolérante de sa propre diversité. Nous avons tout de même progressé par rapport au temps de mon enfance où je fus soumis aux injures antisémites de mes propres camarades de classe, voire de mes instituteurs. »

Rédigé par : Guy Sorman | 21 mars 2012 à 10:17

Hallucinant. Le pipotron politiquement correct tourne en boucle au moment même où les faits lui donnent tort. « Un moment fondateur d’une société tolérante de la propre diversité »... Au lendemain même d’un massacre raciste commis par un musulman censé être français comme vouzémoi...

« Nous avons progressé par rapport au temps de notre enfance, où je fus soumis aux injures antisémites de mes propres camarades de classe »... En effet... Aujourd’hui, ce ne sont plus seulement des « injures antisémites », ce sont des coups de pistolet à bout portant... Quel progrès !...

Tandis que les injures antisémites, elles, se multiplient, de la part des « camarades de classe »... Sauf que les « camarades » en question ont une lègère tendance à être musulmans... et d’origine immigrée...

« On me dit que dans les écoles, les enfants de culture différentes, soudain se parlent et apprennent à se connaître dans leur différence. Si cela est vrai, les massacres de Montauban et Toulouse auront été ruses de l'histoire pour une France plus tolérante envers sa propre diversité. »

Rédigé par : Guy Sorman | 21 mars 2012 à 21:54

Finalement... Rien ne vaut quelques bons massacres islamistes pour rendre la France plus tolérante, hein, Guy Sorman ? Vous n’avez pas l’air de vous rendre compte de l’ignominie de ce que vous écrivez...

Et puis vous êtes bien mal informé, aussi... Vous n’avez visiblement pas entendu parler de ces écoles où les élèves se félicitent des massacres commis par Mohamed Merah... et s’identifient à lui tel un héros... comme ils l’ont fait pour Ben Laden dans le passé... voir le commentaire d’un professeur sur le site du Nouvel Observateur, et d’autres.

"Si cela est vrai, les massacres de Montauban et Toulouse auront été ruses de l'histoire pour une France plus tolérante envers sa propre diversité. "
L'énormité est assez notable, il est vrai. J'imagine la réaction des familles, lisant ces propos.
Pour le reste, je m'étonne qu'au lieu de taper sur l'intégration, l'on ne tape pas plus sur l'échec des services de surveillance français qui avaient apparemment tous les éléments en main, la violence, les tendances suicidaires, les voyages Jihadiques, et j'en passe, pour surveiller de plus près le tueur.

Moi aussi, je suis estomaqué par la réaction de Guy Sorman au massacre de Toulouse. Impossible de pousser plus loin le déni de réalité !

Je comprends bien qu’il tente désespérément de sauver son approche «individualiste» des musulmans, selon laquelle ils sont tout-à-fait comme nous, aspirant comme nous à la liberté et a la démocratie, selon laquelle l’islam n’est que «ce qu’en font les musulmans» et nullement une machine de conditionnement collectif, d’ailleurs l’islam est tout-à-fait compatible avec le libre-échange et le libéralisme, n’est-ce-pas, puisque Mahomet était lui -même commerçant ...

Pour pathétique que soit cette tentative de sauvetage intellectuel, force est de constater qu’elle amène son auteur à proférer des ignominies.

Je suis d’autant plus effaré que j’apprends en lisant ces propos qu’il est lui-même Juif. Alors là, les bras m’en tombent.

Après tant d’attentat meurtriers contre les Juifs en France, depuis les bombes de la rue des Rosiers ou de la synagogue Gutemberg, tous commis par des islamistes sans exception, il va sans doute nous dire comme Monsieur Bayrou, que le danger principal en France vient de l’extrême droite. Et que le grand coupable international, c’est Israël ! L’idéologie antiraciste, c’est vraiment de l’aveuglement volontaire !

Philippe Muray disait : «Quand une idée ne peut plus être contredite (c’est le cas de l’antiracisme), cette idée devient folle.»

Ce qu’a écrit Monsieur Sorman me semble fou.

