Ma Photo

Actualité

  • Parution le 15 mars 2012

    Actu

    Paru le 2 novembre 2009

    Actu

    Actu

    Traductions

    Actu
    Corée

    Actu

    Corée

    Actu

    Inde

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Chine

    Actu

    Pologne

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Argentine

    Actu

    Corée

    Actu

    Espagne

    Actu

    Portugal

    ----------

    Actu

    Actu

    Actu

« Erreur de casting | Accueil | French neo-con? »

Commentaires

Prem's!!!!

Merci Guy de ce billet plein d'espoir. Je me reconnait dans vos lignes. Il faudrait d'ailleurs que j'arrete de vous lire car cela ne fait que me conforter dans beaucoup de mes certitudes... Mais bon, au moins je vois que je ne suis pas seul, ni fou....
Je vis cette election avec grande emotion. Et beaucoup d'espoir aussi. J'espere ne pas etre decu, comme avec Chirac. L'avenir le dira.
Un autre facteur: Je suis un "quadra" et cette election est pour moi nouvelle: Giscard, Mitterrand et Chirac etaient des figures de "pere". Des personnages innaccessibles et que je ne comprenais pas forcement, le differentiel de generations etant trop grand et les experiences personnelles etant a des annees lumieres. Maintenant j'ai l'impression que mon grand frere est a l'Elysee! Et il incarne cet espoir de renouveau pour le pays! C'est plus de l'emotion que du raisonne bien sur, mais cela fait partie du moment pour moi, et je pense pour bcp de gens de ma generation.

Il me semble que, parmi tous les jeunes gens que je cotoie, les choses ont changé en effet, mais pas autant qu'on pourrait le croire. Peut-être y a-t-il moins d'admirateurs du "Che" qu'autrefois, et ceux qui travaillent se rendent bien compte que les règles sont absurdes et qu'ils paient énormément d'impôts. Mais la plupart succombent aux procès d'intentions les plus primaires que la gauche fait à la droite (une amie italienne m'a même appelé pour me demander s'il était vrai que nous venions d'élire un neo-nazi !) et sont incapables de conclure quoi que ce soit, en matière de décisions à prendre ou de changements qu'il faudrait faire dans notre société, des critiques paradoxalement assez justes qu'ils font du système. La terme "libéral" est encore un gros mot et le premier qui dit "social" a gagné. Ceux qui sentaient vaguement que la candidate socialiste n'était pas à la hauteur on voté Bayrou par dépit, les autres ont voté contre le monstre "fasciste". J'ai tristement l'impression que c'est la nullité de son adversaire qui a permis à Sarkozy de gagner, plutôt qu'une révolution des consciences que je ne vois nulle part.

Bien-sur, le liberalisme economique et politique
va avant tout.Mais qu'est-ce qu'on doit penser de "l'activisme" du Tiers-monde /tout d'abord, de "l'umma" musulmane/? Il est connu, que cette partie de l'humanite deteste tout ce qui est lie avec l'Occident /le liberalisme y compris/.
A- propos de l'URSS,a l'heure venue, elle s'effondre. Mais la cause principale n'etait pas une poussee occidentale intellectuelle et spirituelle... C'etait une chose tres banale: un prix diaboliquement bas du petrole.
Ce qui est vrai,c'est un desir incomrehensible des Russes comme des Francais d'aller toujours a contre-courant...
Igor Rapoport

Bien-sur, le liberalisme economique et politique
va avant tout.Mais qu'est-ce qu'on doit penser de "l'activisme" du Tiers-monde /tout d'abord, de "l'umma" musulmane/? Il est connu, que cette partie de l'humanite deteste tout ce qui est lie avec l'Occident /le liberalisme y compris/.
A- propos de l'URSS,a l'heure venue, elle s'effondre. Mais la cause principale n'etait pas une poussee occidentale intellectuelle et spirituelle... C'etait une chose tres banale: un prix diaboliquement bas du petrole.
Ce qui est vrai,c'est un desir incomrehensible des Russes comme des Francais d'aller toujours a contre-courant...
Igor Rapoport

Avant de se lancer dans de grandes généralisations au sujet de ce vote, il est bon de regarder ce que disent les études d'opinion à ce sujet. L’une d'elles, l'enquête réalisée le jour du premier tour par TNS Sofres est révélatrice.
http://www.lefigaro.fr/assets/pdf/sofres_22_04.pdf
Sautez directement à la page 20, c’est extrêmement intéressant.
Les motivations du vote Sarko ont été essentiellement:
- 50% contre le chômage
- 43% contre l’insécurité
- 35% pour l’amélioration du pouvoir d’achat
- 30% lute contre l’immigration clandestine
- 22% pour la politique fiscale
Par conséquent, ceux qui verraient dans le vote Sarko une nouvelle histoire d’amour entre les Français et le libéralisme se tromperaient royalement.
Il s’agit en grande partie d’un vote de repli, franco-centrique, d’un vote sécuritaire, du vote d’un peuple qui a peur. Peur du chômage, peur de l’immigration, peur pour son portefeuille, et peur du lendemain.
Sorry guys.

Bataille des quadra ...contre ceux de combien d'âge?
(personnellement... j'ai l'âge de Guy Sorman)

ETF : étant pris ces deux jours, je n'irai pas consulter votre site du Figaro, mais vous auriez pu nous résumer ce que les sondeurs donnent comparativement comme % vers Ségo?
Je m'en tiens personnellement à d'autres analyses de faits, et à quelques images, même s'il faut s'en méfier.
A ceux qui veulent s'y hasarder:
- profilez-nous donc ces "jeunes de Ségo"? et pire, ceux de LCR?
- profilez-nous les vieux déçus, démotivés et/ou sclérosés?
- profilez-nous tous ces apparatchiks façon P.S. (bien sûr, on en trouve dans tous les partis et couches sociales, mais...)
Bon je retourne à d'autres projets.

Igor , trés intéressante la comparaison Russie, Franc: à contre -courant , la quête de singularité . Et c'est une histoire ancienne.
En mai 68 , on disait " Cours , le vieux monde est derrière toi". Il reste à vérifier que France et Russie vont courir ou non plus vite que le vieux monde.

ETF, les chiffres que vous citez ne donnent aucune indication sur la motivation libérale ou non du vote des Français.

