Ma Photo

Actualité

  • Parution le 15 mars 2012

    Actu

    Paru le 2 novembre 2009

    Actu

    Actu

    Traductions

    Actu
    Corée

    Actu

    Corée

    Actu

    Inde

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Chine

    Actu

    Pologne

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Argentine

    Actu

    Corée

    Actu

    Espagne

    Actu

    Portugal

    ----------

    Actu

    Actu

    Actu

« La crise est finie ? | Accueil | Manhattan toujours menacé »

Commentaires

La Suisse à ratifié un accord d'extradition avec les Etats-unis selon le droit international.

Ceux qui fustigeaient Bush pour sa guerre contre un tyran,en l'accusant de viler le droit international,sont maintenant outrés que la Suisse le respecte.

Il faut noter également,que la Suisse à dans la loi comme les Etat-unis,l'impréscribilité des actes pédophiles.

Cette loi fut issue d'une initiative populaire lancé par une association pour les victimes de pédophilie.Le peuple suisse à accepté d'inscrire cette nouvelle loi,contre les recommendations de la gauche,la droite traditionnel et du gouvernement et des médias qui s'opposaient à cette initiative.

Ce qui explique cette vague de mécontentement et de soutien à Polanski.

D.J

Il ne faut pas oublier non plus Luc Besson, réalisateur français, qui a déclaré sur RTL Soir :

« Je ne connais pas l'histoire du procès. Je sais, qu'à priori, il n'y a pas été. J'ai beaucoup, beaucoup d'affection pour lui. C'est un homme que j'aime beaucoup, que je connais un petit peu. Nos filles sont très amies en plus. Le mais, c'est qu'il y a une justice, que c'est la même pour tout le monde. A partir de là, je laisse faire la justice. Je n'y connais rien dans cette affaire mais je pense que, quand on ne se présente pas à un procès, on se met en faute »

Et Luc Besson d'ajouter : « Je n'ai aucun jugement sur ça mais je sais que j'ai une fille, elle a 13 ans, et que si elle se faisait violer, ce ne serait pas tout à fait la même chose, même trente ans après ».

En dehors de l'affaire elle-même, sur laquelle les avis sont partagés ici (aux US), je suis assez étonné de la vision manichéenne de notre tôlier. Vous pensez donc qu'aux US, le "selon que vous serez puissant ou misérable" ne s'applique pas autant qu'en France?!

Cette affaire ne pose-t-elle pas une question de principe fondamentale, à savoir : A quoi sert la justice ? A régler un différent entre deux parties, et/ou à appliquer une morale civile ? Qui se plaint dans cette histoire ? Est ce la victime ? Apparemment non, elle a pardonné. Est la société qui estime qu'un crime doit être puni même lorsqu'il n'y a plus de plaignant ?
Tout en portant un regard moral hautement négatif sur la personne de Roman Polanski, je pense que dès lors qu'il n'y a plus de plaignant, il n'y a plus de raison de rendre la justice.

Les passions de chaque côté de l’Atlantique se déchaînent, les grands directeurs les producteurs pétitionnent et s’indignent pour ou contre le Polanski justiciable.

Les Almodovar, Costa-Gavras, Lynch, Scorsese sont Pour la libération tandis que les Besson's, Luc et Eric sont plutôt contre.

Le cas de Cohen-Bendit, exemplaire pour G Sorman est édifiant, c’est probablement compte tenu de ses écrits à l’époque des faits (1977), l’un des plus Tartuffe de la bande des célébrités médiatiques.

Le cas de Luc Besson n’est pas mal non plus, il demande que la justice passe, fort bien mais il ajoute ne pas connaître Polanski bien que leurs filles se fréquentent, la fille de Besson (13 ans... amie de la famille).
Le passé et les démêlés de Polanski avec la justice américaine étant de notoriété publique que penser d’un père qui laisse sa fille de 13 ans être éventuellement au contact d’un prédateur sexuel ?

Que les autorités françaises tentent d’aider le réalisateur vedette face à la justice américaine ne saurait surprendre, pas plus aujourd’hui qu’il est pris dans le filet Helvète que pendant ces trente années où il bénéficia de la protection active de toutes les majorités politiques et judiciaires de ce pays qui refusèrent son extradition.