Le "Raymond-le-nazillon" d'ETF n'existe pas, Mohamed Merah existe, lui, c'est toute la différence.

Les extrémistes catholiques qui s'attaquent aux centres IVG ont beau être "fanatiques", ils ne posent pas de bombes, ils sont dans le folklore.

M. Vanneste a beau proclamer que l'homosexualité est immorale, les seuls qui agressent les homosexuels aujourd'hui sont musulmans, pour l'essentiel.

Et ce ne sont pas des émules de l'extrême droite qui représentent la plus grave menace contre les droits des femmes mais bien les barbus des cités.

"L'amalgame" entre délinquance et immigration extra-européenne est devenue une évidence pour tout le monde, un pléonasme.

On peut continuer la liste. Il suffit d'ouvrir les yeux. Mais M. Sorman est un libéral qui ferme les yeux. A ce point, c'est même de la cécité.

Le 21 Mars, je commentai l’intervention du Raid quelques heures plus tôt. Je craignais (avec raison !) que le détraqué de Toulouse ne préfère être tué pour terminer son action, avec un retentissement mondial… Son but évident : passer aux yeux des djihadistes salafistes pour un martyr….Il a, reconnaissons-le, réussi, puisqu’un communiqué de récupération provenant d’un mouvement ousbèques ( ? ) revendique les actions du forcené : tentative éhontée de tromper l’opinion publique mondiale en laissant croire qu’un petit minable de quartier, truand à la petite semaine, rejeté par l’armée à cause de son casier, renvoyé piteusement des camps près de l’Afghanistan, intercepté par les américains qui l’ont renvoyé en France… puisse être un terroriste d’envergure internationale. L’instruction judiciaire confirmera probablement son isolement, son auto proclamation comme jihadiste salafiste…

Au-delà de ces évènements dramatiques, un certain nombre de polémiques subsistent… L’accusation de carence des services de sécurité français (DST et DCRI). Réponse : Un membre de ces services indique qu’ils ne peuvent, légalement, arrêter un terroriste « dormant » tant qu’il ne s’est pas ‘manifesté’, sous peine de nullité de la procédure d’arrestation… de ce point de vue, Les projets légaux de Sarkozy annoncés hier, pourront faire tomber ces restrictions… Parmi ceux-ci : Interdiction d’aller sur des sites djihadistes.

Cependant , ce qui a été révélé hier me paraît très inquiétant : les prisons françaises sont gangrénées par des réseaux djihadistes salafistes qui semblent avoir, aux dires même des syndicats de gardiens, un « pouvoir » occulte très important : groupes de pression qui organisent la vie des prisonniers, et endoctrinent de jeunes paumés comme Merah. Ainsi, nos prisons sont devenues des écoles d’instruction de la cause djihadiste… Sarkozy veux créer une commission d’enquête à ce sujet… Il y a urgence à éradiquer le danger qu’ils représentent en réorganisant les prisons, en isolant notamment ces éléments « perturbateurs », en cassant leur pouvoir d’influence sur des esprits faibles comme Merah… Nos autorités le doivent bien aux victimes…

- "Les extrémistes catholiques qui s'attaquent aux centres IVG ont beau être "fanatiques", ils ne posent pas de bombes, ils sont dans le folklore."
En France, peut-être. Aux USA, il leur arrive d'assassiner.
http://en.wikipedia.org/wiki/Anti-abortion_violence#Murders

- "Carence des services de sécurité français". Il y a eu carence, absolument. Le rôle de ces services est aussi de surveiller et d'anticiper. Ce en quoi ils ont échoué. Les faits sont malheureusement là pour le prouver. Le seul type un peu honnête de ce gouvernement, Juppé, l'a d'ailleurs reconnu. Les autres sont dans le déni politicien habituel.
Le meurtrier s'est procuré des armes et des explosifs sans problèmes, est passé à l'action sans problèmes, et n'a été identifié que par la bande. Alors qu'il avait, au vu de son parcours, déséquilibré, violent, voyou et djihadiste, joli mélange, tatoué sur le front.
Que Sarko annonce 120 mesures dans la demi-heure, comme à son habitude, ne noie le poisson que pour les endormis et les béats.