Le premier du motif du vote Sarkozy est le chômage. En quoi serait-ce une preuve d'anti-libéralisme?

Le libéralisme ne se juge pas à l'aune des problèmes, il se juge à l'aune des solutions. Et parmi celles de Sarkozy, il y en a que nul n'avait jamais osé proposer, parce qu'elles auraient immanquablement désigné leur auteur comme diable néo-libéral.

Par ailleurs, je ne comprends pas votre argument sur la peur. Il faudrait ne pas avoir peur du chômage? Il faudrait être pour le chômage?

Il y a trop de chômage en France, j'espère que vous ne le contestez pas. C'est une situation grave et insupportable, j'espère que nous sommes d'accord.

Les divergences commencent quand il s'agit de choisir les solutions pour lutter contre le chômage.

Bien sûr, les 25% de fonctionnaires que compte la population active peuvent se gausser sans risque de ceux de leurs concitoyens qui ont "peur" du chômage.

Les classes moyennes intellectuelles des centres-villes peuvent se gausser de leurs concitoyens qui habitent en banlieue et ont "peur" de l'insécurité.

Etc.

Ce que je prétends, cher Robert, c'est que la soi-disant aspiration libérale des Français est grandement surfaite. Que les médias sont en plein délire à ce sujet. L'aspiration à l'ordre et à la sécurité, voilà essentiellement ce qui a porté NS au pouvoir. Nous n'allons pas tarder à nous en rendre compte. Pour ce qui est des chiffres cités, lisez l'étude. La fiscalité, par exemple, arrive très loin dans les préoccupations (22%). 83% des électeurs de Sarko (contre 80% des électeurs de Lepen!) souhaitent plus d’ordre et d’autorité dans les années à venir, contre 16% qui souhaitent plus de libertés individuelles (p. 29 de l’étude). Je ne prétends pas que cette étude apporte toutes les réponses, mais elle m’a déjà beaucoup surpris. Pour affiner, si vous connaissez une étude plus précise et plus tournée vers l’économie, je la lirais avec intérêt.

Extraits d'un texte écrit par Riyadh' Abd, écrivain irakien, dans un texte posté sur le site arabe Elaph, le 23 avril 2007 :

"La fierté qu'éprouve le monde musulman à l'égard des terroristes est un signe concluant du déclin moral de la civilisation arabe et islamique." Comparant les jihadistes à Cho Seung-Hui's, le meurtier de Virginia Tech, Abd écrit : "Ce qui m'a frappé dans les reportages, c'est combien la famille du criminel a présenté ses excuses et a exprimé ses remords, son embarrassement, sa honte, aussi bien que sa consternation et son incompréhension devant le crime affreux de Cho Seung-Hui's. Cette famille coréenne a montré ses regrets les plus sincères et a assumé une part de la responsabilité des actes de l'un de ses membres.

Comparons maintenant ce comportement humain, naturel, civilisé avec celui des familles qui ont perdu leur enfants en Irak au cours de missions suicides qui ont coûté la vie à des milliers de civils irakiens innocents.

Au lieu des voir ces familles s'excuser auprès des Irakiens pour le massacre d'innocents et pour la destruction de leur biens, nous voyons les familles de ces meurtriers organiser des cérémonies et saluer "le marytre" de leurs enfants - et durant ces cérénomines ils reçoivent des félicitations plutôt que des condoléances.

Ce comportement étrange et cette fierté sadique à l'égard d'actes criminels démontrent seulement le déclin moral de la civilisation islamique contemporaine.

Le peuple irakien ne mérite-t-il pas les excuses de la famille d'Abu Mussab Al-Zarkawi ? (...)

Pourquoi seuls les musulmans prônent ce genre de barbarie, et pas le reste de l'humanité ?"

http://leblogdrzz.over-blog.com/article-10360380.html

L'euphorie de beaucoup de libéraux après la victoire de Sarkozy, est surtout à mon avis dûe à la défaite de Ségolène.

Nous le voyons dans certains commentaires de blogs, de journaux où les libéraux en début de campagne préféraient choisir Sarkozy en voyant en lui ce qu'il y avait de moins pire.

Le scepticisme de ETF me paraît fondé, mais un bilan du gouvernement Sarkozy passe avant tout par une victoire de l'UMP aux législatives.

Une cohabitation serait sans doute improductive.

D.J

@drzz
Il me semble que le mot "kamikaze" n'est pas d'origine arabe pour commencer par le plus évident... Je crois également que vous oubliez ou ignorez - dans ce cas allez voir Wikipedia de ma part - l'existence des plus de 300 attentats-suicides commis au Sri Lanka en moins de 25 ans.

"Pourquoi seuls les musulmans prônent ce genre de barbarie, et pas le reste de l'humanité ?"
Mais parce que nous somme méchants c'est évident! Ou parce que nous sommes musulmans tout simplement! Il suffisait, comme vous le faites si bien de poser la question honnêtement et clairement pour que la réponse soit à évidente.

"La fierté qu'éprouve le monde musulman à l'égard des terroristes est un signe concluant du déclin moral de la civilisation arabe et islamique."
"civilisation arabe et islamique" => civilisation à base ethnique ou religieuse? Cette confusion est si fréquente cela dit dans la bouche des arabes qu'on ne peut pas vraiment en vouloir à quelqu'un d'aussi chargé de préjugés que vous de la faire sienne... Mais votre but était sans doute louable au final puisqu'il nous permet tout de même de comprendre un peu mieux le texte discuté ici dont je rappelle le titre: "la France rattrape son époque".

ETF, vous vous trompez! et j'allais ajouter, en bon socialiste français qui place l'annee 2007 sous le signe de la "peur". Ca fait sociologue branché ! il n y en a que pour la peur, mais pour dire quoi ?

Par contre, Ksorp a tout a fait raison de voir dans ce billet de Guy Sorman un leger exces d'optimisme. Mais disons qu a defaut d'etre soutenu par une majorite de français souhaitant la mise en oeuvre d une vraie politique liberale, le tiers qui a soutenu Sarkozy des le premier tour était necessairement d'accord avec ses themes majeurs qu'etaient :
- plus de travail pour augmenter les revenus (rethorique purement liberale introduite par A Madelin en 2002)
- reformer l Etat en reduisant le nombre de fonctionnaires (il l'a annonce et repeté sans aucune ambiguité)
- fusionner assedic et unedic et restreindre les droits des chomeurs pour "imposer" le retour a l emploi...

