Ma Photo

Actualité

  • Parution le 15 mars 2012

    Actu

    Paru le 2 novembre 2009

    Actu

    Actu

    Traductions

    Actu
    Corée

    Actu

    Corée

    Actu

    Inde

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Chine

    Actu

    Pologne

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Argentine

    Actu

    Corée

    Actu

    Espagne

    Actu

    Portugal

    ----------

    Actu

    Actu

    Actu

« Révolution numérique, pas de ça chez nous. | Accueil | Qui a libéré Ingrid Betancourt ? »

Commentaires

Bien remarqué, mais vous trouvez vraiment que "l'homme Africain n'est pas entré dans l'histoire", prononcé en Afrique devant un parterre d'Africains par un petit blanc-bec n'était que racialiste? Hummm… Le toupet, l’arrogance, et l’hideuse généralisation méritent un terme plus sévère encore. Bonne chose, et tout cas, que le gamin se soit fait remettre à sa place par la journaliste.
Sinon, j’ai lu quelques extraits de la consternante prestation de Sarko. Sego ou Chirac n’auraient pas fait pire, ni différent. A croire que l’homme Français est resté coincé dans l’histoire.

Le racialisme , c'est "Bonjour chez vous", le contraire de "Bonjour chez nous" . Mais ce n'est pas "Malheur à vous " qui serait raciste.

j'ai du mal à saisir la différence entre les deux notions dans les définitions que vous proposez (j'imagine que vous les avez trouvé dans l'ouvrage de Pap Ndiaye que vous citez). Todorov définit les choses plus simplement à mon sens:"le racisme est un comportement ancien (fait le plus souvent de haine et de mépris à l'égard de personnes ayant des caractéristiques physiques bien définies) et d'extension probablement universelle; le racialisme, idéologie ou doctrine concernant les races humaines, est un mouvement d'idées né en Europe occidentale dont la grande période va du milieu du 18e au milieu du 20e siècle.

La distinction que je fais entre racisme et racialisme est le mienne . Pour le racialisme, je pense comme Ndiaye et pas comme Todorov qui décrit mais n'explique pas . Je persiste : la différence entre les deux tient à la hiérachisation des races , par suite à la discrimination , voire à l'extermination; Le racialisme conduit plutôt à l'affirmative action , à laquelle Sarkozy est favorable. La journaliste antillaise était-elle présente parce que bonne journaliste ou parce que colorée ? Sarkozy , par son comportement , considérait qu'elle remplissait un quota. Mais il estime légitime qu'il y ait des quotas puisque les races sont distinctes; On doutera en revanche qu'il approuve une France métisse , aveugle aux couleurs ou qui les mêlerait. Selon la terminologie de Ndiaye , il est "essentialiste" , culte de la différence.

A la réflexion, la journaliste n'était pas abordée par Sarko sous l’angle de la couleur de peau, mais par le fait qu'elle soit immigrée. C'était donc de l'immigrationisme, et pas du racialisme.
Ou, plus simplement, l'application par le gamin d'une des règles de base de la technique du représentant de commerce: se trouver (ou s’inventer) des points communs avec le client. Sauf que là, la cliente l’a vu venir, avec ses grosses sarkoficelles, et lui a noué le bec.

On peut trouver sur internet le tristement célèbre Essai sur l'inégalité des races humaines de Gobineau :
http://classiques.uqac.ca/classiques/gobineau/essai_inegalite_races/essai_inegalite_races.html
Il y aussi un site sur les QIs par pays:
http://www.douance.org/qi/qicorrel.htm
Il est assez étonnant que le QI moyen des Indiens soit seulement de 81 quand on connait le développement fulgurant de ce pays continent.
Je ne suis pas caucasien mais mongoloïde. Je suis assez étonné que la plupart des Occidentaux ne savent pas que les Arabes, Turcs et autres Moyen Orientaux sont Caucasoïdes.Les Persans ( Le nom Iran est dérivée de Arya) et 75% des Indiens sont de race Caucasienne.