Je me réveille, et viens de lire:
"Fillon: "Aucun indice ne permettait de penser que Merah était dangereux"
J'hallucine. Vite, un café!

La plupart des attentats commis contre des juifs en France , depuis la synagogue de la rue Copernic en 1980, l'ont été par des mouvements politiques palestiniens laïcs. D'autres attentats furent l'oeuvre de mouvements algériens impliqués dans la guerre civile dans ce pays. La tragédie de Toulouse me semble la première qui soit liée à la cause Djihadiste ,telle que proclamée par son auteur: 99,9% des musulmans ne se reconnaissent pas dans cet attentat ni dans sa signature. Décréter que l'islam est coupable , c'est prétendre que Merah représente 1 milliard de musulmans.

@ Guy,

Faites nous un billet sur ce sujet. Cela rendra plus compréhensible vos propos et votre pensée qui semblerait pour vous mal comprise.

D.J

"99,9% des musulmans ne se reconnaissent pas dans cet attentat ni dans sa signature."

Qu'est-ce qui vous permet de dire cela, Monsieur Sorman ?

Absolument rien. Les 99,9 % en question se TAISENT (en France, parce que dans les pays musulmans, il se pourrait bien qu'ils se soient mis à danser dans les rues, comme au lendemain du 11 septembre. Sera-t-on informé là-dessus ? J'en doute).

Je souhaiterais que les musulmans modérés descendent dans les rues par millions pour protester, comme ils l’ont fait contre des caricatures danoises. Mais ils doivent penser que caricaturer le prophète, c’est beaucoup plus grave que tuer des enfants juifs.

Mais hélas, je ne vois rien. On ne les a d’ailleurs jamais vu bouger dans ce sens lors des massacres de chrétiens en Irak, en Egypte, au Soudan, au Nigéria, au Pakistan, en Algérie ... etc.

Les musulmans modérés resteront comme d’habitude les otages des fondamentalistes, car les fondamentalistes expriment, comme leur nom l’indique, les bases essentielles de l’islam, dont les modérés sont prisonniers; j’espère vous le savez (il est interdit à un musulman de quitter sa religion). Les fondamentalistes auront toujours le dernier mot, car ils ont le Coran pour eux.

Certes, Monsieur Boubakeur a condamné les meurtres de Toulouse en citant je ne sais quel verset du Coran disant qu’un musulman ne doit pas tuer des innocents. Mais ce virtuose de la citation tronquée s’est bien gardé de préciser que JUSTEMENT, d’après le Coran, les chrétiens et les juifs NE SONT PAS innocents, puisqu’ils ont détourné leurs enfants de la religion naturelle dans laquelle ils étaient du seul fait de leur naissance : l’islam.

Il faut lire le Coran et les hadiths en la sira pour savoir ce que les fondamentalistes ont en tête, de même qu’il fallait lire Mein Kampf pour connaître les projets d’une autre secte qui ne représentait au début même pas 1% des Allemands.

Je voudrais porter votre attention sur une situation inédite, un aspect inattendu des évènements dramatiques que nous venons de vivre…

Nous vivons un période de campagne présidentielle, à un moment de celle-ci où les règles constitutionnelles imposent une stricte équité entre les candidats à la télévision. Or, celles-ci ont été mises en défaut par un candidat qui apparaît légitimement sur les écrans en tant que président, sans que cette situation ne puisse être dénoncée en vertu de sa fonction.

