Ma Photo

Actualité

  • Parution le 15 mars 2012

    Actu

    Paru le 2 novembre 2009

    Actu

    Actu

    Traductions

    Actu
    Corée

    Actu

    Corée

    Actu

    Inde

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Chine

    Actu

    Pologne

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Argentine

    Actu

    Corée

    Actu

    Espagne

    Actu

    Portugal

    ----------

    Actu

    Actu

    Actu

« Günter Grass , l'artiste immoral | Accueil | 1984 à Pékin »

Commentaires

Qu'est-ce que vous voulez ? Un dîner façon IVe République où on palabre pendant des heures...rien que pour palabrer.
Vous ne pouvez tout de même pas reprocher la lâcheté de la presse, de l'opposition, de tous les St-Jean-Bouche d'Or de France et de Navarre au Président de la République !
Il y aura un débat parlementaire le 7 septembre au sujet de cette affaire.

Monsieur SORMAN, j'allume un contre-feu à votre texte "Le Roi Chirac en son Liban" :

Dégonflés, les Français ? Les provocateurs sont mal placés pour donner des leçons. Les Français n’ont pas vocation à être des otages, à être humiliés, ou à se faire les complices impuissants des milices armées. Si l’on va au Liban, c’est pour désarmer le terrorisme, pas pour être désarmé par lui.
Quand Jacques Chirac est arrivé à l’Élysée au mois de mai 1995, la première chose qui l’ait choqué, c’est une photographie – celle de nos soldats ligotés à des piquets en Bosnie. Ils portaient le casque bleu et agissaient sous commandement Onu, afin de séparer les fauteurs de guerre civile et de mettre les Serbes à la raison. Mais ils n’en avaient ni la force ni les moyens. Le nouveau président de la République entra dans une colère qu’on ne lui connaissait pas : “Comment avez-vous pu laisser faire ça ?” demanda-t-il à nos diplomates et chefs militaires. On avait laissé humilier la France. Avec les meilleures intentions du monde et toutes les explications possibles. Pour faire cesser cette humiliation, il a fallu donner des ordres, employer la force, faire la guerre. Nous y sommes depuis plus de douze ans et nous allons bientôt pouvoir quitter une région enfin pacifiée. Mais jamais nous n’avons eu à y faire face à du terrorisme – à des exactions atroces, à des crimes de guerre, à des tentatives de génocide, oui, mais pas à du terrorisme modèle islamiste.
Dix ans avant la Bosnie et le Kosovo, nous étions déjà au Liban, en proie à la guerre civile, et parce que l’Histoire avait tissé entre nous des liens nombreux et anciens. « Oublier le Liban, ce serait renier une partie de notre âme », disait Jacques Chirac. Les Français s’y trouvaient donc en 1983, avec les Américains, les Anglais et les Italiens. Il s’agissait, comme toujours, de soutenir le gouvernement libanais et d’aider son armée à dissoudre les milices rivales de seigneurs de guerre alimentés par les services syriens. Pouvions-nous effacer par notre présence des siècles de haine et extirper le terrorisme de jeunes gens persuadés d’aller au paradis en se faisant sauter avec leur bombe ?

Nous y avons perdu cinquante-huit parachutistes et les Américains deux cents marines, tués non pas au combat mais par des attentats du Hezbollah – déjà. À l’époque, la France était gouvernée par François Mitterrand et les États-Unis par Ronald Reagan. Ils ripostèrent par des raids aériens et des coups de canon. Trois mois plus tard, tout le monde se retira. Dégonflés Reagan, Thatcher, Mitterrand ? « Nous n’allions pas rester là et courir le risque d’une autre attaque suicide, expliqua le président américain. Comme personne ne voulait s’engager dans une véritable guerre au Moyen-Orient, nous ne pouvions demeurer au Liban en laissant nos hommes vulnérables face aux terroristes, une main liée dans le dos… »
La même question reste posée. Le champ de bataille est le même – mais il a empiré. Le Liban est demeuré incapable de désarmer ses milices et de faire respecter son armée. À cause des massacres du 11 septembre, les Américains ont engagé leurs forces en Irak avec les Britanniques et nous sommes tous ensemble en Afghanistan. Dans le même temps, l’Iran chiite, dont le Hezbollah est le bras armé via la Syrie, développe une hystérie pathologique à l’égard d’Israël tout en prétendant fabriquer des engins nucléaires.
Tel est le contexte dans lequel se place l’intervention de la communauté internationale au Liban. La guerre y a été sciemment déclenchée par le Hezbollah pour provoquer Israël – lequel a frappé d’autant plus fort qu’il voulait mettre les Nations unies, le Conseil de sécurité, bref les grandes puissances devant leurs responsabilités. En 2004, sur initiative franco-américaine, ce même Conseil avait voté une résolution 1559 pour expulser les Syriens du Liban et désarmer le Hezbollah. Les Syriens ont fait mine de partir, tandis que le Hezbollah s’est surarmé. Personne n’a bougé. Jusqu’à ce que les Israéliens, agressés une fois de plus, réagissent.

