Ma Photo

Actualité

  • Parution le 15 mars 2012

    Actu

    Paru le 2 novembre 2009

    Actu

    Actu

    Traductions

    Actu
    Corée

    Actu

    Corée

    Actu

    Inde

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Chine

    Actu

    Pologne

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Argentine

    Actu

    Corée

    Actu

    Espagne

    Actu

    Portugal

    ----------

    Actu

    Actu

    Actu

« Aimer interdire ou le Démon du Bien. | Accueil | Les Etats-Unis tournent le dos à l’Europe »

Commentaires

N' oublions pas Joseph Staline qui avait fait des études religieuses au séminaire et qui connaissait pleins de passages de la Bible par coeur. Le Christianisme sans le faire exprès a sauvé l' humanité en formant ce grand homme que fut Staline. Mais contrairement à la bible, Staline ne disait que la vérité (pravda en Russe).

C'est l'armée, une fois de plus, qui décidera de l'affaire. Sera-t-elle aussi brutale que l'armée chinoise, on peut en douter.
Son degré d'endoctrinement est probablement moindre. Il n'y a sans doute pas, comme en Iran, des milices et autres gardiens de la révolution prêts à flinguer sans sourciller. Et puis, les choses ont été trop loin. La situation ressemble tout de même beaucoup à celle de l'Iran lors de la chute du Shah.
Lui aussi avait promis, en catastrophe, des réformes, etc...
Entendre le vieux dictateur faire le coup du père, du sage, je n'ose pas imaginer la colère et le dégoût des jeunes révoltés... Plus le coup habituel du complot de l'étranger. Vieille partition cent fois entendue.
L'armée tirera-t-elle contre le peuple? Tout dépendra de ça.

Interessant de voir aussi qu'Al Jazeera joue un rôle pro-démocratique.
http://english.aljazeera.net/watch_now/

l'armée egyptienne ne fera rien du tout, elle prend ses ordres directement à la maison blanche. l'armée de l'air egyptienne par exemple est équipée de f-16 américains et de quelques mirage 2000 français, un embargo us et toute sa flotte se retrouve clouée au sol. ce sont les usa qui mènent le bal avec deux objectifs : que les egyptiens restent en paix avec israel et que le canal de suez soit ouvert, basta! realpolitik. et pendant ce temps la, à l'est du canal, un des pires dictateurs du monde arabe se la coule tranquillement, un tyran qui mérite 100 fois le sort qu'a connu le regretté sadaam hussein : c'est Kadhafi. lui aussi comme moubarak, ce sont les usa qui décideront de le débrancher, sauf qu'il n'y a pas de solution de rechange disponible sur le marché. c'est triste mais c'est ainsi. realpolitik

Il me semble, qu'à une époque au moins, l'État égyptien garantissait un emploi à tout diplomé.
L'Égypte était célèbre pour son administration ou il y avait plus de fonctionnaires que de chaises. Je suppose que cela fait déjà un petit temps que cela n'est plus comme cela.

"Entendre le vieux dictateur faire le coup du père, du sage, je n'ose pas imaginer la colère et le dégoût des jeunes révoltés..."

Franchement, il faut lire "Chicago". On dirait une préfiguration de ce qui se passe. Il y est aussi question de révolte et de désir de révolte.

Rien de plus opposé à une révolte qu'une révolution.

Lors d'une révolte, les ennemis du régime se découvrent, se mettent en danger, les forces d'opposition se jettent dans la mélée et le régime, si il ne flanche pas, s'il n'est pas atteint, sort renforcé de l'appui de tous les "honnêtes gens".

Cher Guy,

C'est toujours un bonheur de lire vos commentaires ! On y apprend très peu, mais on s'en amuse beaucoup !

Continuez comme ça !

Jeo, toujours une longueur d'avance

Je vous parlait de Jean Quatremer, le seul français qui comprenne ce qui est en train de se passer en Belgique.

La presse française, après le Soir, fait connaissance avec les boycotts de la NVA. En effet, la NVA ne répondra plus aux questions de Libération.

Quatremer est aussi en train de faire connaissance avec la bonne foi nationaliste.

Il avait écrit que la NVa emmenait la Belgique, lentement mais sûrement, vers une situation de conflit ethnico-culturel à la yougoslave. Il se fait accuser en retour d'avoir écrit que la NVA était coupable de "viol, de crimes et d’actions guerrières".

Il faut croire que quelque chose s'est perdu dans la traduction.

Schweigen !

Reynders entre dans la danse ; De Wever qualifie sa Mission royale de Mission Impossible

Explication, les quatre partis francophones on déclaré être absolument d'accord sur tout en ce qui concerne une éventuelle scission de l'arrondissement électoral de BHV. Pas de scission sans élargissement de Bruxelles*. Reynders (président sortant des libéraux francophones, mandaté par le Roi pour nous sortir du cirage dans lequel nous sommes) pointe le fait que cela ne se trouve pas dans la note Van De La Notte.