Ses interventions multiples, notamment auprès des représentants des cultes, normales dans le cadre du maintien de la cohésion nationale, peuvent incliner les opinions favorablement, des représentants et des membres des communautés qu’ils représentent… Ses passages à la TV en ces instants dramatiques devant des français horrifiés constituent implicitement un bonus acquis hors de toute réglementation électorale qui ne bénéficie pas aux autres candidats…

Les français ont aussi été les témoins de la très longue couverture médiatique du ministre de l’intérieur à Toulouse jusqu’au dénouement… Ma question est : le président candidat et le ministre en on t-il fait un peu trop ? Ont-ils abusé profité de la situation pour se faire mousser auprès des français?. Je me garderais bien d’y répondre…

Les conséquences sur la campagne peuvent être importantes notamment par une progression dans les sondages qui, disons-le sans ménagement, ne serait que la conséquence indirecte du massacre de 6 innocents… Tout ceci présente à mes yeux un aléa moral politique majeur : des morts horribles auraient été sordidement instrumentalisées pour faire élire un candidat… situation sans précédent, à mettre en lumière…

Peut-être me suis-je emballé un peu trop vite ?... Après tout le président a fait son devoir… Mes soupçons sont peut-excessifs … je crois que notre président ne serait pas capable d’une telle vilénie… sa présence médiatique continuelle à la TV depuis le début du quinquenat nous a habitué à le voir souvent.. ses prestations lors de cette affaire Merah ne sont donc le reflet que de la continuité d’une telle situation...

Je reviendrai sur ce massacre de Montauban et Toulouse Lundi , étant lié jusque là par des exclusivités accordés à certains medias. Disons tout de même que l'Islamisme relève plus de l'histoire des idéologies que de celle des religions. L' islamisme est une idéologie fondée sur la purification et la terreur comme le furent le bolchévisme ou le nazisme. Cet islamisme attire les esprits faibles et légitime la violence , comme toutes les idéologies laiques ou religieuses.

Ce qui joue dans les sondages, c'est l'incroyable solitude médiatique d'Hollande face à l'armada Sarkozyque. On dirait un type tout seul avec une épée en bois face à une horde de snipers. Il est fort probable qu'au PS, on préfère perdre la présidentielle. D'où ce peu d'enthousiasme.

"L' islamisme est une idéologie fondée sur la purification et la terreur comme le furent le bolchévisme ou le nazisme."

Nous sommes en présence de nazis, en effet. Même G. Sorman est forcé de le reconnaître.
Pourtant, pour la gauche, ces nazis sont des "victimes du racisme" ou du "capitalisme". Des "jeunes" qu'on "stigmatise". Il faut donc, d'urgence, un nouveau "plan banlieue" et tout rentrera dans l'ordre.

Au fait, on a dépensé combien de milliards pour les "plans banlieue" ? Et combien pour subventionner les "associations anti-racistes" ?

Il est temps de se poser les vrais questions.

Les "vraies" questions, évidemment.

L'islam est-il le problème ? La radicalité de cette religion "fait débat". Point de masturbation dogmatique compliquée comme dans le christianisme (incarnation ? péché originel ? trinité ?)
Un seul Dieu, un point c'est tout.

Pas de séparation entre spirituel et temporel (c'est-à-dire entre Dieu et la vie réelle). Car qui croit en Dieu ne fait pas ce genre de distinction hypocrite.

Des obligations strictes, structurantes.

Un rituel ultra-normé. Cinq prières par jour,seul moyen pour se rappeler que Dieu existe, car sinon l'homme, être faible, oublie. Un Dieu de charité mais envers qui on se soumet, comme il se doit.

Une doctrine économique et sociale précisée dans le Coran, pour en finir avec les idoles, socialistes ou libérales.

L'islam progresse sur les ruines de la civilisation occidentale décadente.
Et c'est irréversible, autant s'y préparer.

Voilà que Guy Sorman s’en prend à l’islamisme, qu’il qualifie d’ «idéologie fondée sur la purification et la terreur comme le furent le bolchévisme ou le nazisme».

Son propos est de distinguer l’islamisme, une idéologie, de l’islam, une religion. On attend les arguments qu’il va fourbir à l’appui de cette thèse hardie.