A mon sens, ceux qui l'ont soutenu dès le premier tour adherent sincerement à ces themes liberaux et en ce sens, G Sorman a raison d'etre optimiste, la France a bien changé si on se rappelle que Madelin, seul porteur de ces themes en 2002, n a pas passe la barre des 5%. Saluons le talent de sarkozy pour convaincre et "convertir". Les electeurs de droite qu'il na pas seduit ont voté bayrou.

Mais il reste en meme temps deux tiers des français rétifs aux idees liberales dont certains, comme le dit tres justement Ksorp, ont rejoint sarkozy au deuxième tour uniquement parce que Segolene aurait été, evidemment, une veritable catastrophe. D'aucuns disent que 53 % est la marque d'une large victoire mais je trouve qu'on est encore passe beaucoup trop près d'une victoire, siderante, de la "starisation" et de l'absence totale de ligne politique.

Tenez, pat107, de la part du socialiste Français que je ne suis pas. Je n'invente rien, désolé. La France est un pays qui a peur.

Pourquoi les Français craignent-ils tant la mondialisation ?

Les Français sont les seuls en Europe à avoir aussi peur de la mondialisation et ils le savent. C'est bien là le problème : « Si nos voisins ont une vision positive de la mondialisation, c'est qu'ils parviennent à en tirer profit. Pourquoi pas nous ? » À la crainte s'ajoutent un sentiment d'impuissance et le rejet d'une Union européenne dont les partenaires ne partagent pas les mêmes inquiétudes.
Une enquête inédite (1) réalisée par des experts de huit États membres montre à quel point la perception qu'ont les Français de la mondialisation est marginale dans le tableau européen : ce sont eux qui craignent le plus son impact sur le marché de l'emploi et qui sont les plus pessimistes sur l'avenir de leur pays. Ils sont les seuls à opter majoritairement pour le protectionnisme plutôt que pour le libre-échange. Pendant ce temps-là, ailleurs en Europe, la mondialisation est à peine un sujet de débat.

Pourquoi les Français se focalisent-ils autant sur les enjeux économiques de la mondialisation, alors que les Italiens, les Espagnols, les Britanniques sont davantage préoccupés par la question migratoire et les Estoniens et les Suédois par l'évolution de l'environnement ? Pourquoi n'y a-t-il guère qu'en France que les mouvements altermondialistes se développent ?

Sans doute parce que la mondialisation n'est pas encore acceptée en France comme un phénomène incontournable dont il faut tirer le meilleur parti.

http://www.fondapol.org/v2/publication-details.php?id=155&lg=fr

quelle analyse !!!! il y manque l'essentiel : le fait que Sarkozy ait été principalement élu non pas sur son programme économique mais sur celui de la sécurité (se référer à son électorat + la récupération qu'il a fait du côté de l'extrême droite). Vous avez dit changement ? avec qui ? les mêmes Fillon en tête, surtout quand on connait les conséquences de la loi Fillon, on a de quoi baliser. C'est donc avec les mêmes que ces douze dernières années, qu'il va continuer....... Bonne chance à nous

A en croire ce blog et la plupart des commentaires, la principale qualité de libéralisme conservateur (le meilleur des mondes?!) est d'etre dominant. Pourquoi etre a contre-courant ? autant se vendre au plus offrant et se montrer servile. Devant une philosophie aussi creuse et opportuniste, on ne peut que penser qu'on vit une belle epoque conquerante...

Un tel aveuglement est inquiétant pour la société française ; surtout de la part de ceux qui se prétendent son élite.

Pensez vous réellement que 53% des français payent un fort impot sur le revenu ?

Voyez vous réellement un rapport entre le SIDA et la moralité ? (est il immoral de se faire transfuser ?)

Et de juger le SIDA comme un "rappel à l'ordre" divin va en total contradiction avec le reste de votre discours.

Vous etes contre l'intervention de l'état mais pour celle de dieu ? (mais je ne vais pas vous apprendre que le but premier de la religion est de standardiser non seulement la moral mais les lois ...).

Et je suis sans doute un peu stupide mais je n'arrive pas non plus à comprendre pourquoi il faut attendre 2 ans avant de faire un bilan de Sarkosy :
- les ministres et les députés n'étaient ils pas dans l'UMP depuis 2002 ?
- ces ministres et députés ne sont ils pas censés proposer des lois ?

Ne peut on pas faire un bilan et comparer les chiffres (dette, balance commerciale, nombre d'actifs ...) entre 2002 et 2007 ?

Il est vrai que je suppose que l'UMP comme mouvement politique donc influent sur des idées de solutions politique .... mais n'a-t-il pas été utilisé pour travailler pour la France mais pour préparer une élection ...

C'est vrai,n il est plus économique pour un état de ne n'être au service que de quelques uns .. c'est ça le libéralisme ?

Merci Monsieur Sorman (J'ai déjà lu des livres fort intéressants de vous) de dire les choses comme elles sont. Je pense que Mr Sarkozy, s'il n'est certes pas un magicien, nous rendra vraisemblablement un certains nombre de libertés qui nous ont été volées depuis quelques décennies: mettre nos enfants dans l'école de notre choix, leur transmettre un héritage, etc etc et surtout, le grand moteur de l'économie: pouvoir à nouveau rêver d'être riche un jour. Bravo à Mr Sarkozy d'être allé sur un yatch avec M. Bolloré. Moi je pense que ce n'est pas fortuit, c'est un signe fort: l'esprit d'entreprise est de retour.
Bien à vous.

Quelle erreur! quelle horreur! citer le pape Jean Paul II, en même temps que José Maria Aznar (oui le même qui osa mentir aux espagnol par rapport aux attentats), que Margaret Thatcher. Le libéralisme ne se définit pas seulement en termes économiques. Je ne vous l'apprends pas. Que du point de vue moral, vous osiez nous citer Jean-Paul II, Margareth Thatcher et José Maria Aznar, comme des modèles, cela me sidère et me déçoit énormément.

un peu réactionnaire comme article.