Alors Jacques Chirac dit : cette résolution 1559 doit être appliquée, une fois le cessez-le-feu entré en vigueur. Retenant les leçons du passé, il parle d’une force multinationale dotée de moyens « de coercition ». Dans le Monde du 27 juillet, il le précise en langage diplomatique : « Cette force doit être placée sous chapitre VII de l’Onu », c’est-à-dire maître de ses décisions, s’il y a lieu de riposter, dans le territoire où elle est stationnée (le mandat de l’Onu en Irak et au Kosovo est sous “chapitre VII”). Mais comme le Hezbollah en est membre, le gouvernement libanais a refusé toute résolution sous “chapitre VII”. Le cessez-le-feu n’a pu être obtenu que par une résolution 1701 sous “chapitre VI” qui prévoit que toute décision soit négociée entre les parties prenantes… Cela revient à “la main liée dans le dos”.
Voilà pourquoi, le 17 août, Paris annonce qu’il n’envoie que deux cents hommes du génie. Si l’on veut plus, il faut renégocier. Mais comme Jacques Chirac s’était le plus impliqué, certains s’empressent de lancer : “Allons-y… vous autres les Français !” Tant que les conditions n’étaient pas réunies et les engagements pris, c’eût été une erreur de première grandeur que d’exposer nos hommes à une mission impossible. Les Italiens voulaient y aller ? Très bien. Mais M. Prodi, lui aussi, réclamait des garanties.
Le 27 juillet, Jacques Chirac a fait une remarque passée à tort inaperçue : « Quelque chose m’inquiète énormément, a-t-il dit : le durcissement entre l’islam mondial et l’Occident ; avec ce que cela comporte comme propension au développement du terrorisme. » C’était avant la découverte du complot de Londres. Tout se tient.

Source : Valeurs Actuelles n° 3639 paru le 25 Août 2006 - L'Éditorial
de François d'Orcival.

De toute facon vu que bientot la France sera une dictature islamique autant se préparer à un régime monarchie et surtout absolu.

La remarque de Simone Veil est très pertinante et je fais le rapprochement avec les dictatures Africaines ou le despote place ses neuveux, nièces, cousins, oncles et amis à des postes strategiques et sans aucune compétence.

Donc la France devient une republique bananière tout comme les regime despostique africains. Remarquez, nous avons déja une population de source africaine et se n'est pas pret de s'arreter. Donc autant s'y habituer.

8 millions d'immigrés en France en 2006. Oui mais on ne compte pas les Francais de souche afro-maghrebine qui sont nés sur le sol Francais. Parce que si on se met à compter non pas les etrangers et les fraichement naturalisés, mais si on compte avec les orignies ethniques alors là la proportion de souche afro-maghrebine dans la population Francaise serait plutot de l'ordre de 20 millions d'individus, au bas mot.

Je pense que pour l'armée le chef de l'Etat doit reste le chef. C'est bien qu'il envoie des troupes, surtout après avoir jouer les pères la vertu pendant des semaines. Heureusement qu'il a fait ça sinon il aurait ridiculisé et décredibilisé la France à l'echelle internationale.

Non le vrai problème c'est la problématique de la guerre.

La guerre s'est fait pour tuer... des soldats, des resistants.... et meme des civils.

La guerre s'est fait pour tuer.

Alors ou on l'assume ou on ne l'assume pas.

Ou on fait la guerre ou on ne la fait pas.

Mais entre les 2 il n'y a rien d'envisageable.

Il y a des morts cotés Libanais ? He bien les gentils petits gars du Hezbollah n'avaient qu'à pas envoyer de bombes en Israel....

Si j'étais général, j'aurai fait raser méticuleusement tout le Sud du Liban encore pire que ce qu'on fait les Israeliens. Et en plus, moi j'aurai dit "merde" à l'ONU, et "merde" à l'opition internationale.

Et j'aurai dit aux journalistes du monde entier
- "celui qui m'emmerde je le bute !"

ou alors celle la

"celui qui me cherche, il me trouve !"

"Moi je suis pas un petit pédé de lache qui se cache dans les populations civiles"

C'est bien que la France envoie des pions au Liban. Mais il serait mieux qu'elle envoie des soldats, des militaires, armés jusqu'aux dents et qui ont la gachette facile.

Faut leur montrez à ces laches comment on fait la guerre. Font leur montrez à ces laches que la violence engendre toujours la violence. Faut bien leur faire renter ça dans le crane, à coup de pruneaux et de bastos.

Oui c'est la guerre !
Je me considère d'ailleurs moi meme en etat de guerre en France.

D'ailleurs les attentats déjoués en Angleterre sont aussi pour moi des actes de guerres prémédités et laches. Très lache de la part de citoyens britaniques s'attaquant à d'autres citoyens britanniques. Mais actes de guerre tout de meme.

La guerre au Liban, la guerre en France, la guerre en Angleterre.