Cela ne va pas être facile. La distinction entre l’idéologique et le religieux n’est pas évidente. De plus, la distinction entre «islam modéré» et «islam intégriste» est refusée par nombre de musulmans faisant autorité. Après Hassan II par exemple, citons le dirigeant turc Erdogan qui en a assez d’être qualifié de tenant d’un islam modéré : ”L’expression ‘islam modéré’ est laide et offensante, il n’y a pas d’islam modéré. L’Islam est l’Islam.” Erdogan, Kanal D TV, août 2007.

Erdogan sait bien que les islamistes n’ont pas «dévié» de l’islam, mais qu’au contraire ils ont pris l’islam plus à la lettre que les autres musulmans.

Nous avons sous les yeux l’exemple de Mohammed Merah. Au départ, Merah est un musulman «ordinaire». Voici ce qu’on pouvait lire récemment : “Le procureur de la République, François Molins, a déclaré que Mohamed Merah « a commencé à se radicaliser au cours de séjours en prison. Il a notamment pratiqué une lecture plus assidue du Coran».”

Je crois en cette version, déjà confirmée par mille autre cas : c’est la «lecture assidue du Coran» qui a transformé Merah en tueur.

Laissons-nous guider par les mots, en plus des faits. Merah et les islamistes n’ont pas adhéré à une «idéologie» différente de l’islam, mais sont au contraire des fondamentalistes de l’islam. Un fondamentaliste (ou un intégriste), c’est quelqu’un qui exprime les fondamentaux de sa religion.

Les fondamentalistes chrétiens ou bouddhistes (les moines ou les bonzes par exemple) sont dans leur immense majorité des êtres pacifiques et bienveillants. Les fondamentalistes islamistes sont dans leur immense majorité des terroristes.

Ce n’est pas l’islamisme qui est vecteur d’intolérance et de violence. Malheureusement, c’est l’islam lui-même. Certes la grande majorité des musulmans sont tolérants et non-violents. Mais ils sont les otages des fondamentalistes. Le jour venu, ils leur obéiront (ou ils voteront pour eux comme on l’a déjà vu maintes fois).

Une idéologie c’est un ensemble d’idées qui n’acceptent pas le démenti des faits. J’ai bien peur que la tentative de Guy Sorman de démontrer que l’islamisme diffère de l’islam ne soit purement idéologique.

Je crois moi aussi que l'Islam (haine de l'existence terrestre)est une idéologie haineuse dans son essence, tous comme le nazisme (haine des races inférieurs) et le communisme (haine du succès et des possessions individuels). Le système capitaliste est basé sur la liberté des individus. Et la liberté des individus entraîne la compétition entre eux.

Les musulmans sont en principe favorables à l'économie de marché....

" Les musulmans sont en principe favorables à l'économie de marché.... "

Tout a fait. tout comme les russes. Seul les dirigeants le sont ou le sont pas. Musulman est une notion vague. Bien des musulmans ont des commerces. Et des commerces liés à l'économie de marché quand la société où ils vivent le permet. Ce qui n'est plus le cas dans des dictatures musulmanes théocratique ou socialistes

D.J

J'aime lire vos rêves sur le monde musulman. Je me prends à rêver avec vous. Les Musulmans sont pour l'économie de marché, vous dites. Sont-ils libéraux pour autant?

Le concept de "musulman modéré" me fait bien rire. Je pense vraiment que c'est une invention de notre culture. Où sont-ils? Pourquoi ne manifestent-ils pas en masse contre les violences faites au nom de l'Islam?
La tentation totalitaire est bien plus forte que l'aspiration à la liberté. L'islamisme génère des sympathies chez de nombreux européens. Et l'antisémitisme aussi!

"Les musulmans sont en principe favorables à l'économie de marché...."

En principe seulement... Mais ils refusent les prêts avec intérêt (base de l'économie de production) et l'accumulation de richesse excessive. Et ils considèrent le travail manuel comme dégradant. Ils préfèrent le laisser aux esclaves comme les juifs et les chrétiens, les gens hors du Livre devant être exterminer. Prétendre quelque chose, c'est facile. Mais la réaliser et en accepter la réalité des inconvénients, en est une autre...