Si vous cherchez une définition du racisme qui permette de ne pas être raciste tout en étant pour la discrimination "positive", je ne crois pas que vous en trouverez. Traiter les gens en fonction de la couleur de leur peau, même quand on prétend que c'est pour mieux les intégrer, c'est du racisme. Sarkozy est quelqu'un d'assez inculte et très influencé par les idées à la mode. Or, le racisme revient en tant que producteur de "diversité".
Sarkozy n'est pas le premier à tenir ce genre de propos. Je rappelle que le parti socialiste a choisi certains de ses candidats aux législatives en fonction de la couleur de leur peau, afin, donc, de favoriser la "diversité" (raciale, bien sûr, mais le mot ne sera pas prononcé).
En bref, M. Sorman, si vous trouvez que Sarkozy est "racialiste" et que ce n'est pas très loin du racisme, admettrez-vous qu'il en va de même des gens qui sont favorables la discrimination "positive" ?

L' affirmative action, qui ne saurait être traduit par Discrimination positive , mais peut-être par Action positive , n'est pas fondée -en théorie - sur la race , mais sur la discrimination des minorités. Si une minorité , aux USA , est considérée comme victime de discrimination en raison de son appartenance à un groups , l'Action positive essaie de combattre cette discrimination et de rétablir la diversité. Ce que fait la Halde en France , mais au cas par cas. La position de Sarkozy sur ces sujets , n'est pas trés claire même si elle est pleine de bonne volonté.

Voilà le style de point de vue qui me fait revenir sur votre blog Guy Sorman.

Une petite réserve : je ne suis pas sûr que le racisme puisse se définir comme le racialisme augmenté d'une hiérarchie.
Il me semble que le racisme est un réflexe humain - disons en gros le rejet des personnes considérées comme extérieures à un groupe - qui se passe très bien du concept de race, et donc de toute approche racialiste.

Exemples (imaginaires...) :
-je suis francais et je n'aime pas les étrangers, d'où qu'ils viennent;
-je n'aime pas non plus les boudhistes.
Je suis raciste, mais pas racialiste.

Le racialisme renvoie, au contraire, directement aux catégories imaginaires inventées il y a quelques siècles. Ces théories peuvent servir d'alibi à une forme savante du racisme, mais ne sont pas nécessaires au racisme en tant que tel.

Avant d'aborder la question de l'affirmative action, il faudrait renoncer à l'hypocrisie républicaine qui consiste à feindre d'ignorer la question des minorités. Par ailleurs, dans un contexte de crispation vis à vis des populations musulmanes, je ne crois pas du tout que la France soit prête à cela. Vous imaginez la réaction si l'on réservait un cota dans les universités aux maghrébins? France is definitely not the US of A.

Vu l'état des universités françaises, je ne suis pas certain que l'on pourrait parler d'affirmative action... Je remarque une fois de plus la facilité avec laquelle on se tourne vers l'État pour intervenir dans une situation où les principaux acteurs ne demandent que du temps pour s'adapter. Si "crispation" il y a de la part des autochtones, des lois seront contre-productives. Si elles sont absentes alors les lois sont inutiles ou même nuisibles. Le racialisme, pourquoi pas: moyen économique de sortir du racisme sans trop se creuser la tête mais on attendait un peu mieux d'un chef de l'État... ou alors celui-ci croit peut-être s'adapter à ses interlocuteurs...

Note hautement personnelle: je trouve étonnant de voir ressortis tous les bons sentiments dès que l'on parle de ces questions sur ce blog et de ne jamais entendre citer les travaux de Gary Becker de l'école de Chicago...

Affirmative action aux USofA, discrimination positive en France. Pour ou contre, cela marchera chez nous ou pas.
Aux USofA, cela concerne principalement les etudes. Et je pense qu'en France ce serait une erreur de faire la meme chose. Aux US, les etudes coutent tres cher, en France elles sont, disons, gratuites. De plus, aux US, l'entree dans les Universitees est sur dossier (porte opuverte a toutes les discriminations), en France, strictement au merite (Bac plus concours eventuel) ce qui difficulte la discrimination a l'entree.