Nous sommes en guerre !
Sortons ne couteaux, nettoyons nos fusils, huilons nos armures, et partons à l'abordage !

A la guerrrrrrrreeeeee !
On va les massacrer !!!!

J'espere que ce va dégénérer au Liban et qu'il y aura des repercussions en France. Depuis le temps que j'attends de pourvoir régler mes comptes. Cette perspective d'une guerre entre les Chétiens et les Musulmans va être une occasion de mettre un terme une bonne fois pour toute à tout ce cirque auquel nous assistons depuis 30 ans maintenant en France et dans la situation internationale.

Que les dieux de la guerre soient avec vous chers comptatriotes. L'opportunité de prendre notre revanche sur ces poseurs de bombes terrorisme emmerdeurs internationaux du monde libre arrive à grand pas.

Hips ! Heureusement qu'il y a cet espace anonyme qui remplace aisément le café du Coin, n'est-ce pas Quimboiseur !? Au café du Coin on vous reconnaîtrait, vous auriez la trouille au derche !
Achhhhhh qu'ça fait du bien !!!!

Mon texte ne met en cause ni Chirac ni le Liban , sujets sur lesquels je me suis exprimé précédemment ; j'observe seulement que nos institutions ne sont pas démocratiques . L'absence de débats et de lieu de consensus devraient nous inquiéter . Seul, on gouverne mal.

Effectivement, sur Internet je peux vider mon sac. Mais si les RGs veulent vraiement savoir qui je suis je crois qu'ils en ont les moyens et la technologie.

Mais je pense sincèrement tout ce que je dis. J'avais ce genre de discussions avec mes anciens collègues. Et je me souviens qu'il y a 5 ans je leur disais qu'on était en guerre.

Ils m'ont rit au nez en disant que c'était impossible en France.

5 ans plus tard, je leur repose la meme question... j'suis pas sur qu'ils repondent de la meme facon...

Sinon quand je dis que je me sens en etat de guerre en France. C'est vrai ! Je m'entraine tous les soirs au combat rapproché et au combat au couteau. Et je projette de m'acheter une carabine pour achever une formation de sniper.

Vous connaissez l'expression "chien de guerre" ?

Et bien je crois que la moutarde commence à me monter au nez. J'ai des pulsions homicides tous les jours. Je sens que je fais péter un cable.

Si jamais y'a une bombe qui pète en France à cause de ces connards de soi-disant compatriotes.... je ne réponds plus de rien.

Je risquerai d'apparaite dans la rubrique fait divers du journal régional en tant que forcené suicidaire....

Heureusement qu'on est pas aux Etats Unis ou les armes sont en ventes libre. Car il y a longtemps que j'aurai fait un carnage...

Mais je vous rassure des gars comme moi vous en aurez de pus en plus. Pour l'instant nous sommes marginaux. Alors moquez vous. Mais à un moment nous representeront 40% de la population masculine. Et là ca va etre la fête des psychopathes...

"Seul, on gouverne mal"

Mais excusez-moi mais vous avez vu la situation de la France ?

Ce pays n'est plus gouverné depuis 15 ans. Il y a des zones de non droit partout.

Les capitaux, les entrepreuneurs fuient le pays.

La partons de Carrefour et d'Auchan sont partis s'installer en Belgique.

La France fait fuir ses riches, ses chercheurs, ses artistes, ses chanteurs, ses sportifs, son elité, ses entrepreneurs.

Il n'y a plus de pays !

Les plus grosses societes Fancaises sont aux mains de fonds de pension américains. Et nos politiques publiques consistent à cracher du fric pour les clandestings, pour les immigrés, on crache de l'argent publique, on crache de l'argent publique, on ponctionne les contribuables, on creuse les deficits publiques, on augmente les impots, on invente de nouvelles taxes.

Ca s'appelle gouverner ça ? Je fais payer aux autres les erreurs, traffics et magouilles et sans-gêne de certains ?

Vous croyez que c'est ça l'etat de droit ? Payer ! Toujours payer ! Encore payer pour des gens qui ne cotisent pas, qui travaillent au noir et donc gardent tout leur fric pour eux et ne reversent rien au Tresor publique... Pourtant ils utilisent les infrastructures autant que nous..

Non ! Il y a eu de gouvernements. Il y a eu des agitations dans les hemicyles. Il y a eu des gars qui nous ont joué la comédie à la télé. Mais jamais la France n'a été gouvernée.

On nous a simplement fait croire à travers les médias qu'elle l'était. Puis on s'est dépeché de dilapider l'argent publique par les fenêtres pour n'importe qui et n'importe comment.

Désolé, moi je n'appelle pas ça gouverner !