"Les musulmans sont en principe favorables à l'économie de marché...." (Guy Sorman)

Ah bon ? Alors pourquoi pleurnichent-ils, en Europe, pour que l'Etat leur paye des mosquées ?

S'ils étaient favorables à l'économie de marché, ils devraient se cotiser, travailler, investir, épargner, et attendre de pouvoir se payer eux-mêmes leurs mosquées par "le libre jeu du marché", non ?

Ou bien est-ce qu'être favorable à l'économie de marché, pour les musulmans, se limite à aimer les vêtements de marque vulgaires et coûteux, les téléphones haut de gamme et les voitures de luxe, le tout financé par des profits qui ne viennent pas toujours de l'économie légale ?

@ Marchenoir,

Il faut pas non plus tout mélanger. En Suisse les églises sont subventionné par l'état. Est-ce que les chrétiens sont-il encore pour le principe de l'économie de marché?

Les pays musulmans ont toujours eu des commerçants. Seul ceux qui les dirigent sont hostiles ou non au libéralisme économique.

Vouloir réduire le désir de libre marché des musulmans en France avec la mosquée comme unique argument pour contrer Sorman est un peu simpliste. Surtout qu'en France comme en Suisse, les musulmans sont loin de tous se masser pour aller prier dans les mosquées.

" Ou bien est-ce qu'être favorable à l'économie de marché, pour les musulmans, se limite à aimer les vêtements de marque vulgaires et coûteux, les téléphones haut de gamme et les voitures de luxe, le tout financé par des profits qui ne viennent pas toujours de l'économie légale ? "

Il n'y a pas que des musulmans consommateurs mais il y a aussi des musulmans entrepreneurs.

D.J

DJ,

Le fait qu'il y ait des commerçants et des "entrepreneurs" (whatever that means) chez les musulmans ne veut absolument pas dire que les musulmans soient en faveur du libéralisme.

Il y a bien des commerçants et des entrepreneurs en France, et la France est un pays profondément socialiste, tellement socialiste que même l'extrême-droite est d'extrême-gauche !

Il y avait des commerçants et des entrepreneurs longtemps avant l'instauration du capitalisme.

Je crois savoir que vous êtes (encore) un peu à l'abri en Suisse concernant les mosquées.

Ce n'est pas le cas dans la plupart des autres pays d'Europe, dont la France. Contrairement à ce que vous dites, il est tout à fait révélateur que les musulmans émigrés en Europe réclament MASSIVEMENT à leurs Etats de résidence le financement de mosquées.

C'est absolument contradictoire avec les notions de liberté et de responsabilité qui sont au coeur du libéralisme.

Je vous signale que les dizaines de milliers d'églises qui parsèment la France ont été construites avec l'argent des catholiques, pas avec celui de l'Etat !...

Il existe de multiples déclarations et écrits de chefs musulmans contemporains, à travers le monde, qui condamnent explicitement le libéralisme et la démocratie libérale pour des raisons de dogme religieux, et qui se donnent explicitement comme objectif de les DETRUIRE.

Le fait qu'à côté de cela il y ait des commerçants musulmans ne veut absolument rien dire. Il y a toujours eu des commerçants musulmans en musulmanie. Allez-vous nous dire que l'Arabie, que l'empire ottoman, que la Perse islamisée étaient des sociétés libérales ?

Allons donc !...

" Allez-vous nous dire que l'Arabie, que l'empire ottoman, que la Perse islamisée étaient des sociétés libérales ?

Allons donc !... "

Ce sont leur dirigeants qui imposent un anti-libéralisme. La notion de commerce est antérieur à la notion même de l'état. Je ne vois pas pas la contradiction entre un entrepreneur musulman et le libre marché.

Vous dites bien qu'en France il y a des entrepreneurs et que ce pays est socialistes. Mais cela vient de la culture politique des élites. Mais il y a quand même beaucoup de français qui sont pour le libre marché. Du reste beaucoup vont faire le business ailleur à défaut de pouvoir le faire en France.

" Contrairement à ce que vous dites, il est tout à fait révélateur que les musulmans émigrés en Europe réclament MASSIVEMENT à leurs Etats de résidence le financement de mosquées.