Plus d'ordre ?
Moi aussi je suis un vieux et j'ai connu le désordre toléré ou pas contenu pour faire peur et pour faire bien voter.

Le libéralisme, mais on n'y a jamais été.

Quand il y a des monopoles et des pots d evins, il ne peut y avoir de libéralisme.
M^éme chez Decaux c'est comme çà.

La fénéantise, payé à rien foutre, j'ai pas connu.
J'ai plutot connu les heures supp des boites "libérales" heures supp travaillés et non payées.

Alors 25% en plus de zéro.

Vraiment une article du passé.

un autre mot me choque la conviction populaire.

Un peu de modestie.
qui a voté pour lui.
les grandes villes ? non.

Mais la conviction populaires des commerçants, des libéraux, paysans et aussi des vieux.

Les vieux qui croient que leur retraites va augmenter et que sarkozy va relancer la France en baissant les charges salariales, nuisibles au bénéfices.

y comprenent plus les vieux quand on leur dit que les charges salariales payent aussi leur retraites. Et si on les baissent.....
Bà , il n'avaient qu'à mieux voter. on lmeur a dit pourtant.

ils pourront toujours faire des manifs et bruler des voitures les vieux :-)

Constat:la France est le pays des dogmes.Ses citoyens n'aiment pas le libéralisme alors que selon tous c'est NS qui l'incarne le mieux.Ses citoyens aiment l'État providence (ex SP) programme de NS on voit désengagement(reduction les dépenses publiques...mais son seul point fort c'est l'immigration, la TURQUIE...la question que je me pose ...si nous tous Français... si on n'est pas devenu xénophobe, et que toutes les commémorations(noires, juifs etc.) ne sont pas une mauvaise foi au sens de Sartre...S.Veil symbole du Nazisme vaincu, supporte un candidat qui utilise l'ordre la sécurité(étendards du NS)peut nous montré que soit on est dans le FAUX total...on radote... soit que les victimes du passés peuvent s'entendre avec les bourreaux du passés.

Mr. Sorman,

Si je vous comprend bien, vous vous félicitez que la France fasse comme tout le monde après "mûre reflexion faite". Voilà une attitude qui manque singulièrement d'audace et qui contribuera à faire de ce 6 mai 2007 un épiphénomène politique alors que le 10 mai vivra sans référence au millésime. Je note à ce sujet que vous évoquez les années 80 sans plus de précision, tant il semble que le souvenir de ce jour vous traumatise encore. Effectivement, nous avons changé d'époque: la promesse d'un retour à la normalité nationale et mondiale a pris le dessus sur la volonté déraisonnable du changement. En tout cas pour 53% d'entre nous.


La politique a horreur du vide !

Le PS n’a pas cessé de créer le vide autour de lui depuis la fin du mitterrandisme (et d’ailleurs, on peut dire que ç’a commencé avec Mitterrand).

Depuis Jospin, le PS ne représente plus que les cadres et les salariés de la fonction publique.


Ca ne pouvait pas durer !

Sarko a vu les espaces laissés par la gauche et par son propre parti depuis 20 ans. Pensez entre autres, aux 18% du FN dont personne ne s'est occupé !!!!!! et aux voix du centre droit que le PS n'a jamais jugé bon de courtiser.

Et comme un malheur n’arrive jamais seul, la "personnalité" du candidat du PS n'avait aucune chance face à une "personnalité" telle que SARKO.

Royal est incapable de se faire écouter de ceux dont il est important de se faire entendre si on veut gagner une élection présidentielle. Elle est incapable de s'adresser aux électeurs qui n'aient pas déjà leur carte au PS ou qui ne soient pas des alliers naturels de la gauche et plus grave encore, elle est incapable de rendre lisible un programme ; elle n’a sans doute jamais eu à s’expliquer ou bien, elle n'a jamais eu à expliquer quoi que ce soit à qui que ce soit au cours de sa carrière.

Sans oublier le fait suivant : le candidat qui a donné le sentiment de s’être longtemps battu pour arriver là où il est arrivé, c’est Sarko et pas Royal !!!!


Strauss-Kahn était un bien meilleur candidat. C'est un bon communiquant : phrases courtes, syntaxe percutante, maîtrise des dossiers : analyse, synthèse, diagnostic et recommandations.

Il était très certainement le seul capable de rendre lisible un programme et le seul à pouvoir décrédibiliser (sur le fond) la candidature de SARKO sans la diaboliser (en politique, la diabolisation ne rapporte rien quand on est challenger. Elle est contre-productive).

Les militants du PS ont décidé de soutenir Royal (les militants appartiennent majoritairement à la fonction publique - déconnectés, ils sont, de ceux que Royal avait besoin de toucher pour gagner la présidentielle).


Côté rénovation... Oui ! La rénovation : « La politique autrement... et patati et patata !!! »
Royal arrive trop tard, beaucoup trop tard sur la scène de la "rénovation politique" et trop tôt pour le PS et ses alliers.

C’était au plus rapide et Sarko a été plus rapide et plus convainquant ; il a donné beaucoup plus d’ampleur à cette entreprise dite de "rénovation", sans oublier son culot et son panache.


Sarko incarne toutes les ruptures. Il sera Thatcher et Blair tout à la fois (ce qu’a été Blair).

Que restera-t-il comme espace pour le PS et la gauche en tant que force capable de gagner une élection législative ou présidentielle ?

La question est posée tout en sachant comme nous le savons aujourd’hui que la gauche ne peut plus miser sur ses propres forces. Elle aura besoin de l’échec de Sarko.
Et l’échec de Sarko, qu'est-ce au juste ?
C'est la perte de confiance d’une petite, d'une toute petite partie de l’électorat dont il a besoin pour rester à son poste et pour se faire réélire dans cinq ans : la poignée de voix qui fait une majorité.

Alors… il ne faudra pas trop miser sur son échec car, une poignée de voix perdue, ça se trouve et ça se gagne ailleurs et pour peu que la gauche n’y soit pas - tête en l’air qu’elle est - c’est encore un espace que Sarko - l’homme omnipotent - s’empressera d’occuper sans attendre qu’on l’y invite (durant sa campagne, Sarko s'est même payé le luxe d'épouser les thèses de Fabius et de Chevènement : "Une europe qui nous protège de la mondialisation". C'est vous dire ! C'est... tout dire !).

