Ma Photo

Actualité

  • Parution le 15 mars 2012

    Actu

    Paru le 2 novembre 2009

    Actu

    Actu

    Traductions

    Actu
    Corée

    Actu

    Corée

    Actu

    Inde

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Chine

    Actu

    Pologne

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Argentine

    Actu

    Corée

    Actu

    Espagne

    Actu

    Portugal

    ----------

    Actu

    Actu

    Actu

« Liu Xia voyage. | Accueil | Obama ou Romney ?Le prochain gardien de la paix »

Commentaires

J ' espère que les USAs vont continuer leur politique criminelle qui les mèneront à la faillite. Allez, une petite guerre contre l' Iran à 300 milliards de dollars/an.

Plus puissant que les protocoles des sages de sion pour comprendre le monde, http://maliket.unblog.fr/files/2009/10/protocoleslestroistraductionsbutmi.pdf , le PNAC : http://www.reopen911.info/11-septembre/reconstruire-les-defenses-de-lamerique-traduit-par-reopen911/ C' est clair comme de l' eau de roche, il y a bien un complot americano sioniste.

Le libéralisme c'est le fair play, c'est la liberté, c'est le fait qu'un individu lambda peut réussir avec son dynamisme et son travail.

L'artistocratie c'est les privilèges, c'est le contraitre du libéralisme, c'est le contraire du mérite !

Or nous allons vers un monde qui est en train de reconstituer une nouvelle aristocratie avec de nouveaux privilèges. Des rentes de situations se mettent en place et s'accumulent. Du coup il va devenir de plus en plus difficile de faire du business.

Dimanche 14 octobre 2012 :

Le FMI vient de réviser ses propres calculs concernant la zone euro : la situation est encore pire que prévu.

Selon les calculs du FMI, la dette publique de la Grèce sera de 181,8 % du PIB en 2013.
La dette publique de l'Italie sera de 127,8 % du PIB en 2013.
La dette publique du Portugal sera de 123,7 % du PIB.
La dette publique de l'Irlande sera de 119,3 % du PIB.
La dette publique de l'Espagne sera de 96,9 % du PIB.
La dette publique de la France sera de 92,1 % du PIB.

http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/981/files/2012/10/Dette-Brute.gif

Le choix n’est plus entre un sauvetage, certes douloureux, de l’euro et son éclatement, mais entre un éclatement inéluctable dans le désordre et une dissolution ordonnée qui au moins préserverait l’Union européenne. L’acharnement à vouloir sauver la zone Euro se transforme sous nos yeux en une dramatique machine de guerre qui finira si l’on n’y prend garde à détruire l’Europe et ne laissera que ruines et décombres derrière elle.

Jacques Sapir, sur son blog.

J'avais dit ici "plus que deux élections, et je suis français". Plus qu'une. Guy Verhofstadt dit que la NVa est un parti d'extrême-droite ; la NVa dit qu'elle est un parti du centre-droit, surtout lorsqu'elle s'adresse à la presse française. Qui croire ?

La question est :la croissance suffira-t-elle à vaincre chômage et pauvreté ?

Ne faudra-t-il pas apprendre à vivre avec moins, partager davantage et remettre en cause les excès de l'ère ultra-individualiste ?

G. Sorman est très optimiste ou trop strictement économiste, semble-t-il.

pour parler comme ça vous avez dû acheter le cac 40 à 7000 points !
mais vous ne tromperez personne.
les dettes n'étant pas remboursables
vous regarderez vos actions chuter
encore pendant de nombreuses années.

En zone euro, la dette publique de plusieurs Etats atteint des sommes inimaginables.

En zone euro, la dette publique de plusieurs Etats est devenue hors de contrôle.

Plus personne ne contrôle quoi que ce soit.

1- Médaille d'or : dette publique de la Grèce : 300,807 milliards d'euros, soit 150,3 % du PIB.

2- Médaille d'argent : dette publique de l'Italie : 1982,239 milliards d'euros, soit 126,1 % du PIB.

3- Médaille de bronze : dette publique du Portugal : 198,136 milliards d'euros, soit 117,5 % du PIB.

4- Dette publique de l'Irlande : 179,718 milliards d'euros, soit 111,5 % du PIB.

5- Dette publique de la Belgique : 382,922 milliards d'euros, soit 102,5 % du PIB.

6- Dette publique de la France : 1832,599 milliards d'euros, soit 91 % du PIB.

7- Dette publique de Chypre : 14,939 milliards d'euros, soit 83,3 % du PIB.