C'est absolument contradictoire avec les notions de liberté et de responsabilité qui sont au coeur du libéralisme. "

C'est plus un problème d'intégration culturelle entre la nôtre et la leur qu'un problème de désir du marché libre.

Mais bon; dans le canton de Vaud en Suisse, l'état a toujours subventionné les églises malgré que le parlement est depuis des lustres à droite et que seulement quelques années à gauche pour l'exécutif.

D.J


DJ,

D'où sortez-vous donc que ce sont les dirigeants qui imposent l'anti-libéralisme ?

Concernant l'islam du Moyen-Age, il est de toute façon stérile de débattre sur sa compatibilité supposée avec un libéralisme qui n'existait pas encore.

Mais s'il y a une chose qui est certaine concernant la société musulmane à toutes les époques, c'est que l'idéologie qui la meût n'est PAS imposée par les dirigeants.

Précisément, l'un des caractéristiques qui rend l'islam si fort (et si dangereux), c'est que sa doctrine est profondément intériorisée par chacun de ses membres, et qu'il n'a d'ailleurs pas de chefs, pas de hiérarchie organisée telle que nous la concevons en Occident.

L'islam est un moteur autoporté, et c'est pourquoi un musulman transplanté en Occident pense en musulman, vit en musulman et meurt en musulman.

Concernant la France, vous êtes dans le faux. Ce ne sont pas leurs dirigeants qui imposent l'anti-libéralisme aux Français. Les Français sont profondément, viscéralement anti-libéraux. S'il y a 1 % de libéraux authentiques en France, c'est le bout du monde.

Cela vaut aussi pour les entrepreneurs, les chefs d'entreprise, etc. C'est une erreur de croire qu'un patron est par définition un libéral.

Si je voulais provoquer, je dirais que cela vaut même pour les intellectuels libéraux, puisque Guy Sorman s'est ici même proclamé "liberal" au sens américain du terme... qui signifie de gauche !

L'impôt religieux en Suisse ne se justifie évidemment que pour les religions autochtones ; c'est le christianisme qui a fait la Suisse, ce n'est pas l'islam.

L'islam est une idéologie totalitaire qui ne tolère aucun concurrent. Si la Suisse devait subventionner les mosquées sur le modèle par lequel elle subventionne les églises, elle serait conquise, asservie puis détruite.

Pourquoi ne pas voir dans Mohamed Merah le parcours d'un délinquant ordinaire, un homme perdu que l'absence de limites et une éducation ratée ont poussé à faire des choses atroces ?

C'est l'échec d'un modèle d'intégration qu'il faut interroger.

Il ne suffisait pas de faire venir des immigrés par dizaines de milliers, il fallait aussi prévoir leur intégration et celle de leur famille.

" D'où sortez-vous donc que ce sont les dirigeants qui imposent l'anti-libéralisme ? "

Ce sont quand même eux qui détermine la politique de leur pays me semble-t-il. Du reste le libre marché existe en terre d'Islam. La société turc selon Atatürk en est un exemple. Ce n'est pas la religion musulmane qui est anti-libre marché mais ceux qui imposent l'idéologie islamique et le fondamentalisme.

" Si je voulais provoquer, je dirais que cela vaut même pour les intellectuels libéraux, puisque Guy Sorman s'est ici même proclamé "liberal" au sens américain du terme... qui signifie de gauche ! "

Je lui laisserai répondre à cette affirmation. Mais je me souviens qu'il a surtout évoqué ( si j'ai bien compris ) qu'il serait plus du côté démocrate en se qui concerne le conservatisme US qui est très éloigné de la pensée libéral européenne concernant la religion, le mariage, la famille etc...

Sorman a aussi évoqué que Milton Freidman était son maître à penser en matière d'économie. MF n'est pas vraiment ce que les " libéraux US " préfèrent. Il y a aussi une aile plus " libéral classic " chez les démocrates; c'est sans doute cette aile là que Sorman s'identifie le plus.

D.J

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.