L'absence de débat en France dépend aussi, selon moi, de deux autres facteurs de taille: d'une part, la presse n'est PAS indépendante (subventions, nominations, sans parler des chaînes publiques), et d'autre part nos hommes politiques, qui savent bien ce qu'il en est du peu de légitimité que leur confère les élections, osent de moins en moins aller contre l'opinion publique, ou plutôt l'idée qu'ils ont de l'opinion publique (l'écho des cris de ceux qui hurlent le plus fort).
Ainsi, la force d'interposition au Liban, c'est la solution idéale: d'abord, cela fait une mini-guerre dont un président, en France, sort souvent renforcé, le peuple persistant encore à voir dans son chef de l'état un valeureux roi au combat; ensuite, puisque c'est justement une force d'interposition, cela permet de ne pas choisir son camp. Que cet envoi de militaires soit la meilleure solution pour régler ce conflit, c'est non seulement incertain, mais c'est surtout très peu important pour celui qui prend la décision. C'est la solution de paix, cele qui né décide vraiment rien, qui ne prend pas parti et n'appelle personne par son nom: c'est la solution qui permet, en cas de protestation de députés (de l'opposition ou de la majorité), de traiter les autres de bellicistes, d'anti-musulman ou anti-israélien; c'est la décision savonnette qui glisse quand on tente de la critiquer.
Et plus généralement, c'est effectivement toujours ainsi que nous sommes gouvernés: ne pas parler des problèmes; n'accuser personne d'autre que ceux que la vindicte publique mentionne déjà si c'est le cas; aller dans le sens des bons sentiments pour parer à toute critique. Et j'oubliai le point essentiel: garder le nez sur la courbe des sondages.

comment peut-on accorder le moindre crédit à la position de Jacques Chirac sur le dossier libanais quand on connait les liens "stupéfiants" qui le liait à feu Rafic Hariri, "président" du fantoche état libanais! Jacques Chirac qui était d'après certaines sources le seul chef d'état occidental à assister aux obsèques de cet héros ultime de la démocratie et de la probité qu'était Rafic Hariri... d'ailleurs assassiné comme le juge Falcone par pulvérisation de véhicule à dix mètres du sol, de là à dire que ce mode opérationnel typique de la mafia italienne induit une co-responsabilité de la mafia libanaise, il y a un pas que je ne saurais franchir... pas une voix pour demander des comptes, des explications, des justifications, pas un ministre pour communiquer le coût d'une telle opération et les risques! le fait du prince, on fait une intervention à la TV histoire de bien dramatiser et d'impressionner, pas de débat au parlement, pourtant c'était facile à organiser, Villepin serait monté à la tribune pour expliquer, les chefs de groupe auraient eux aussi parlé, et on aurait voté, un vote symbolique certes mais un vote même si ce parlement est totalement déconnecté de la réalité politique française, c'est pas grave sauvons les apparences, que nenni!!!! allons nous désarmer le hezbollah ou simplement le placer en liberté surveillée? s'il s'agit de cette dernière hypothèse, nous avons tout à craindre d'un attentat Drakkar-bis! plus sérieusement, notre fameuse politique "arabe" n'est plus qu'un morceau de jambon avarié entre deux tranches de pain rassis, nous sommes totalement déconnectés des réalités géo-stratégiques, nous gesticulons, nous nous vantons de notre siège au conseil de sécurité mais qu'avons nous à proposer, que pouvons-nous faire, sommes-nous au moins capable de définir une politique étrangère sans se soucier de l'appartenance religieuse de millions de nos compatriotes? notre armée est dans un tel état de décomposition qu'il faudrait mobiliser le contingent en cas d'enlisement au Liban, d'ailleurs 2000 soldats c'est bien le grand maximum de ce qui reste en stock en métropole! mais où est donc passé le groupe aéronaval censé garantir la sécurité aérienne du dispositif français? c'est la septième compagnie d'une misérable république bananière, une sinistre plaisanterie! quand va éclater la guerre contre l'Iran, et si Chirac est encore en fonctions, le ridicule va finir par tuer!

Mr Sorman,
Sur l'Irak, sur le Liban, les français se sont (pour une fois !!!! ) très majoritairement rallié à la politique de leur gouvernement. Il ne leur reste plus qu'à espérer que vous êtes aussi aveugle sur le Liban que vous l'avez été sur l'Irak.
Pour ce qui est de la pratique de la démocratie, je ne saurais trop vous conseiller les émissions de Jon Stewart et Stephen Colbert sur Comedycentral. Ces émissions satyriques, qui sont un véritable phénomène auprès de la jeunesse américaine et la seule contestation véritablement incisive de l'administration Bush, vous donneront une idée du profond mépris dans lequel les jeunes américains tiennent les institutions que vous parez de toutes les vertus.