Devenu français il bénéficie comme tout citoyen des concours de la nation (plus pour sa notoriété …naturellement ; on peut penser que c’est également sa notoriété qui lui vaut l’acharnement du juge californien) , aujourd’hui que sa principale victime a retiré sa plainte, a été dédommagée et ne souhaite pas de procès ; sa défense en France est autrement plus aisée (moralement) qu’il y a trente ans quand notre pays refusait toute extradition et protégeait un délinquant sexuel.
Alain

() Frédéric Mitterrand: « De la même manière qu'il y a une Amérique généreuse que nous aimons, il y aussi une certaine Amérique qui fait peur »

Une fois n’est pas coutume, si pour ma part je ne cautionne pas l’ensemble des déclarations de FM concernant l’affaire Polanski, je partage son avis sur la plus polémique.

Oui, l’Amérique est généreuse, nous sommes nombreux a le dire et à l’aimer pour non seulement sa générosité mais également pour son dynamisme, ses prouesses techniques et culturelles son amour de la liberté et sa tradition démocratique mais également pour certaines de ses maladresses presque juvéniles… !

() Mais il y a également le côté obscure de la force :
Cette Amérique qui autorise facilement les ventes d’armes, presque à tout âge ;
L’Amérique qui engendre ces démons sectaires tels les Manson’s, les tueurs justiciers dans les campus, la violence gratuite les gangs et les maffias ;
L’Amérique qui pratique la peine de mort, les procès expéditifs et parfois la violence sécuritaire sous toutes ses formes ;
L’Amérique qui assassine ses Présidents, ses candidats présidentiels
L’Amérique qui respecte si peu l’individu quand elle expose les coupables présumés, enchaînés au regard de toutes les caméras, parfois abandonnés à la vindicte populaire (Oswald…) ou aux tirs nourris des forces de Police.
L'Amérique qui bafoue l'égalitarisme démocratique face aux puissances de l'argent...
L’Amérique qui abandonne la Nouvelle Orléans sous les eaux de Katrina avec si peu de solidarité nationale. Bush ne fut pas le seul responsable de cette défaillance… !

Si l’Amérique a parfois de bonnes raisons d’agir de la sorte, il n’en demeure pas moins qu’elle peut également inspirer la peur.
Alain

@D.J.
"Cette loi fut issue d'une initiative populaire lancé par une association pour les victimes de pédophilie."

Tocqueville avait-il prévu le caratère oppressant du régime référendaire suisse ?

@Fairfax
"Tout en portant un regard moral hautement négatif "

Nous voilà édifiés ! hautement !Heureusement qu'il reste des ressources d'indignation de par le monde ! Qui n'hésitent pas à se déclarer au moment opportun en bravant le danger et l'opinion du vulgaire !

Daniel Cohn-Bendit : un type qui déclanche la révolution pour pouvoir se rendre dans le dortoir des filles n'a pas peur du ridicule, c'est un niais (lui aussi a fait des films, consternants) et c'est un couillon.

Polanski : s'est fait renvoyé de la maternelle pour comportement violent, a survécu au Ghetto de Varsovie en se démerdant, a créé des chefs-d'oeuvre avec des bouts de ficelles dans la Pologne communiste, s'est enfuit de Pologne, a été rattrapé par l'horreur en californie, a survécu encore, a eu les plus jolies femmes du monde, à un âge canonique : toujours vaillant, toujours aimé et fêté.

Tout n'est pas égal, n'est-ce pas ?

N'est-il pas significatif que le ressentiment démocratique s'attaque à un tel homme. Quel est véritablement son crime ?

La moralité de Polanski : a fait un film "Le pianiste" truffé de réponses à un autre film de mauvais goût "La liste de Schindler", ce qui n'a pas manqué de manquer à la critique, comme par hasard.

Qui d'autre avait l'autorité morale, le talent et le courage de le faire?

A tous les signataires de la pétition pour libérer Polanski: merci de m'adresser les noms et adresses de vos filles ou nièces de 13 ans pour relations sexuelles artistiques. Je n'ai pas la notoriété de Polanski, mais j'ai fais quelques courts métrages.

R. Polanski est un fugitif de justice, ce qui porte des lourdes conséquences aux E-U. Etre en cette infraction, c'est sérieux ici.

@Alain Soler.
« Devenu français il bénéficie comme tout citoyen des concours de la nation ». R. Polanski n’est devenu français, il l’était né (à Paris, 18 août, 1933).