On ne peut pas le savoir parce qu'en France il n'y a pas de statistiques tenant compte de la "race" ou de l'appartenance a une "communaute", mais il est facile de l'imaginer: il y a beaucoup plus d'etudiants d'origines etrangeres (Maghrebins, africains, etc...) en France qu'il n'y en aurait aux US sans affirmative action. Et il y en a peut-etre meme plus qu'aux USofA avec affirmative action...

Je crois que le probleme en France n'est pas tellement de faire des etudes (meme si la situation n'est pas parfaite), mais plutot apres: une fois diplome, le jeune d'origine maghrebine ou d'Afrique noire se heurte a un mur. Il ne trouve pas d'emploi. Il y a une situaton de chomage eleve en France depuis belle lurette, je le sais bien, mais pour l'enfant d'immigres c'est terrible. Il est discrimine et il ne beneficie pas des reseaux qu'une certaine categorie de privilegies use pour aider la progeniture a s'en sortir en periode de chomage eleve. La encore, pas de statistiques, mais quiconque s'est interesse au probleme, le sait bien: la discrimination a l'emploi est dramatique chez nous. Il faut faire quelque chose a ce niveau plus qu'a celui des etudes.

Ben oui mais pourquoi ces discriminations ? il ne faut pas s'arreter en si bon chemin allons...

Les francais sont racistes ? allons-bon, on a le bon rôle... mais pourquoi les immigrés asiat n'ont pas le même problème ?

Il faut chercher ailleurs...
A mon avis certaine communauté (je ne les nomme pas, je vais me faire traiter de raciste, ou pire, de "racialiste", a moins que ce ne soit l'inverse) ne sont pas vraiment compatible avec la societe francaise, et laissent une image déplorable derriere elle. Quand on eleve ses fils en petit roi, futur chef de famille, et que les filles sont "dépositaires de l'honneur de la famille", faut pas s'etonner apres qu'il y ait des discriminations.

Les differents attentats en Europe ayant montré que la main d'oeuvre faisait parti des gens tres bien intégré dans la vie professionelle, ca n'aide, en plus, vraiment pas.

Tant que les gens ne seront pas témoins d'un gros soulevement ou d'un gros coup de balai effectées PAR ces communautes dans leurs rangs, rien ne bougera. Et pour l'instant, les soulevements c'est plutot contre la police qui souhaite faire le menage. Ca donne une grosse impression de complicité .

Je ne sais pas s'il est racialiste mais il pourrait s'appliquer l'insulte qu'il a proférée au Salon de l'Agriculture quand on découvre la video hors camera de France 3 avant son émission qui n'a pas fait exploser l'audimat dont il ne veut plus être soumis à la dictature puisqu'il va bientôt être le directeur, le producteur et l'animateur de la nouvelle ORTS

@Saku
"Les francais sont racistes ? allons-bon, on a le bon rôle... mais pourquoi les immigrés asiat n'ont pas le même problème ?"

Parceque les systèmes mafieux et esclavagistes, importés d'asie, et qui se développent en France actuellement, sont très, très, discrets.
Beaucoup plus discrets que des bandes de juifs et de nord-africains qui se tapent dessus en plein Paris.
Donc, une partie des gens ignore totalement cette réalité et se contente de penser comme vous.

Mais pas tout le monde! La buraliste du campus de Grenoble ne supporte plus les "chinois" depuis que quelques-un l'ont traité avec mépris (j'ai eu l'occasion d'assister au manège d'un de ces malotrus, et je comprend son exaspération). Je soupçonne qu'ils n'étaient pas chinois, mais japonais ou coréens. Pour elle c'est la même chose, et elle s'en tient à ce simple avis tranché : les chinois sont les pires des étrangers.

Je suppose que ni vous, Saku, ni elle, ne changerez d'avis sur la question...

J'ai une question à Guy Sorman.