Or les francophones avaient dit "Oui, mais" à la note, alors que le CDV et la NVA avaient répondu "Non, car".

Ce qui permet à Bart de conclure que l'accord des francophones était simulé ! Et que tout accord est impossible puisque cela ne constituait pas une base de négociation suffisante pour la NVA.

Bon, vous suivez toujours ?

Parce que c'est ici que cela devient intéressant.

Le vrai est un moment du faux, surtout chez les nationalistes flamands. Ce qu'il ressort de tout cela, c'est que ce ne sont pas les demandes flamandes, pour extravagantes et abusives qu'elles soient, qui posent problème ; non, c'est le simple fait que les francophones demandent quelque chose qui est insupportable au flamand.

* Di Rupo a tout de même fait savoir qu'il était ouvert à toute formule qui permette de garantir les droits des francophones dans la périphérie (y compris les moins crédibles ? - ndlr- )

Les sionistes sont pour la démocratie quand cela les arrangent... http://pascalbonifaceaffairesstrategiques.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/02/07/adler-bhl-et-finkielkraut-anxieux-face-a-la-perspective-d-un.html "Adler, BHL et Finkielkraut anxieux face à la perspective d’une Egypte démocratique Ces trois intellectuels relaient en fait les craintes israéliennes face au changement politique en Égypte. Ce qui est assez amusant c'est que les mêmes qui ont dénoncé pendant des lustres l'absence de régimes démocratiques dans le monde arabe s'inquiètent désormais de la possibilité qu'il en existe. Cela ferait tomber leur argument de « Israël la seule démocratie du Proche-Orient » qu'ils psalmodient. Mais surtout cela pourrait signifier la mise en place de régimes moins accommodants avec Israël. Or c’est leur principale pour ne pas dire unique préoccupation.Les masques tombent. Nos trois intellectuels dénoncent un éventuel extrémisme en Egypte mais soutiennent celui au pouvoir en Israël. Ils critiquent l’absence de démocratie dans le monde arabe mais s’émeuvent dès qu’elle est en marche. Leur priorité n'est pas la démocratie mais la docilité à l'égard d'Israël, fut-il gouverné avec l'extrême droite."

Cette révolution, c' est la victoire des néocons.Effet dominos au proche orient.Il y a eu contagion démocratique à partir de l' Irak.L' exemple irakien a inspiré les tunisiens et les Egyptiens. GS voudrait que Bush qui a vaincu Monbarak , Ben Ali , les talibans reçoivent le prix Nobel de la paix.Pour ma part, j' espère que les peuples décident du sort d' Israel.

M. Jeo, je me demande toujours ce que vous faites comme métier pour en savoir autant sur les négociation entre flamands et wallons. Je doute qu'on retrouve ce genre de chose dans les journaux réguliers...

J'ai oublié: ET VIVE LA BELGIQUE LIBRE ET INDÉPENDANTE (ou ce qui en restera)...

Ca y est, le dictateur est cuit... Champagne!

Certains intellectuels français qui ont des maisons au Maroc et en Tunisie, sont favorables à la démocratie à condition qu'elle ne porte pas atteinte à la propriété privée.

http://english.aljazeera.net/watch_now/
Espérons que nous verrons bientôt de telles scènes se répandre à travers le monde arabe, jusqu'à la en Chine, n'en déplaise à notre défenseur de Parti.

"J'ai oublié: ET VIVE LA BELGIQUE LIBRE ET INDÉPENDANTE (ou ce qui en restera)..."

Vous m'auriez dit :"Je vous ai compris.", je me serais inquiété.

"Certains intellectuels français qui ont des maisons au Maroc et en Tunisie, sont favorables à la démocratie à condition qu'elle ne porte pas atteinte à la propriété privée."

Vous devriez bien vous entendre ; ils ont la réputation d'être ironiques et cancaniers, dans le privé.

Et dire que l'autre bedoume d'Aliot-Marie qui voulait offrir ses services à la police anti-émeute du pouvoir Moubarak.

Ils en manquent pas une à Matignon ces jours-ci.

D.J

"Vous m'auriez dit :"Je vous ai compris.", je me serais inquiété."

Faut dire que vu d'ici (du Québec), vous êtes un peu difficile à comprendre. Mais si ça peut vous consoler, moi non plus, je n'aimerais pas que le Québec se sépare du Canada. Mais pas pour les même raisons que vous. Mon attachement au Canada est beaucoup plus matériel que patriotique. Vu la nature parfois émotive de vos commentaires, votre attachement à la Belgique me semble d'avantage patriotique...

"Vu la nature parfois émotive de vos commentaires, votre attachement à la Belgique me semble d'avantage patriotique..."

L'argent, çà va, çà vient. "Un bon serviteur, un mauvais maître." F. Sagan, cité du côté de Marrakech.

L'Europe ne s'est pas faite en un jour.

Ma véritable patrie, c'est l'Europe. Encore un point commun avec les nationalistes flamands, zut.