@K Bledowski
"R. Polanski n’est devenu français, il l’était né (à Paris, 18 août, 1933"

Polanski aggrave son cas.

À propos, à quand une initiative populaire suisse pour extrader les cendres de Nabokov vers la Sibérie ? Que la pureté des alpes ne soit plus souillée par le chantre, pardon, le chancre de la pédophilie (Lolita) et de l'inceste (Ada) !

@marie
Luc Besson, c'est 150 kilos de bonté suintant l'amour.
Difficile de faire plus régressif comme cinéma.
Peut-être avez-vous remarqué, marie, que le sieur Besson et sa voix insuportable sont toujours accompagnés de très jeunes filles, dont on a mal à imaginer d'autres affinités que morales (contre la polution, contre la faim dans le monde,contre Bush,contre .. Polanski) avec le gros bébé perpétuel ?

Kinderfreundlich, le bon ami Besson, comme disait Nabokov.

Clare Quilty

@G.S.
"Depuis Louis XV, nos élites estiment que le pouvoir confère quelque droit à l’immoralité."

Alors que depuis Henri VIII, les sociétés anglo-saxones ont des standards moraux inégalables.

@K Bledowski

Roman Polanski est né en effet à Paris où il y vécu trois années avant que ses parents ne retournent vivre en Pologne avec le triste destin que l’on connait; il fut naturalisé français en 1988.

Polanski, le passé retrouvé :
« En 1988 - l’année où le cinéaste est naturalisé français -, il y tourne, avec Harrison Ford, Frantic, dont il épouse la vedette féminine, Emmanuelle Seigner. »

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/france_829/ils-ont-choisi-france_16827/dossier-cent-createurs-qui-ont-choisi-france_17226/cinema-roman-polansky-woody-allen-monica-bellucci-costa-gavras..._54317.html

"Tocqueville avait-il prévu le caratère oppressant du régime référendaire suisse ?"

Tocqueville serait-il devenu psy?

Je ne connais personne en suisse devenu oppressés par les référendums.

D.J

Il y a bien eu viol puisque la victime a déposé plainte.
Si elle a retiré sa plainte ultérieurement, "après dédommagement", cela n'enlève rien à la gravité des faits, renforcée par la fuite de l'intéressé devant la justice américaine.
Le fait qu'il ait fait de bons films change-t-il les données du
problème?
Que ses confrères lancent force pétitions en sa faveur, passe encore. L'esprit de corps, en quelque sorte. Mais que le gouvernement français prenne sa défense, par la voix du Ministre des Affaires Etrangères, est proprement hallucinant.
C'est à la justice américaine de se prononcer. Et nul ne peut prévoir son futur jugement.
Laissons-là tranquille.

J'ajoute que rien n'oblige la France à prendre la défense de ses citoyens ayant commis des crimes à l'étranger. Suffirait-il d'être français pour pouvoir faire n'importe quoi?

El oso, que la victime d’un délit dépose plainte est une chose; pour autant cette plainte n’implique pas : que tous les chefs d’inculpation envisagés soient retenus pour un procès éventuel ni que le prévenu soit déclaré coupable à l’issue du jugement!

Pour Polanski il semble que le seul chef d’inculpation de relations sexuelles avec mineur de moins de quinze ans ait été retenu (détournement de mineur) Polanski avait plaidé coupable.

Le procès a eut lieu, seul le prononcé de la sentence est resté en suspens dans l’attente de la dernière comparution du prévenu ; dont on sait qu’elle n’eut pas lieu, Polanski s’étant réfugié en France.
Les affaires de mandats d’arrêt internationaux mettent en jeu divers administrations, la judiciaire, l’administrative et la diplomatie.

C’est au travers du canal diplomatique que sont véhiculés les objets et décisions de justice ; Roman Polanski est citoyen français & polonais, que les ministres des affaires étrangères de ces deux pays interviennent pour leur ressortissent est chose normale Rien d’anormal le contraire serait considéré comme hallucinant par le monde culturel -VIP mondialement reconnu-.