La sociobiologie selon Edward o. Wilson,chapitre que vous avez consacré dans votre ouvrage "les vrai penseur de notre temps" était-elle aussi du racialisme?

D.J

@Saku et @Gatien:

Vous parlez des "immigres asiat" en disant qu'ils ne souffrent pas de discriminations ou vous expliquez cela en parlant d'un sous monde maffieux et crapuleux tres discret.

Au USofA, la communaute Asiatique, ou, comme on dit ici les "Asian Americans" souffrent de discriminations. La plus importante etant celle des entrees aux Universites et donc de l'acces a une education de qualite.

Les "Asian Americans" ne beneficient pas de la loi "Affirmative action" qui est faite pour les "African Americans", les "Hispanics", et les "Native Americans", plus des petites communautes de ci de la. Mais pas les "Asian Americans". Il faut le savoir.
Et quand on sait ensuite que, a la difference des autres communautes, la communaute des "Asian Americans" produit souvent d'excellents eleves, on voit venir la discrimation...

En effet, les Universites aux US prennent sur dossier, et prennent un certain "quotas" de minorites, meme si leurs notes ne le justifient pas, et en parallele, ils prennent moins de "Asian American" qu'ils ne devraient eu egard aux notes et aux dossiers. Les standards requis pour les "Asian American" sont plus eleves que pour les "Caucasian"... C'est a dire que des enfants blancs moins meritants que des asiatiques entrent quand meme. La raison? S'il ne prenaient les enfants que sur le merite, les promotions comprendraient de 40 a 50% de "Asian americans"....

On est loin du sub-monde decrit par Gatien... ce qui ne veut pas dire que ce sub-monde n'existe pas, bien sur... Juste que l'image est peut-etre plus complexe...


Bonsoir M SORMAN,

je lis votre blog régulièrement avec grand intérêt.

Je tenais simplement à vous souligner, que la chaine publique FR3 s'appelle depuis quelques années déjà France3.

Bien à vous et continuez.

M Pierre PANTALÉON
Rillieux la Pape (69)

"En 2006 46% des étudiants de première année sont originaires du continent asiatique" à l' université de Berkeley
http://sandys.unblog.fr/2008/02/24/universite-de-berkeley/

@Kim Jong:

Vous avez raison sur Berkeley, mais pourquoi ne dites vous pas la raison?

Ne savez vous donc pas que la Californie (ainsi que le Michigan et Washington) a arrete l'Affirmative action pour les entrees dans les universites?

Je ne savais pas que ces états avaient arrêté l' Affirmative Action.

Je suis fan de Cheikh Anta Diop, le théoricien de la renaissance africaine et l' homme qui a révélé que les antiques Egyptiens étaient noirs et non pas blancs. Un lien sur Sarkozy et l' Afrique:
http://www.africamaat.com/Nicolas-Sarkozy-est-revenu-nous

L'Affirmative action semble une excellente idee sur le papier, mais peut se reveler dangereuse a l'usage.

Les entrees aux Universitees US sont contingentees, chaque universite prend une quantite X d'eleves par an et X n'est pas elastique. Harvard prend autour de 1600 eleves par an par exemple, et ce n'est pas parce que la demande pour entrer augmente qu'ils vont augmenter la quantite d'admis. Si on les oblige a prendre certaines categories de gens alors que les performances academiques ne le justifient pas, les Universites sont donc contraintes de refuser l'entree a des gens qui sans cette obligation seraient entrees...

Il faut en plus rajouter le fait que ces Universites veulent essayer de representer au plus pres possible la societe en general et que pour ce faire elles essayent de ne pas sur-representer ou sous-representer une communaute. Si une communaute, c'est le cas des Asian-americans, presente la particularite d'une progeniture generalement excellente academiquement, elle va donc se retrouver sur-representee, ce qui va declencher un phenomene de rejet des Universites qui vont instaurer des quotas officieux (quotas maximaux cette fois), c'est a dire que pour entrer il vous faudra montrer de meilleurs resultats que la moyenne des autres entrants non membres de votre communaute. Ce qui est clairement une discrimination, n'est-ce pas?