Aujourd'hui, il n'est plus possible de gagner une élection en ignorant le centre et le centre droit. Quand on veut gagner une élection pour, une fois au pouvoir, faire une politique dite "de gauche", il vaut mieux faire campagne au centre et au centre droit.
Libre ensuite à cette force de gouverner à gauche !

Ca nous changera des campagnes menées à gauche et de l'exercice du pouvoir mené à droite ! (sourire)


Cher Serge, beaucoup de contradictions dans votre texte. Tout d'abord, vous faites état d'un PS exsangue, puis vous constatez à juste titre que les 18% d'électeurs du FN + le centre droit représentent un électorat décisif délaissé par le PS, pour fustiger enfin Ségolène, incapable de ceci et de cela, comme n’ayant eu "aucune chance". Mais Strauss-Kahn eut été bien meilleur, dites-vous. Ce en quoi vous vous trompez lourdement. Il était rigoureusement impossible pour le PS de remporter les élections, même et surtout avec un éléphant genre Stauss-Kahn à la barre. Vos deux premières constatations devraient suffire à vous en assurer. Ségolène aura au contraire permis à « la gauche » (soit environ 34% de l’électorat) d’atteindre ce score étonnant de 47% au deuxième tour, grâce à son image, sa nouveauté, sa fraîcheur, ses iconoclasmes vis à vis du PS, et son conservatisme dans l’air du temps (travail, famille, patrie, sécurité). Ce ne sont pas seulement les militants qui ont soutenu Royal, c’est la France entière, via les sondages. Ce sont en fait les sondages qui ont influencé les militants. Ségolène a été imposée au PS par la vox populi (ou « vox sondagi »). Vous parlez de Strauss-Kahn comme étant « le seul capable de rendre lisible le programme PS». Plait à Dieu que Ségolène se soit abstenue (volontairement) de le rendre lisible. Car le dogme en 100 propositions eut assuré au PS une déroute absolue au deuxième tour (voire une victoire de Bayrou au premier). Vous semblez ébahi que « le candidat qui a donné le sentiment de s’être longtemps battu pour arriver là où il est arrivé, c’est Sarko et pas Royal”. Mais c’est l’évidence même! Sarko se bat comme un beau diable, sans discontinuer, depuis 30 ans, et si l’élection devait se jouer à l’endurance, à l’énergie et à la pugnacité, Sarko méritait de gagner plus largement encore (ce qui n’enlève rien à Sego). Vous dites ensuite « C’était au plus rapide et Sarko a été plus rapide et plus convainquant”. Mais non, c’était à celui qui avait le projet le plus cohérent, et pendant que Sego oscillait entre ses propres instincts et sa propre vision incertaine, et l’obligatoire référence au « dogme des 100 propositions », Sarko improvisait sans complexe, mais sur une base solide, mûrement réfléchie depuis des années. Enfin « Que restera-t-il comme espace pour le PS et la gauche en tant que force capable de gagner une élection législative ou présidentielle ?” dites vous, pour en conclure que seul un échec de Sarko le permettra éventuellement. Non, encore une fois. La voie est toute tracée. Il doit émerger en France un réel parti social-démocrate, qui laisse les vieilles lunes de la gauche à leurs illusions poussiéreuses, et qui laisse surtout, émerger un nouveau leadership, moderne, dynamique, tourné vers l’avenir, l’économie de marché, et vers l’Ouest, bref, ce qui existe partout en Europe, sauf en France.

Brillante synthese qui implicitement laisse entendre que Jacques Chirac chantre d'une "Droite congelee" c'etait avec la gauche comme blanc bonnet et bonnet blanc. Nous sommes d'accord.
Je voudrais faire deux remarques.
Premierement le liberalisme economique n'est pas un concept monolithique. Les transformations de l'economie mondiale auxquelles vous faites allusion doivent beaucoup plus a l'effondrement des economies de type marxiste et leur transformation en des economies de type capitaliste ou l'etat joue encore un role preponderant
(Asie + ex-bloc sovietique + Afrique) qu'a l'influence du neo-liberalisme dans nos economies occidentales.

S'il est prouve que le systeme marxiste d' economie planifiee ne fonctionne pas il n est pas prouve que le modele ultra-liberal ne conduise pas in-fine a une autre catastrophe.

Ma deuxieme remarque est relative au cas particulier de la France. Ce que vous dites, sur ce decalage de 20 ans de la France par rapport aux autres nations comparables est vrai mais je ne crois pas la non plus qu'il en faille attribuer la cause a cette manie bien francaise de toujours vouloir se singulariser. Le role moteur joue par la France dans la construction europeenne et particulierement dans la creation de l'Euro prouve que la France sait aussi agir de concert avec ses partenaires et a l'inverse cet exemple demontre que c'est l'Angleterre qui s'est laisse tentee par une orgueilleuse singularite.

Le vrai probleme qui au fond explique ce "retard" de la France c'est l'inertie de sa classe politique depuis Giscard d'Estaing. Mitterand accede au pouvoir alors qu'il arrive a l age de la retraite et Chirac s'accroche au pouvoir malgre des echecs retentissants (1988 - 1997)qui dans n'importe quel autre Etat auraient eu raison de lui.

La societe francaise est avant tout malade de sa classe politique, une classe politique paralysee par les effets d'une ideologie sansculotarde (la je rejoins Francois Furet)qui modele les esprits dans un meme moule.

Sarkosy donne l'apparence d'un homme neuf et libre d'esprit. A bien d'egards son origine binationale, son autoritarisme, son absence de langue de bois, meme sa taille et sa situation matrimoniale font penser a Bonaparte.

Bonaparte nous a apporte le meilleur comme le pire.

Souhaitons lui bonne chance mais restons vigilants.

comment trouver plus affligeant que l'apologie du libéralisme par monsieur Sorman, lui qui accuse les fonctionnaires et surtout les enseignants de le diaboliser( à tort?) parce que cela mettrait à mal leur petit cocon; heureusement que même NS n'est pas aussi libéral que Sorman ( quoique...),.. et laisse encore un peu de place à l'Etat.. ne serait-ce que pour assurer un minimum cvommun a ceux qui n'ont pas la même aisance ( ou naissance?) que Mr Sorman
On pouvaut croire qu'avec les années, la "pensée" sormanienne aurait pu se nuancer,: au contraire , elle est inexorablement fossilisée.