Comment peut-on savoir que le Français ont approuvé la politique libanaise de Jacques Chirac , dés l'instant où cette politique n'est pas d'une grande clarté ( qui désarmera le Hezbolalh ? ) et dés l'instant où les Français , ni leurs députés , n'ont pas voté sur ce sujet ? Ou bien , devrait-on considérer que la démocratie peut désormais être remplacée par les sondages? En écrivant que les Français n'avaient pas de passion pour la démocratie , je n'envisageais pas que certains commentateurs en souhaiteraient la suppression totale . Mais voilà qui a été fait.
Quant aux Etats-Unis , je souhaiterais pour la France des programmes de télévision aussi satiriques que ceux de Comedy central ; ils sont dans l'esprit des chansonniers de naguère , un genre disparu chez nous.
Le mépris des jeunes Américains envers GW Bush ? Les jeunes votent comme leurs parents ,là-bas et ici : 50% républicain , 50% démocrate.

ce qui s'est passé au Liban, ce n'est que le prix de nos petites lachetés accumulées depuis 1976, c'est trop facile de vouloir jouer au pacificateur quand on a laissé ce pays pendant des années aux mains des milices toutes religions confondues! mais qui peut croire encore à la réalité d'un état libanais quand le hezbollah parade dans la rue et achète à coup de milliers de pétro-dollars iraniens les civils désemparés? si le FLNC faisait ça en Corse ou l'ARB en Bretagne, qui croirait encore à la république française? quand au Hezbollah, c'est une organisation terroriste à la solde d'une puissance étrangère : l'Iran, voila c'est tout! A quoi sert la FINUL depuis plus de 20 ans : A RIEN! A quoi servira d'augmenter ses effectifs sans modifier à la hausse son mandat : A RIEN, sauf mathématiquement à augmenter le risque de pertes humaines! alors soyons lucides et francs : soit nous reconnaissons le Liban dans ses frontières d'avant la guerre civile, et alors il faut désarmer toutes les milices par la force s'il le faut en commencant par le hezbollah et pourquoi pas placer le LIBAN sous protectorat, ou alors se désengager totalement de cette zone qui n'a pas d'intéret économique majeur pour la France et l'Europe en attendant le deuxième round israelien qui cette fois-ci sera le dernier, n'en doutons pas! assez d'hyprocrisie, la souffrance de 10 enfants israéliens vaut celle de 1000 enfants libanais et vice-versa, mais bon, que peut-on attendre de grandes puissances comme la France qui ont laissé plus de 900.000 personnes se faire découper à la machette au Rwanda... c'est la démocratie d'apparence qui camoufle une république bananière (l'affaire Greenpeace à marseille en est la preuve hallucinante, de la piraterie maritime sous les yeux des autorités et en toute complaisance!!!), l'humanitaire en mode civil/ONG ou militaire/casques bleus pour donner bonne conscience aux masses de pleurnichards vissés devant leur télévision et camoufler l'incompétence des politiques! la France pue l'antisémitisme rampant , l'anti-américanisme primaire débile, nous sommes revenus en 1938 au temps des munichois et Jacques Chirac n'est qu'un batard de Daladier!

Une fois encore, nous pourrions prendre exemple sur le système présidentiel américain où le Congrès (le Sénat en particulier) joue un rôle considérable, y compris en politique étrangère, et où le Président est loin, comme on le laisse toujours entendre en France, d'être tout-puissant.
Pour ceux qui s'intéressent au fonctionnement des institutions américaines, ne manquez pas l'excellentissime série TV "A la Maison Blanche" ("West Wing" - soit L'Aile Ouest - dans la version originale). Cette série assez exigeante (les dialogues sont denses) montre de façon très minutieuse le fonctionnement de l'équilibre des pouvoirs aux EU. Elle tort le cou à un certain nombre de clichés si fréquents en France, notamment sur la toute-puissance du Président américain, en montrant concrètement à quel point l'exécutif est là-bas en cohabitation permanente avec un Congrès aux pouvoirs étendus. Ayant bénéficié des conseils étroits d'anciens membres de l'administration Clinton, cette fiction frappe par son réalisme. Notons enfin que le service public se distingue une nouvelle fois par sa défaillance puisqu'il programme cette série de grande qualité sur France 2 à... une heure du matin (dans la nuit de vendredi à samedi), préférant réserver le "prime time" à d'insipides séries policières bien de chez nous!
http://legauchisterepenti.oldiblog.com

La réalité c'est que la France ne cesse de se faire honte en se prostituant devant les dictatures arabes. La prostitution est une forme d'esclavage, pourquoi s'étonner que cette soumission soit cachée au public français par des procédés qui ne sont pas démocratiques ?
Si l'on disait la vérité, sans fard, à tous les Français : cher citoyen français, tu vis dans un pays de lâches qui a élu un ancien fonctionnaire de Vichy il y a vingt ans et un corrompu il y a dix. Tu vis dans une république qui a collaboré en 40, a attendu cinquante ans pour se repentir, tout en utilisant cette période pour faire ami-ami avec des épigones du système nazi en la personne des communistes et des pays arabes. Lorsque, après les Allemands, d'autres que toi, citoyen français, ont terrassé les Communistes, tu t'es tourné vers les derniers autocrates que tu connaissais pour leur lécher les bottes. Cela fait plus d'un demi-siècle que tous tes chefs d'Etat, sans exception, font de la lèche-bottines à tout ce que la planète compte de gens ignobles. Grâce à toi, citoyen français, les victimes chiites ont pu apercevoir sur leurs téléviseurs des centaines de milliers d'enfants gâtés acclamer Saddam Hussein en 2003. Grâce à tes dons en euros, citoyen français, les enfants palestiniens reçoivent leurs ceintures d'explosifs beaucoup plus tôt.
Ton pays, citoyen français, a la réputation d'être lâche, pédant, arrogant, inutile, paresseux et irresponsable. Ajoutes-y le fait que les victimes du monde entier t'associe à leurs bourreaux, et tu as une image juste, implacable, vraie, de ce que la planète pense de la France. En d'autres mots, il y a le camp occidental et tu n'es pas dedans. J'irai même jusqu'à penser que Vichy ne fut pas un intermède tragique dans un parcours de toute beauté mais une expérience inachevée d'une route totalitaire qui est née sur les remparts sanglants de la Bastille.
Qu'un sang impur abreuve nos sillons...
Drzz
http://drzz.over-blog.org