Et la communaute asiatique aux US souffre de cette discrimination. Les Asian-americans ne representent que 4 ou 5% de la population US mais ils sont entre 10 et 30% des eleves des Universites. Ce qui est une claire sur-representation, mais de nombreux indices laissent penser que ce chiffre de 10 a 30% est encore trop bas, ne refletant pas la realite de l'excellence academique et qu'il est le resultat de quotas maximaux officieux pratiques par les Universites.
La preuve? Dans les Universites de Californie et du Michigan (sans Affirmative action) ce chiffre depasse souvent les 40% comme le faisait remarquer notre facetieux ami Kim Jong Schtroumpf.

Il est aussi permis de penser que si les Universites arretaient de favoriser les enfants d'anciens eleves, les enfants tres forts en sport, les enfants de riches ou de celebrites et les enfants de professeurs (toutes categories ou les Asian-americans ne sont pas tres presents), le chiffre de 40%+ affiche par Berkeley serait probablement tres superieur a 50%

Tout cela pour dire que les Asian-americans souffrent d'une discrimination provoquee en bonne partie (mais pas exclusivement) par l'Affirmative action.

Lisez les articles et etudes de Daniel Golden (journaliste au Wall Street Journal et prix Pulitzer) sur tous les biais et differentes preferences que donnent les Universites US pour les admissions.

l'incident opposait NS à l'excellente journaliste de France 3 Audrey Pulvar. une rapide consultation de wikipedia nous apprend qu'Audrey Pulvar est de nationalité française, née en Martinique, département français rappellons-le ! madame Pulvar est de nationalité française, elle n'est en rien immigrée ou issue de l'immigration. effectivement monsieur GS, l'attitude de sarkozy était totalement innaceptable, tant sur la forme que sur le fond! s'il a effectivement raisonné "d'immigré à immigré" comme vous l'expliquez, c'est une faute majeure puisque madame Pulvar est française ! cela implique que Sarkozy raisonne en fonction de plusieurs critères comme la couleur de la peau, ce qui est absolument indigne d'un président de la république. ajoutons à cet incident le fait que madame Pulvar est une farouche opposante déclarée à la réforme de l'audiovisuel public, et on comprendra mieux la virulence larvée de l'échange. qu'un président de la république mette le doigt dans un tel engrenage me laisse abasourdi, je ne savais pas qu'on pouvait classer les français en fonction de la couleur de la peau et qu'un président pouvait adopter un language particulier en fonction de la couleur de peau de son interlocuteur. racialisme peut-être, racisme larvé certainement

à DJ:
La sociobiologie fut une tentative , sans suite , d'appliquer aux sociétés humaines les principes de l'évolution dans le régne animale; les comportements selon la sociobiologie seraient plus naturels que culturels. Il y a une dimension racialiste là dedans. Sans suite.

Sarkozy est français depuis une génération seulement. Il est issu de l'immigration.

Audrey Pulvar est Martiniquaise. Donc elle est Française depuis au moins 15 générations !

Elle est certainement plus Française que Nicolas Sarkozy !

Intéressant de voir l'hypocrisie à la Française déroulée sur ce blog. Aux US, on ne feint pas d'ignorer la race des gens. Au congrès, il y a le "black caucus", groupe des députés noirs, et cela ne choque personne. On est noir-américain, asiatique-américain, hispano, etc. Ce n'est pas du racisme, mais du réalisme (racialisme dira GS). "Et tout ça, ça fait, d'excellents... américains", patriotes, mais fiers de leurs racines. La France, c’est plutôt « cachez ce sein que je ne saurais voir »… France, patrie de la bien-pensance et des non-dits, des blessures mal cachées que l’on laisse s’infecter au nom de grands principes… Le Sarkogamin s'est pris les pieds dans le tapis parce qu'il a voulu se mettre la madame dans la poche, ce qui, chez lui, est instinctif. Comme tout gamin, il veut qu’on l’aime, qu’on l’admire.
Et quand on repousse ses avances, comme l’a fait un technicien sur France 3 hier, le gamin se fâche tout rouge. Je pense d’ailleurs qu’il a madame Pulvar dans le collimateur, et qu’il en a rêvé cette nuit. Heureusement que Carla est là pour soigner son égo bleui.