Behar Maryse,

Si vous connaissiez Guy Sorman vous sauriez qu'il n'est pas contre l'absence d'état, mais contre l'état gaspilleur.

Pour lui les fonctionnaires ne sont pas un mal, ils sont même nécessaires et il n'est pas normal que des syndicats représentant une minorité vont jusqu'à bloquer le pays pour défendre des privilèges que le privé n'a pas.

Pourquoi tous les pays d'Europe ont pu réformer et moderniser l'état sans trop de problèmes, alors qu'en France la moindre contrariété font descendre les fonctionnaires dans la rue. Peut-être que vous aimez payer trop d'impôts ou faites-vous partie des 50 % de français contribuables qui ne paient pas d'impôts.

D.J

@behar maryse
" heureusement que même NS n'est pas aussi libéral que Sorman ( quoique...),.. et laisse encore un peu de place à l'Etat.. ne serait-ce que pour assurer un minimum commun a ceux qui n'ont pas la même aisance ( ou naissance?) que Mr Sorman"
Le bla bla habituel... "un minimum commun" dites-vous? Pourquoi un "minimum"? Pensez un peu aux moyens monstrueux que sont ceux de l'éducation nationale (au moins jusqu'au Bac...) puis repensez à ce minimalisme auquel vous êtes réduit... N'importe qui ayant approché l'éducation nationale sait qu'on y trouve des individus dont aucune organisation - gérée correctement - ne voudrait. Je sais d'expérience que pas mal de cas relèvent de la psychiatrie... Une certaine mise en concurrence pour séparer le bon grain - qui existe - de l'ivraie pour le plus grand bien du corps enseignant et surtout - tout de même - pour celui des élèves ne devrait même pas être matière à discussion. Des parents doivent pouvoir mettre leur enfants où ils veulent et les écoles que tout le monde fuit doivent sentir le coup passer financièrement. Ce n'est pas le cas aujourd'hui et les seuls à en souffrir sont les enfants des familles modestes qui se retrouvent parqués dans des établissements déclassés à un âge où tout ne devrait pas être joué. Tout de même, qu'est-ce qui est le plus grave: faire "l'apologie" d'un système qui prétend résoudre les problèmes simplement et dont les résultats peuvent êtres constatés ailleurs et dans d'autres domaines ou soutenir mordicus que l'empereur n'est pas nu?

Je crois que ce qui caracterise aussi les dernieres annees, c'est la haine et les bas coups. Les socialistes, une fois de plus, ont menes une campagne basee sur la mise en valeur des erreurs des autres et non sur des veritables solutions. Je lisais un article d'un pretendu psychiatre dans LIBE a propos de Sarko, c'etait a vomir! Tant de haine de la part d'un medecin. On ne peut gagner avec des comportements comme ceux la. Il faut de l'amour dans la vie. C'est ce que j'ai ressenti dans le discours de Sarko le 6 Mai, l'amour de son pays, de son travail. C'est prometteur. J'espere juste qu'il ne se fera pas rattraper par les interets economiques de courts termes.

mais que de betises...
le pensée de friedrich est tout simplement tout, sauf une pensée ! le liberalisme prends racine dans l'individualisme et se nourrit d'economie. Le resultat est donc "indeterminé". Pauvreté, pollution, disettes, ... Que de maux... que de maux... Mais vous avez raison sur un point. La France va à son tour connaître le libéralisme. Et la secousse va être violente...

mais que de betises...
le pensée de friedrich est tout simplement tout, sauf une pensée ! le liberalisme prends racine dans l'individualisme et se nourrit d'economie. Le resultat est donc "indeterminé". Pauvreté, pollution, disettes, ... Que de maux... que de maux... Mais vous avez raison sur un point. La France va à son tour connaître le libéralisme. Et la secousse va être violente...

L'effondrement du bloc communiste dans les années 80 a bel et bien porté l'avènement du libéralisme mondialisé. Une course effreinée à la compétitivité économique s'est lancée entre les pays du monde, avec ses gagnants et ses perdants. La France, en s'accrochant à son immobilisme y a sans doute perdu sa position, fragilisant son économie, intensifiant les peurs de ses habitants.
Mais si cela est la donne des 20 dernières années, est-ce vraiment la donne de demain ? Ne sommes-nous pas à l'aube d'une nouvelle ère ? Car le fait majeur de cette 1ère décennie du XXIème siècle, c'est la croissance vertigineuse de la Chine, basée sur une application presque cynique du modèle capitaliste. Sans oublier l'Inde et une grande partie de l'Asie du sud-est. C'est aussi l'apparition dans de nombreux pays émergents d'une classe moyenne reproduisant les modes de consommation jusque là réservés aux pays développés. La croissance économique au niveau mondial est en moyenne de 4% par an. Le volume des échanges commerciaux dans le monde, la consommation d'énergie, ne cessent de croître rapidement. Le capitalisme triomphe sur ce qui fait sa force : les données quantitatives et les statistiques générales. Mais chacun sent bien (et cela avait déjà été annoncé dans les années 70 par la conférence de Rome) que le monde n'est plus aussi infini qu'il ne pouvait paraître au XVIIIème siècle lorsque Locke et Adam Smith imaginaient les premières règles du libéralisme. Notre pensée basée uniquement sur l'idée de performances chiffrées avec une croissance continue est une utopie quasi-mystique défiant les lois de la logique. Les premiers signes se manifestent dans le système libéral lui-même : l'extrême tension sur les marchés des matières prémières (et pas seulement le pétrole) est porteuse de crises futures. L'individualisme (clef de voûte du libéralisme) libérant les pulsions consuméristes des hommes ne peut mener qu'à une impasse, dès lors qu'il devient une hégémonie à travers le monde.
D'accord pour dire que la France est plutôt en retard dans sa politique économique dans le concert mondial.
Mais si vous regardez dans ces pays pionniers du système libéral, vous vous apercevrez que la doctrine capitaliste s'y effrite peu à peu : aux USA, par exemple, où l'on assiste à une forte poussée écologique en Californie, l'Etat qui a toujours annoncé les évolutions du monde, alors qu'il est pourtant gouverné par les conservateurs.
Nous jugerons ce que nous concoctera réellement Nicolas Sarkozy pour la France, mais au delà des recettes datant déjà d'hier, il serait souhaitable qu'il nous apporte des politiques correspondant au monde de demain ...