8- Dette publique de l'Allemagne : 2169,354 milliards d'euros, soit 82,8 % du PIB.

http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-24102012-AP/FR/2-24102012-AP-FR.PDF

Il faut tout de meme etre de bien mauvaise foi pour parler de complot ! La crise economique touche tout le monde, "petits et grands" ! Les Etats Unis n'ont toujours pas remonte la pente suite a la crise des subprimes qu'une autre crise pointe son nez (l'endettement des etudiants) Quant a l'Europe, l'Extreme Orient, etc... tous connaissent la recession !

Vendredi 2 novembre 2012 :

Or le niveau de la dette grecque n'est pas viable et l'hypothèse d'arriver à un taux d'endettement de 120 % du PIB en 2020 ne semble pas atteignable. Dans son projet de budget, le gouvernement estime le niveau de la dette à 189 % pour 2013 et à 220,4 % pour 2016.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/11/02/la-cour-des-comptes-grecque-juge-anticonstitutionnelles-des-coupes-dans-les-retraites_1784785_3234.html

Dette publique de la Grèce :

2012 : dette publique de 175,6 % du PIB, selon la prévision du gouvernement grec. La dette augmente, augmente encore, augmente toujours, alors que le premier défaut de paiement de la Grèce a effacé 107 milliards d'euros de dettes.

2013 : dette publique de 189,1 % du PIB, selon la prévision du gouvernement grec.

2015 : dette publique de 207,7 % du PIB, selon la prévision du gouvernement grec.

2016 : dette publique de 220,4 % du PIB, selon la prévision du gouvernement grec.

La Grèce de nouveau sous pression de l’Europe.

Autre sujet d'inquiétude, la dette qui devrait s'envoler l'an prochain à 189,1% du PIB, soit 346,2 milliards d'euros, contre 175,6% attendu en 2012.

http://www.boursorama.com/actualites/la-grece-de-nouveau-sous-pression-de-l-europe-79837ab43be348b862e91518f5d1673b

En 2013, la dette publique de la Grèce sera de 346,2 milliards d'euros.

Sur ces 346,2 milliards, les Etats européens et la BCE ont prêté 242 milliards d'euros à la Grèce.

Problème : la Grèce est insolvable. Les Etats européens et la BCE vont devoir subir ces pertes.

- Quel est l'homme politique courageux qui va annoncer aux contribuables européens qu'ils vont payer 242 milliards d'euros ?

- Quelle est la femme politique courageuse qui va annoncer aux contribuables européens qu'ils vont payer 242 milliards d'euros ?

- Concernant la France, combien de dizaines de milliards d'euros les contribuables français vont-ils devoir payer pour le deuxième défaut de paiement de la Grèce ?

Lundi 19 novembre 2012 :

Sur son blog, Jacques Sapir écrit :

Le phénomène qui se développe actuellement en Grèce n’est donc pas unique, ni « particulier » à ce pays. Ce que l’on observe désormais, c’est bien un processus de fragmentation de l’espace monétaire, comme si une partie de la population et des entreprises grecques étaient déjà sorties de l’Euro. La logique de cette situation est connue. La Grèce fera défaut, probablement au printemps 2013, et elle sera amenée à sortir de l’Euro pour pouvoir ré-unifier son espace monétaire. Ce fut le point de départ, d’un nouveau départ, pour la Russie en 1998. Ce sera le début du renouveau pour la Grèce.

Source :

russeurope.hypotheses.org/515

Rappel :

Vendredi 2 novembre 2012 :

Or le niveau de la dette grecque n'est pas viable et l'hypothèse d'arriver à un taux d'endettement de 120 % du PIB en 2020 ne semble pas atteignable. Dans son projet de budget, le gouvernement estime le niveau de la dette à 189 % pour 2013 et à 220,4 % pour 2016.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/11/02/la-cour-des-comptes-grecque-juge-anticonstitutionnelles-des-coupes-dans-les-retraites_1784785_3234.html

Dette publique de la Grèce :

2012 : dette publique de 175,6 % du PIB, selon la prévision du gouvernement grec. La dette augmente, augmente encore, augmente toujours, alors que le premier défaut de paiement de la Grèce a effacé 107 milliards d'euros de dettes.

2013 : dette publique de 189,1 % du PIB, selon la prévision du gouvernement grec.

2015 : dette publique de 207,7 % du PIB, selon la prévision du gouvernement grec.

2016 : dette publique de 220,4 % du PIB, selon la prévision du gouvernement grec.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.