Tous les pays du monde protègent leurs ressortissants, aucun pays n’extrade ses ressortissants à de très rares exceptions ! En UE, une convention existe entre européens, considérée non comme une extradition mais comme un déplacement administratif pour un jugement intérieur à l’Union nouvel espace judiciaire européen. Le cas Cesare Battisti longtemps protégé en France montre que les choses ne sont pas simples même pour un meurtrier jugé coupable en Italie.

L’appui que reçoit Roman Polanski citoyen français est bien moins surprenant aujourd’hui, alors que l’on sait qu’il n’a à priori pas récidivé, que plus de trente ans ont passé, que la victime a levé sa plainte, se considère dédommagée et que les juristes se demandent si oui ou non le délai de prescription est passé ; moins surprenant aujourd’hui en tous cas qu’au lendemain de sa fuite pour se réfugier en France où il n’était pas avant 1988 un citoyen français. A cette époque début des années 1980 la position française était bien plus ambiguë et amorale.

Roman Polanski ne doit pas bénéficier de passe-droit comme cela semble avoir été le cas au début de sa fuite, réfugié en France. Son crime même « pardonné » par sa victime au moment de l’attribution de son Oscar, était grave ; Bernard Kouchner considère qu’il ne s’agit pas de s’opposer à la justice américaine mais sa notoriété ne doit pas non plus constituer un obstacle à la prise en compte des facteurs qui plaident depuis en sa faveur.
Alain


@Alain Soler
« En 1988 - l’année où le cinéaste est naturalisé français »

Merci et mea culpa, vous avez raison. Je pensais que toute personne née en France devient automatiquement français.

@ Alain Soler
Votre argumentation est impressionnante...Toutes les arcanes de la politique nationale et mondiale vous semblent familières, sans parler de l'économie où vous avez aussi des interventions intéressantes. Mais qui êtes-vous donc Alain Soler? J'ai essayé de le savoir sur le blog de Jacques Attali,le G vain... mais en vain...
Un seul bémol, vos essais poétiques, de loin en loin...;-)
Je vous préfère de beaucoup en prose...

El oso, entre nous appelez moi Nicolas
Y a pas plus poète que moi, avec Carla

Ah, Carla...
J'espère que vous brûlerez la politesse à VGE pour conter votre incroyable amour avec elle...

Justice pour tous
77% des sondés de paris match déclarent "La justice doit être la même pour tous"

Nietzsche Des tarentules (extrait)

"Car il faut que l’homme soit sauvé de la vengeance : ceci est pour moi le pont qui mène aux plus hauts espoirs. C’est un arc-en-ciel après de longs orages.

Cependant les tarentules veulent qu’il en soit autrement. « C’est précisément ce que nous appelons justice, quand le monde se remplit des orages de notre vengeance » – ainsi parlent entre elles les tarentules.

« Nous voulons exercer notre vengeance sur tous ceux qui ne sont pas à notre mesure et les couvrir de nos outrages » – c’est ce que jurent en leurs cœurs les tarentules.

Et encore : « « Volonté d’égalité » – c’est ainsi que nous nommerons dorénavant la vertu ; et nous voulons élever nos cris contre tout ce qui est puissant ! »"

Nietzsche Des tarentules (suite)

"Prêtres de l’égalité, la tyrannique folie de votre impuissance réclame à grands cris l’« égalité » : votre plus secrète concupiscence de tyrans se cache derrière des paroles de vertu !

Vanité aigrie, jalousie contenue, peut-être est-ce la vanité et la jalousie de vos pères, c’est de vous que sortent ces flammes et ces folies de vengeance.

Ce que le père a tu, le fils le proclame ; et souvent j’ai trouvé révélé par le fils le secret du père.

Ils ressemblent aux enthousiastes ; pourtant ce n’est pas le cœur qui les enflamme, – mais la vengeance. Et s’ils deviennent froids et subtils, ce n’est pas l’esprit, mais l’envie, qui les rend froids et subtils.

Leur jalousie les conduit aussi sur le chemin des penseurs ; et ceci est le signe de leur jalousie – ils vont toujours trop loin : si bien que leur fatigue finit par s’endormir dans la neige.

Chacune de leurs plaintes a des accents de vengeance et chacune de leurs louanges à l’air de vouloir faire mal ; pouvoir s’ériger en juges leur apparaît comme le comble du bonheur.

Voici cependant le conseil que je vous donne, mes amis, méfiez-vous de tous ceux dont l’instinct de punir est puissant !