Un élément invalide entièrement votre construction intellectuelle : tolérance-zéro face aux crimes. Car, que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe et en France, un seul exemple et domaine : la "politique" de prohibition envers les "drogues". Pour quels résultats ? Les polices travaillent sur le corps d'un hydre dont les têtes repoussent toujours. Les saisies sont infimes, eu égard aux volumes produits et vendus. Grâce à cette "politique", les mafias et les mafieux se portent, très bien, merci. La tolérance-zéro n'est réservé qu'aux petits, aux Jean Valjean de notre époque. Vous vivez dans un beau chateau d'idées, mais les faits sont autrement plus complexes que ceux que vous imaginez et contez.

Il est difficile de comprendre NS comme étant un adepte du libéralisme, alors qu'il cherche à nommer des socialistes au gouvernement !
Ou est la rupture promise, si on nomme les vieux éléphant du PS, et la vieille garde chiraquienne ?
Est ce qu'il va pouvoir tenir ses promesses en passant à gauche ?
Il y a un goût amer pour les gens qui lui ont fait confiance, si c'était ça l'objectif, faire du socialisme, autant voter à gauche !!!

NS, adepte du libéralisme? Où avez-vous lu ou entendu une chose pareille? Vous vous êtes leurré vous-même. Personnellement, je serais ravi de voir Kouchner et Védrine au gouvernement. Surtout Kouchner! Après les diatribes anti-bobos 68ards de Sarko, ce serait le ponpon! Je me réjouis sincèrement que cette diatribe ubuesque semble n’avoir essentiellement servi qu’à récupérer le vote Lepeniste. La France a besoin de compétence et de consensus pour pouvoir avancer. Les enfantillages politiciens, ça suffit! Et comme NS semble avoir bien du mal à trouver les femmes pour respecter son voeu de parité au gouvernement, en plus de d’Anne Lauvergeon (PS), un petit coup de fil à Ségolène semble tout à fait indiqué... Tout compte fait, il commence à me plaire, le Sarkozy ;)

libéralisme:
Quel mot vide de sens.

Ainsi vu sur la télé d'information à savoir tf1, un reportage sur des petits commerçants pestant contre l'implantation d'une zone commerciale.

Pourtant l'implation de ces zones aux mains de quelques grosses sociétés est tout ce qui est de la liberté d'entreprendre.
Liberté sans entrave pronée par Nicolas Sarkozy.

Comme les commerçants ont voté à 82% pour lui, je me demande ou est le probléme.

Plus de régles et une concurrence sauvage.

C'est sur la défense de l'emploi, de la juste rémunération du travail et de la petite entreprise, ça c'est par Sarkozy.

Mais, ils n'avaient qu'à mieux voter.

des socialistes au gouvernement.
Il faut Allégre.

je vote pour lui.
Il va dégraisser le Mamouth et faire sauter le gouvernement :-)

Sarko, ses détracteurs disaient: il dit tout et son contraire.
N'est ce pas un bon exemple là.

On est bien parti vers le chaos et la chienlit.

Messieurs les -petits- esprits français, vous avez tout pour démolir votre futur plutôt que d'y placer vos espérances.
Passés des Lumières XVIIIe à l'Obscurité XXIe?

Si la France rattrape (peut-être) son époque, il en est un qui se trompe clairement de siècle. C’est hors sujet, mais dans la série "repentance, moi, jamais", les derniers propos du pape méritent qu'on s'y arrête:
« Benoît XVI a en effet affirmé dimanche que "l'annonce de Jésus et de son Evangile n'a comporté à aucun moment une aliénation des cultures précolombiennes et n'a pas imposé une culture étrangère". Il a également ajouté que "le Christ était le sauveur auquel ils [les Amérindiens] aspiraient silencieusement".
Si Sarko c'est "La France d'après", ce pape, c'est clairement "l'Eglise d'Avant", ou encore, "le révisionnisme en soutane". Après ses imprécations contre l'Islam, ce pape poursuit sans la moindre hésitation, son entreprise de fossilisation de l’église (si tant est qu’on puisse fossiliser un fossile). Pardonnez-lui, il ne sait pas ce qu'il fait.

Pour te rejoindre, cher Ailleurs, je pense que l'esprit des hommes est malade du Dogme et des Religions. C'est dans cette infirmité que l'Ego de certains puise pour engendrer bien des maux.
A ce titre, que penser de la dissonance cognitive chronique des esprits frappé par le socialisme. Quand la conviction prend le pas sur le pragmatisme, quand le manque de remise en question étouffe l'honnêteté des pensées, est on encore dans le politique ?
Bien des gens, pourtant éloignés du grand capital, ont voté pour NS et ceci parfois à leur propre étonnement, seulement lucides de suivre un homme qui semble très loin des errances du P.S. et tellement plus concret.
Le socialisme semble définitivement malade de lui même.

Bonjour,
je ne partage pas votre optimisme.
L'example recent de l'executif Berlusconi en Italie, souvent pris a modele par M. Sarkozy, a montre qu'aux promesses electorales de liberalisme, l'inaction et la conservation ont suivi, dans le but d'une simple gestion du pouvoir.
Tout le monde connait les liens tres etroits de M. Sarkozy avec certaines grandes familles de l'industrie francaise.
Et les premieres reformes annoncees par cet executif vont plutot dans le sens de remercier le soutien de ces familles que vers un vrai liberisme.
La deductibilite des emprunts immobiliers est-elle un example d'abstention economique de l'Etat, ou plutot la poursuite d'une politique qui dope l'economie selon les souhaits de la seule industrie qui croit vraiment, l'immobilier? A tout avantage des sunnommees grandes familles.
L'Etat liberal ne s'occupe pas d'economie, il la laisse au marche, et ne privilegie pas une industrie sur l'autre, en introduisant une competition deloyale entre la depense immobiliere et celle, disons, pour l'equipement automobile, informatique, ou pour l'investissement financier.