"Ton pays, citoyen français, a la réputation d'être lâche, pédant, arrogant, inutile, paresseux et irresponsable."

Je ne pense pas que cela s'applique à tous les Francais. Mais il est vrai que toute cette nomenclatura gaucho-tiersmondo-islamo-anarchistes
qui fait des grèves et des manifestations pour n'importe quel motif au principe que manifester est un droit... alors que travailler est aussi un droit gache notre image.

De plus cette autre nomenclatura oligarcho-moralo-langue de bois-politiquement correcte-progande mediatique ne sert pas non plus les interets des peuples Francais.

Je partage votre indignation quand on sait que la soi-disant republique Francaise, soit disant démocratique copule avec toutes les dictatures Africaines et toutes les dictatures Arabes.

Alors il ne faut pas s'etonner quand les descendants d'anciens colonisés, nouveaux indigènes de la ripoublique Francise traitent Marienne de salope qu'il faut baiser jusqu'à l'épuiser.

A force de se comporter comme une salope, la France va finir par obtenir et mériter la réputation qu'elle est en train de se fabriquer...

Douste Blazy qui s'agite dans tous les sens en donnant des lecons de morale au monde entier, puis ensuite... Bush qui dit tiens la France dit une chose puis son contraire... Heureusement que vous avez envoyé des soldats messieurs les politiciens Francais. Car le monde entier n'aurait pas compris comment on peut ouvrir grand sa grosse GUEULE devent le monde entier et ensuite les actes ne suivent pas. Cela s'appelle etre fort en GUEULE !

Néanmoins le mal est fait...

Donc maintenant Francais je vous demande d'arreter vos paroles en l'air et vos lecons de morale. Arretez de parler !

Parlez peu mais parlez bien !

Une monarchie bananière : voilà ce qu'est devenue la France selon ce cher Revel dans L'Obsession !

Propos violents mais tout à fait réalistes. N'oublions pas toutefois que "la France", ce n'est pas, heureusement, que ces dirigeants qui nous font honte et qui nous salissent; c'est aussi tous les autres, dont nous. Aussi faut-il, je pense, continuer de ne pas accepter les injures envers notre pays, car elles touchent aussi ceux qui, dans le présent et le passé, ne les ont pas méritées. La France est un pays, une très longue histoire, et je veux croire que son indigne représentation n'est que temporaire.

Salut à tous. On se lache sur ce blog!
M Guy Sorman ne donne pas d'opinion sur les choix de Chirac au Liban mais sur l'absence de contradiction et de débat. Si l'on prend l'exemple de la guerre en Irak, tout le monde semblait soutenir la position de Chirac, prise dans des conditions similaires. A-t-on entendu un autre son de cloche? Pourtant, (à mon avis) son opposition frontale m'a semblée imbécile, et au final n'a pas apporté grand chose à notre pays. La gloriole qu'il en a retiré auprès de certains pays a été temporaire, l'hostilité de nombreux pays, elle, a été durable (ex, les nouveaux pays de l'UE, l'UK, les USA...) Par ailleurs, les pays arabes nous ont perçu comme des soutiens de Sadam, nous avons été exclus de tous les contrats de reconstruction et cela ne nous a pas empêchés de voir nos journalistes pris en otage. Qu'avons nous gagné?
Ce que je déplore, avec Guy, c'est qu'on permet à notre président d'engager notre pays sans qu'il y ait de contradiction ni de responsabilité.

Je sais tout à fait que mon dernier post était très cru, mais est-ce faux ? Un tel constat clinique pourrait être fait sur d'autres pays européens.
Quant à la violence des propos, je l'assume. Certaines choses doivent être dites crûment pour susciter des réactions. Il faudrait pouvoir dire à mes compatriotes français comment leur pays est perçu en Pologne, en Angleterre, aux Etats-Unis, en Australie. Nous ne sommes bien perçus que par les dictatures arabes qui nous prennent pour des pigeons. Certes, cela vexe de le dire, mais ne cela ne devrait-il pas nous vexer que cela se fasse dans la réalité? Ahmadinejad sait très bien qu'il peut jouer à la bombe atomique avec les Européens sans risquer de riposte. Comment en sommes-nous arrivés là ? Aucune décision à l'échelle du monde ne peut être prise par la France seule, comment, encore une fois, en sommes-nous arrivés là, pour n'avoir plus aucune crédibilité ? A part passer pour des pigeons et des lâches, quelle image renvoyons-nous?
Pensez-vous que cela me plaît de dire ça? Mais est-ce faux?