@Gatien :
Je ne parle pas que de cela Gatien.
D'une part vous avez raison il existe certains réseaux, dont vous mentionnez l'existence, mais ceux-ci ne débordant pas sur la vie publique, il n'y a pas de probleme. Ce qui pose probleme, c'est la violence gratuite, l'insécurité, "la victime innocente au détour d'une rue".

D'autre part, il y a les études.
Alors que les uns sont poussés en avant et réussisse à l'école, les autres foutent le bordel et crachent sur l'école.
Ici, c'est une question d'éducation, et d'autorité parentale, les "réseaux" n'ont rien à voir la dedans.

@Avida :
j'ai envie de retourner un peu votre argument contre vous :)
Pourquoi cette communauté (asian...) n'a pas été intégrée dans l'affirmatice action ?
N'est-ce pas justement parce qu'elle n'est pas percue comme une minorité ayant besoin d'aide ?
Parce qu'ils s'en sortent tres bien tout seul ?

Et la on en arrive à mon argumentaire ;)

Il suffit d’aborder la question des races pour que tout bon sens s’évapore, et soit remplacé illico par une réthorique tordue visant à faire régner l’ordre idéologique, visant à interdire de discuter les questions qui fâchent.

L’article de Guy Sorman n’y échappe pas.

1. « Le racialisme suppose que les races ont des destins singuliers en tant que race. »

2. « La faiblesse du racialisme c'est qu'il a été maintes fois, démontré comme faux. Il n'est pas trop tard, sur ce sujet , - il aura cent ans dans quelques semaines - pour relire Claude Lévi-Strauss.»

Toujours le même procédé : a) affirmer sans démontrer (tout le monde sait bien que, etc), b) jeter un ou deux noms connus dans la phrase. Cela peut toujours en impressionner quelques-uns.

3. « Dans Race et histoire, il [Lévi-Strauss] a démontré, il y cinquante ans , que l'Homme ne se réduisait pas à sa race et que tous les peuples avaient une histoire. »

Ah. Voilà enfin du fond. Fort elliptique, certes (il s’agit de justifier des paragraphes entiers de Sarkozy-bashing en une ligne et demie de pensée attribuée à Lévi-Strauss), mais enfin, c’est déjà quelque chose à se mettre sous la dent.

L’ennui est que le point 3 n’a strictement rien à voir avec le point 1.

Qui a prétendu que l’homme (pas besoin de majuscule) se réduisait à sa race ? Personne. Qui a prétendu que certains peuples n’avaient pas d’histoire ? Personne (et certainement pas Sarkozy, malgré la lecture de mauvaise foi que tant et tant ont fait de son discours, et qui est relancée ici).

En quoi le fait de penser que les races ont des destins singuliers implique que l’homme se réduise à sa race ? En rien.

C’est comme si l’on prétendait : affirmer qu’un être humain de sexe masculin voit son destin fortement déterminé par le fait qu’il est un homme (et non une femme) implique de nier l’impact que peut avoir sur son destin le fait qu’il soit né en 1939 (et non en 1658), qu’il soit norvégien (plutôt que philippin), qu’il soit comptable (plutôt que soldat), qu’il soit Mozart (plutôt qu’un débile profond), qu’il soit né cancéreux (plutôt qu’avec une constitution robuste), etc.

L’obsession malsaine des anti-racistes (et, je suppose, des anti-racialistes) au sujet de la race montre où sont les vrais racistes.

La race, c’est très simple. Il n’est nul besoin de convoquer de grands auteurs pour comprendre de quoi il s’agit. La race, c’est la famille étendue. C’est le groupe social.