"D’affreuses maladies nouvelles s‘en mêlèrent, comme pour souligner que tout n’était pas permis." en tant qu'homosexuel, je me sens blessé par cette citation. Cette chasse aux sorcières est digne d'autres temps

"Le champ éthique aussi était en lambeaux : l’Eglise ne digérait pas Vatican II tandis que Mai 68, chant libertaire à l’origine, dégénérait en un relativisme désespéré. D’affreuses maladies nouvelles s‘en mêlèrent, comme pour souligner que tout n’était pas permis."

Cher Guy Sorman,

Vous osez accuser la libération sexuelle d'une responsabilité quant à la propagation du sida?
Les malades auraient donc été justement touchés par la vengeance divine face à nos moeurs dégradantes.
Ces propos sont tout simplement scandaleux et révélateurs d'un ordre moral que vous vous estimez en droit d'imposer à la population. Mais il est vrai que l'économicisme, tout comme le scientisme et tout système de croyance, oeuvre rarement pour l'épanouissement de l'individu et de son libre-arbitre, si ce n'est dans l'espace, pourtant bien limité et tout sauf démocratique, du marché.

Bien à vous

Avec votre mot 9:20, hayekfan,
vous niez simplement des réalités
et dévoilez un antilibéralisme souterrain.
Relisez donc votre littérature et tâchez de passez du niveau 'concepts' aux réalités du terrain en adaptant des comportements humains?

Vos analyses sont tellement idéologisées qu'elles entretiennent un très gros décalage avec la réalité. Il ne s'agit pas de regarder le côté le plus libéralisé de la planète et d'annoncer "enfin, notre idée va régner". Puisqu'en face, vous trouverez de si nombreuses contestations, basées sur d'évidentes lacunes de l'ordre géopolitique actuel.
Vous citez Internet comme l'expression de la nécessaire libéralité des échanges. J'y réponds: cultivez l'Internet, et creusez.... Jamais la face "libérale" des pages web (les grands portails "officiels", les sites marchands "dans le rang", les logiciels fourre-tout ayant pignon sur rue, et tout autant le web mafieux géré par l'argent et protégé par l'absence de régulation étatique...) n'ont été plus clairement superficiels, surfaits, incompétents à traiter les besoins humains, conçus pour créer le décalage et l'inégalité par l'argent et par la cupidité (le "toujours plus" des accros du web -dont je fais partie). Là où vous avez raison, c’est que ce modèle est, de loin, celui qui génère les plus grands flux de communication et d’argent. Là où vous avez tord, c’est qu’il est tout a fait insatisfaisant, et ne peut perdurer sans ces contre-pouvoirs de la pensée, qui sont, à eux seuls et si peu nombreux qu’ils soient, les vrais repères de l’évolution libre et éclairée d’une humanité en progrès (certains nomment cela le socialisme).
Le besoin de règles internationales pour promouvoir l'équité (plus que pour défendre des intérêts de propriété d'ailleurs), et redéfinissant les rapports de force (pouvoir par l'argent), sont parfaitement nécessaires, et prendront forme au fur et à mesure des désillusions et des blessures de l'Histoire, comme cela s'est toujours fait au travers des micro-révolutions sociales. C'est un fait que vous vous autorisez à oublier.

salut guitoune
c'est pascal
comment j'ai "kiffé" ton article !
le sida qui punit les impurs c'est tout à fait ce que je pense (si on avait coupé la bite des noirs ça aurait été plus vite)!
"les apparatchiks des enseignants" : geniale ton expression ! boutons les mangeurs d'enfants hors de nos frontieres ! qu'ils aillent bouffer des racines de pissenlit a tirana !
ton modele de société est aussi le mien : pas d'humanité, de la croissance et des entrepreneurs (je schematise mais tu aimes ça, vieille canaille).
bref grace a nicolas et à des penseurs comme toi, ensemble nous vaincrons les derniers bolcheviques de navarre pour voir triompher le liberalisme sauvage et salvateur.
sinon t'es dispo pour un dej au fouquets samedi soir ?
j'te trouve sex' sur ta tof
mdr lol

pascal s., fidele serviteur de la droite (qui bande) dure

le souffle de l'histoire est une formule est un peu creuse surtout si on constate que NS est bien le seul a acceder par la droite au pouvoir alors que le contraire se produit dans les pays voisins de la France (la Grande -Bretagne, l'Allemagne,l'Espagne, l'Italie). La france qui risque de ceder sa place à de nouveau pays comme la Chine ou l'Inde peut encore incarner un toussotement.

Il est vrai que categoriser Jose Marie aznar comme un heros politique augure d'une hierarchie des valeurs originale mais on atteint une vraie imposture lorsque l'oxymore de la revolution conservatrice apparait. cela nous semble peu nouveau et le terme restauration serait plus appropriee. L'ancien regime et ses privileges au temps de la royaute n'avait pas de gene à appeler ainsi le retour au pouvoir de la noblesse.

NS n'incarne que lui-meme et tel Bonaparte (le talent militaire en moins), il utilise des idees plus ou moins consistentes dans une ideologie porteuse que l'on nomme liberalisme pour restaurer de vieux mecanismes economiques qui avaient deja prouve leur inefficacite dans les annees trente. La prise en compte d'une redistribution visant à creer une une societe de dialogue et de developpement a permis de ne pas reserver à une minorite les fruits de la croissance. NS apporte des solutions brutales et simplifiées à des francais qui voient notre pays perdre son rang de puissance economique de premier plan. L'experimentation sociale qui s'appelle liberalisme n'est pas un jeu à somme nulle et les gagnants seront plus les financiers et les rentiers que la majeure partie de la population francaise.

Non monsieur Sorman, la France arretee n'a pas besoin d'une montre qui la ramene 80 ans en arriere.


Alons bon, vous n'allez pas dire que le Labor britannique est de Gauche, ou Angela Merkel une affilié au PS ?

Juste une ligne pour indiquer que le labour est a droite et que Mme Merkel n'est pas à la tete d'une coalition montre que les fondamentaux peuvent etre discutes.
La France qui se leve tot devrait penser avant de reagir trop vivement.

La "Revolution conservatrice" phase I à la francaise a deja eu lieu depuis 1992, bien apres les exemples anglo-saxons des annees 80; la phase II s'annonce à la fois anachronique et brutale. Avons nous besoin d'un Berlusconi à la francaise pour entrer dans la modernite?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.