Naturellement, ce commentaire ne s'appliquait pas aux citoyens français. On ne crache pas sur un peuple qui travaille. Je visais le système médiatique, économique et politique. Je sais très bien que le Français moyen se sent trahi, mais n'a plus les moyens d'antan pour le dire. Une sorte de résignation s'est installée dans les têtes. Ce n'est pas "le roi Chirac en son Liban" mais "le roi Chirac en son royaume de France".

D'un autre coté c'est quand meme ce meme peuple Francais qui vote depuis 30 ans pour les meme racailles qui n'arretent pas de dilapider l'argent publique et ruiner l'image de la France dans le monde.

Si ces gens sont si impopulaires alors pourquoi les Francais ne changent-ils pas de dirigeants ? Pourquoi gobent-ils toute cette propagande démagogique ? Ne sont-ils donc pas adulte ?

Mais comment ce peuple a t-il pu coloniser autant de régions ? Car franchement depuis 2 ans, la France me fait pitié !

Je pense que si elle avait encore de la fierté il y a des gens qui aurait déja exiger qu'on arrete de leur mettre des gesticulateurs à la television et qu'on vend comme des hommes politiques.

Regardez Juppé revient, on fait demissioner tout un conseil municipal pour que messir Juppé puisse reprendre ses PRIVILEGES...

Mais on est où là ? Dans un e république bananière ou quoi ?

Et y'a personne qui dénonce ça ? Ca passe comme une lettre à la poste ? Y'a pas un mec qui a fait une menace d'attentat à la bombe pour cause de mascarade démocratique ?

pour Quimboiseur
ce qui me choque
aussi dans "Juppé le retour "c est l attitude des Québéquois Voila un homme public qui fut condamné pour des agissements frauduleux.... et les Québéquois ne trouvent rien de mieux a faire que de lui offrir un poste d enseignant dans leur école d administration Est ce a dire que le contribuable quebequois a autant de soucis a se faire que nous??

voir la tribune de Nicolas Sarkozy publiée sur lefigaro.fr, un festival de lieux communs et de langue de bois, on attendait mieux et plus fort d'un politicien qui aspire à la rupture et qui au fond n'est qu'un "bébé Chirac", ce que la campagne présidentielle va mettre cruellement en évidence! donc sarkozy nous refait le coup de l'unité, il ose même écrire "une certaine idée de la france", on croit révêr mais on ne rêve pas! des munichois, ce sont tous des munichois, et c'est bien curieux pour des politiciens qui se prosternent matin midi et soir devant la mémoire du général de gaulle, et dieu sait comment je hais ce dernier! munichois ils sont, munichois ils finiront comme daladier et paul reynaud!

M.Sorman,
Je viens de découvrir votre blog, c'est pour cela que ma réponse intervient si tardivement par rapport à la date à laquelle vous avez publié votre message. Cela dit, "mieux vaut tard que jamais", car la lecture de votre écrit m'a interpellée et cette interpellation n'est pas fonction du temps. Je me suis donc permis de vous écrire ces quelques lignes malgré le décalage temporel. M.Sorman, que vous critiquiez la procédure antidémocratique suivie par Chirac, d'accord, mais comment pouvez-vous affirmer que les Etats-Unis, ont des leçons à donner à la France dans ce domaine(cf : " Pas même une conférence de presse, ce qui serait en Allemagne, en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis bien entendu, le strict minimum") ?
Si la conférence de presse est pour vous un critère de mesure de la démocratie, laissez-moi vous rafraîchir la mémoire sur certains évènements. Cela se passe outre Atlantique entre fin 2002 et début 2003, autrement dit, à la veille de la fameuse Guerre d'Iraq. Si une majorité d'Américains était partisane d'une guerre avalisée par les Nations-Unis, la plupart étaient contre cette guerre dans les conditions dans lesquelles elle a été menée, autrement dit en dehors de toute légalité internationale. Comme vous le savez, cela n'a nullement empêché George Bush, mu par des intérêts nettement plus politico économiques que démocratiques, d'envoyer au casse pipe des centaines de milliers de boys. Bien pire, le président a joué à fond sur l'effet "11 septembre", déclarant avec une insolente certitude, et dans le seul but d'obtenir un ralliement à son projet, que le régime de Saddam entretenait des relations étroites avec Al-Qaeda … Cela M.Sorman, s'appelle de la manipulation et c'est bien pire car plus pervers qu'une décision non concertée comme celle de M.Chirac que vous dénoncez. En effet, si, dans le premier cas l'abus est clairement visible et peut à ce titre être critiqué, dans le second cas en revanche, le public est dupé par des informations erronées et autres mensonges distillés par des individus qui ont intérêt à ce que ce même public croit en certaines choses. Cela rend impossible toute dénonciation.
Je soulignerai enfin la différence d'enjeux. Dans le cas des Etats-Unis, il s'agissait du déclenchement d'une guerre contre l'avis de l'ONU, ce qui est bien plus crucial et surtout bien plus controversé qu'une simple opération de maintient de la paix.
Je comprends votre critique M.Sorman et je l'approuve dans une large mesure mais, de grâce, gardons nous de tout excès de zèle qui serait contreproductif et ne basculons pas dans l'auto flagellation car chez les autres les choses ne sont pas nécessairement meilleures…
Manu.