Les hommes vivent en communautés. Ils se reproduisent au sein de ces communautés, et se transmettent donc des caractéristiques biologiques qui deviennent propres à ces communautés. Ils transmettent également, au sein de ces communautés, leur savoir, leurs valeurs et leur civilisation, qui deviennent autant de caractéristiques culturelles propres à ces communautés.

Ce qui, bien entendu, crée « des destins singuliers ».

Ce processus est vital pour l’homme. L’homme ne peut vivre seul. Il ne peut pas, non plus, vivre sans passé (et donc sans avenir). Il ne peut pas, enfin, vivre au sein d’une communauté qui ne serait pas la sienne, avec laquelle il ne partagerait pas un passé et un avenir communs.

Pourquoi ? Parce que rien, dans ce dernier cas, ne lui pemettrait d’avoir confiance en son prochain. Parce que rien, dans ce cas, ne lui dit que son prochain ne va pas venir le tuer sans raison apparente.

Et devinez quoi ? C’est exactement ce qui se passe dans l’Europe ravagée par l’idéologie multiculturaliste : agressions, viols et meurtres gratuits perpétrés par des bandes ethniques sur les populations indigènes.

La seule chose qui empêche les hommes de se massacrer entre eux à vue, c’est la solidarité naturelle venue de la conviction qu’ils partagent le même passé et doivent protéger le même avenir, celui de leurs enfants.

C’est la certitude de faire partie de la même race. Ou de la même ethnie. Ou de la même nation. Ou de la même religion. Ou de la même civilisation.

Tout cela, c’est à peu près la même chose. Ce sont des notions à peu près équivalentes. Avec des nuances. Beaucoup de monde passe un temps incalculable à enculer les mouches sur la différence entre ces termes, sur la différence entre racialisme et racisme, et même sur le fait de savoir si les races existent (râh ben non, mon bon Monsieur, tout le monde sait bien que les races n’existent pas, d’ailleurs lisez Albert Jacquard, etc).

C’est très intéressant, on peut y passer une vie entière, mais c’est secondaire.

L’essentiel, c’est que l’existence et le périmètre de ces groupes humains (une expression neutre et globale, pour ne pas effaroucher la sensibilité exacerbée de nos amis anti-racistes et de nos amis musulmans) ne peuvent être modifiés par volonté droit-de-l’hommiste, par une action politique quelconque, par des chartes de ceci ou de cela, par la Halde, par l’ONU, par des « assoces » gauchistes, par des lois « anti-discriminations », etc.

Ces groupes se constituent naturellement, spontanément, par le jeu de l’histoire et du temps. Et se modifient, aussi, toujours par le jeu de l’histoire et du temps. (Je rougis d’avoir à énoncer cette dernière évidence, mais de nos jours, avec les innombrables flics de la pensée qui pullulent à chaque carrefour et qui vous aboient à la gueule en vous réclamant vos papiers idéologiques, on n’est jamais trop prudent.)

L’incroyable hubris des hommes politiques, des intellocrates, des militants et des fonctionnaires qui prétendent pouvoir modifier par leur simple volonté des équilibres humains qui mettent des siècles, voire des millénaires à s’établir, dans le seul but de satisfaire leur fantasme idéologique d’une Terre où tout le monde serait pareil (mais où il nous faudrait « cultiver nos différences » -- allez comprendre), nous conduit tout droit à la guerre civile et au suicide civilisationnel.

Les Chinois sont loin d' être tous intelligents et diplômés ingénieurs ou doctorats. Quand j' étais étudiant, les profs étaient presque tous noirs et arabes et avaient presque tous un doctorat. Par contre, beaucoup de commerçants sont Chinois. Il n' y a qu' à aller rue Montgallet à Paris, le Akihabara français. A Montgallet , tous les commerçants sont Chinois originaires d' une même ville, je ne sais plus laquelle. On y trouve les produits High Tech beaucoup moins cher qu' à Surcouf à côté. http://www.rue-montgallet.com/

@Saku:

"j'ai envie de retourner un peu votre argument contre vous :)
Pourquoi cette communauté (asian...) n'a pas été intégrée dans l'affirmatice action ?
N'est-ce pas justement parce qu'elle n'est pas percue comme une minorité ayant besoin d'aide ?"