C’est une mauvaise engeance et une mauvaise race ; ils ont sur leur visage les traits du bourreau et du ratier.

Méfiez-vous de tous ceux qui parlent beaucoup de leur justice ! En vérité, ce n’est pas seulement le miel qui manque à leurs âmes.

Et s’ils s’appellent eux-mêmes « les bons et les justes », n’oubliez pas qu’il ne leur manque que la puissance pour être des pharisiens !"

Un bon dossier sur le procès Polanski sur le site du Figaro ce matin.
Mieux éclairé sur les détails de l'affaire, je n'en continue pas moins à dire que Mitterrand et Kouchner ont raté une bonne occasion de se taire...

Autre élément d’archive, voici ce qu’écrivait la victime Samantha Geimer dans une longue déclaration de février 2003 (lors de l’attribution des Oscars) : « We pressed charges, and he pleaded guilty. A plea bargain was agreed to by his lawyer, my lawyer and the district attorney, and it was approved by the judge. But to our amazement, at the last minute the judge went back on his word and refused to honor the deal.
Worried that he was going to have to spend 50 years in prison -- rather than just time already served -- Mr. Polanski fled the country. He's never been back, and I haven't seen him or spoken to him since.”

Selon Mme Geimer, à la dernière minute le juge est revenu sur sa parole et sur l’accord scellé entre elle, le juge et Polanski qui avait accepté de plaider coupable.
A cette époque il s’est dit que sur environ 40 cas d’abus sur mineurs enregistrés et jugés en Californie, aucun ne donna lieu à incarcération en prison d’Etat (aucun de ces cas n’était peut être aussi grave… ?).

Mme Geimer poursuit et conclut par ce paragraphe: “The one thing that bothers me is that what happened to me in 1977 continues to happen to girls every day, yet people are interested in me because Mr. Polanski is a celebrity. That just never seems right to me. It makes me feel guilty that this attention is directed at me, when there are certainly others out there who could really use it.”

“People are interested in me because Polanski is a celebrity” Elle pense que la célébrité de Polanski aura orienté les projecteurs sur elle (justice & presse) alors que le crime qu’elle a subi se perpétue sur d’autres jeunes filles dans l’indifférence.

http://www.latimes.com/news/nationworld/wire/la-oe-samantha-geimer23-2003feb23,0,4716430.story

Guy, je ne suis pas sur que "Le soutien spontané, si l’on s’en tient aux medias, dont a bénéficié Roman Polanski en France" soit le fait de l'opinion en general. Il me semble, a lire differents articles sur le net ainsi que les commentaires et apres diverses conversations que c'est plutot le cas d'une certaine "elite" ou "coterie" francaise. L'opinion en general se range du cote de "l’égalitarisme démocratique américain". Mais je n'habite plus en France depuis de nombreuses annees mmaintenant. Je peux me tromper la dessus.

Roman Polanski n'est pas un enfant de coeur. C'est un survivant. Jeune il avait gardé des réflexes et a sans doute bien fait après avoir mal fait. Vieux, il est devenu arrogant et négligent.
Nous, on aime voir les people roulés dans la poussière en nous cachant derrière une image affabulée de la justice, fût-elle US ou suisse.
S'il a le temps Roman pourra lire des articles et des commentaires sur sa mésaventure et tourner "Le Bal des Hypocrites."

Double peine pour la victime Samantha Geimer

Elle n’en peut plus, poursuivie par la presse à son domicile, sur son lieu de travail, elle serait en passe de perdre son emploi sous l’action de ses nouveaux bourreaux qui la harcellent sans merci !

Une nouvelle fois elle vient d’écrire au juge californien pour qu’il cesse ses poursuites, elle ne veut pas être une seconde fois victime alors qu’elle a depuis longtemps tourné la page.

Elle veut protéger sa santé, sa famille et ses enfants qui subissent également cette traque intensive.

Voilà ce qu’elle écrivait déjà en février 2003 à propos de la presse américaine :
« They don't know how unfairly we were all treated by the press. Talk about feeling violated! The media made that year a living hell, and I've been trying to put it behind me ever since.
Today, I am very happy with my life. I have three sons and a husband.”

Manifestement ce qu’elle doit revivre aujourd’hui ne va pas la réconcilier avec la presse.
http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/international/ameriques/20091026.FAP0233/ameriques/

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.