Manu: « Si une majorité d'Américains était partisane d'une guerre avalisée par les Nations-Unis, la plupart étaient contre cette guerre dans les conditions dans lesquelles elle a été menée, autrement dit en dehors de toute légalité internationale. »
Euh… small detail… les Nations Unies est un organisme de nations, non pas un Empire de Nations qui impose le « droit international » ou la « légalité internationale » au monde. Cette organisation au pouvoir limité n’a pas été foutue de protéger les Tutsi contre les Hutus ou les musulmans de Bosnia contre les Serbes, ceci malgré leur présence ‘bleue’ aux deux endroits. Elle est sans envergure et sans épine dorsale… une crevette. Cette ‘crevette’ au sein de laquelle seuls les ‘gagnants’ de la deuxième guerre mondiale ont le droit de voter était minée d’un ver… un ver qui travaillait a influencer l’œil dit vigilant de Kofi Annan… longtemps avant l’intervention américaine en Irak. Ce ver se nommait « oil for food program » - comme on oublie vite !
Il va falloir que vous fassiez grande marche AVANT vers le PRESENT, pas le passé, afin d’apprécier l’ennemi auquel les occidentaux des deux cotés de l’Atlantique font face. Les raisons données pour la guerre ne vous plaisent pas, je comprends ; Vous trouvez que Bush a manipulé les rapports avec Al Quaida et vous n’aimez pas son insolente certitude, je comprends.
Mais la haine formente la haine depuis 30 ans au moyen orient et l’intervention d’un peuple brave devait arriver tôt ou tard pour essayer d’y mettre fin. L’Amérique et l’Europe partagent une histoire a quelques détails identiques, une culture de mère âgée et de son fils insolent… et ce n’est pas le fils insolent qu’il faut craindre… Savez-vous qui il faut craindre Manu?

Annika,
Je ne sais pas quoi penser un tel ramassis de conneries les unes plus affligeantes que les autres … quelquefois quand la bêtise atteint un certain niveau, il est difficile de répondre … je vais quand même relever le défi en m'y attelant même si cela revient à ignorer la règle de bon sens selon laquelle on ne peut rendre un con intelligent …

Bon, primo, étant titulaire d'une maîtrise de droit, on m'a appris sur les bancs de l'université (tu sais ce truc qu'on fait après le bac et pour lequel on nous donne un diplôme …à moins que je doive également t'expliquer ce qu'est le bac ?) qu'aujourd'hui le sujet principal du droit international public, c'est l'ONU, et ce, en dépit de ses ratés dont je ne nie pas l'existence ni ne minimise la portée. Mais vois-tu, le droit est quelque chose de quasi scientifique, aux concepts clairement définis, qui ne dépendent pas de tel ou tel évènement. Par conséquent, ta phrase " les Nations Unies est un organisme de nations, non pas un Empire de Nations qui impose le « droit international » ou la « légalité internationale » au monde " révèle une totale ignorance de ce qu'est le droit en général et le droit international en particulier, elle relève davantage de discussions de troquets, je regrette mais ce n'est pas suffisant comme source pour être consistant …

Malheureusement, le manque de connaissances ne semble pas être ton seul défaut, je crains même que ce ne soit pas le pire … en effet, le manque de nuance dans ta réflexion est patent, je n'ai jamais dit que la guerre en Iraq était une mauvaise chose, ce n'était pas le but de mon message. Tout comme Guy Sorman n'a pas critiqué l'envoi de soldats au Liban mais les circonstances de prise d'une telle décision, j'ai juste dénoncé le mensonge qui a motivé l'envoi des troupes en Iraq afin de biaiser l'opinion. De ce fait, si tu ne l'avais pas encore remarqué, ton passage sur "le danger auquel les Occidentaux des deux côtés de l'Atlantique font face" est totalement inapproprié. Je ne dis même pas que l'Amérique n'est pas une démocratie, elle est, à bien des égards le pays le plus démocratique qui soit, donc sache que je ne la crains pas. Cela ne veut pour autant pas dire qu'il faille lui donner une blanc sein pour tout ce qu'elle fait, là encore, cela s'appelle avoir l'esprit nuancé, un mot qui, visiblement ne t'est pas familier…
En espérant malgré tout t'avoir un petit peu éclairée, si cela est possible.
Manu

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.