Vous avez raison. Entierement raison.

Mais l'effet pervers de l'Affirmative action fait que cette communaute est maintenant discriminee (sa progeniture doit presenter des resultats superieurs a la moyenne des entrants pour pouvoir entrer simplement parce qu'ils sont "asian-americans") alors que si les Universitees ne se preocupaient pas de "races" ni de quotas, et recrutaient seulement sur des criteres d'excellence academique (comme c'est le cas en France), cette discrimination n'existerait pas.
C'etait ce que je cherchait a dire.

@Kim, il s'agit de la region de Wenzhou.
Ce sont les gens originaires de cette province qui sont aussi a Belleville.
Effectivement, ces gens sont doués du sens du commerce, et leurs enfants, convaincus qu'ils seront pour la plupart tous commercants aussi, negligent l'ecole.
Mais ils négligent l'ecole parce qu'ils ont un autre plan de carriere, et ils n'y foutent pas le bordel.

@Avida :
Oui j'avais bien compris votre point de vue.

Les quotas sont une sorte de "rafistolage", on ne s'attaque pas aux vraies cause du malaise (manque de motivation pour l'école, pas d'education parentale etc...) et on modifie artificiellement les compteurs, on "force".
Ca nous donne des citoyens dégoutés d'une part (voire racialiste) et des citoyens qui petent plus haut que leurs c... d'autre part.

Ah je viens de lire votre article M. Marchenoir, je le trouve excellent !

analyse très juste, on retrouve, me semble-t-il, cet aspect dans le discours du président français à la Knesset

Henri Guaino récidive sur "l'homme africain" et l'histoire dans une tribune publiée dans le Monde de ce WE.
Et d'abord, qu'est-ce que ça veut dire: "l'homme africain n'est pas entré dans l'histoire"?

M. Guaino ne le dit pas vraiment mais en lisant entre les lignes et en connaissant le personnage (caricature du technocrate français vouant un culte à l'Etat), on comprend que pour lui l'histoire se résume aux faits des puissants, aux grandes batailles et aux prises de pouvoir. So much for the people of Africa!

Ainsi, M. Guaino commence par mépriser les sociétés paysannes: "Dans les sociétés paysannes, le temps cyclique l'emporte sur le temps linéaire qui est celui de l'histoire". En somme, les gens dont la préoccupation est de cultiver la terre et d'élever leurs troupeaux pour nourrir leur famille et - éventuellement - améliorer leurs conditions de vie, ne seraient pas à la hauteur des attentes de M. Guaino. Non, pour lui, il faudrait que tous ces braves gens fassent de la politique avec un grand P, qu'ils abandonnent bèches, fourches et troupeaux pour aller imposer de nouvelles idées (de préférence celles de M. Guaino) et réveiller le sentiment national. Quel pauvre type que ce M. Guaino qui est incapable de concevoir le bonheur de l'homme et le "progrès" autrement qu'au travers de fictions comme la nation.

Du bonheur individuel, M. Guaino n'en a cure. Il ne se soucie que de la gloire des puissants. D'ailleurs, ceci est confirmé par ce qu'il retient de positif dans l'histoire africaine: "L'Afrique est le berceau de l'humanité, et nul n'a oublié ni l'Egypte ni les empires du Ghana et du Mali, ni le royaume du Bénin, ni l'Ethiopie".

Pourtant, ce sont bien les Etats, nationaux et étrangers qui ont fait souffrir les peuples africains qui ne demandaient rien d'autre que santé et prospérité pour leur famille. On a envie de lui dire: Non M. Guaino! Il n'y a rien de déshonnorant là dedans. C'est même ce qui fait le coeur de l'humanité. Votre "histoire" glorieuse n'a apporté que famines, guerres et désolations.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.