Mais je soupçonne ces derniers de soutenir le régionalisme européen parce qu'ils le conçoivent comme une opportunité "historique" pour assouvir leur appétits nationalistes.

"Mais je soupçonne ces derniers de soutenir le régionalisme européen parce qu'ils le conçoivent comme une opportunité "historique" pour assouvir leur appétits nationalistes."

Ouais... Mais je crois que si les belges veulent vraiment en finir avec leur problèmes, ils devraient laisser les flamands faire un référendum sur la sécession ou non de la Flandre, quitte à ce que ce référendum soit anticonstitutionnel (une aberration antidémocratique, si vous voulez mon avis).

"ils devraient laisser les flamands faire un référendum sur la sécession ou non de la Flandre"

Les francophones ne sont pas opposés à une indépendance de la Flandre, bien au contraire. Ce qu'ils ne veulent plus, c'est une Belgique qui sert de paravent à une domination totale de la vie publique, tel que cela se pratique pour le moment. Or, je ne crois pas que cela puisse changer.

La meilleure solution est une indépendance de la Flandre.

Mais,
1. on ne peut pas la prendre à leur place
2. il faut qu'il nous laisse la Belgique = Wallonie + Bruxelles (francophone à 85 %)

Pour l'instant, les nationalistes flamands (et aussi la totalité des partis "démocratiques" flamands qui se planquent derrière les "méchants" nationalistes et qui sont tous infiltrés par les nationalistes de l'ex VU) préfèrent très cyniquement garder la Belgique "en l'État". Ils font le notaire et l'héritier. Behind closed doors.

"une aberration antidémocratique" oui et non, étant donné que tout dépend de la population concernée (si on demande aux flamands ce qu'ils veulent, ok, mais comment déterminer qui est flamand et où ils se trouvent ?) et de la question posée. La formulation de la question produit des réponses opposées, comme le prouve les sondages sur les véléités d'indépendance de l'Écosse. Donc, qui va décider de la question ? Et qui interroger ?

Il y aurait une alternative démocratique : que l'on demande au communes de la périphérie si elles (les consultations communales sont constitutionnelles) souhaitent être rattachées à Bruxelles. C'est démocratique, c'est constitutionnel, mais c'est verboden, onbespreekbaar, parce que cela serait favorable aux francophones, ce qui est le nouveau critère d'inconstitutionnalité dans ce pays.

D'accord. On règle le problème à coup de bombes atomiques et on rentre se coucher.
Pour le référendum, tout les gens enregistrés sous les listes électorales des comtés concernés font automatiquement partie des territoires concernés, non?

Idem pour les territoires de Bruxelles et ses environs. Faites des référendums par territoires mais de grâce, finissez s'en. Pendant tout ce temps perdu, vous vous endettez.

Mais ici, j'avoue que je m'amuse car je me fout des conneries belges.

C'est encore beaucoup plus compliqué et plus simple que cela.

La Belgique est "ce ramassis de villes ennemies" dont parle Baudelaire.

Le conflit actuel est un conflit entre deux "capitales" brabançonnes : Anvers et Bruxelles. Les flamands ont mis leur capitale à Bruxelles parce qu'ils ne parvenaient pas à choisir entre Gand, Bruges et Anvers*. Aujourd'hui, Anvers (qui est, quoiqu'historiquement non flamande, la capitale du flamingantisme et de la collaboration) domine la Flandre (30% des emplois en Flandre sont plus ou moins liés au activités portuaires d'Anvers).

Les nationalistes d'Anvers sont prêt à larguer les amarres, mais leurs alliés CDV, nationalist in the closet (qui ne trompent personne), gardent le rêve de Bruxelles "à nouveau"** flamande.

Les brabançons avaient beaucoup moins de problème "identitaires" que les flamands. Mais voilà, la faute à Napoléon, les départements français, qui ont donné nos provinces ont chamboulé la donne.

Anvers et Bruxelles ne sont plus brabançonnes. Anvers est à la tête de la province d'Anvers et Bruxelles est la capitale ... de pas mal de choses.

Vous rajoutez à cela le cas de Liège***, qui était à moitié thioise (flamand, pour faire simple), avant la Belgique et qui a donné ses communes "flamandes" pour former le Limbourg (et la moitié de la province de Namur dont le sol sous mes pieds).

Et vous comprenez que les flamands s'imaginent toujours être victimes des francophones autour d'eux. Même si c'est tout à fait aberrant, historiquement. Les flamands ont toujours été deux fois plus nombreux que les wallons, et hormis au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe, dans une région économiquement plus importante et plus prospère que la Wallonie. Donc le mythe du francophone dominateur ne tient pas la route (sauf à considérer que la bourgeoise flamande francophone n'est pas flamande, ce que même le plus haineux et le plus envieux des flamingants ne tolérerait pas). La seule chose qui étaye ce délire et l'hubris envers Bruxelles, ce sont les mythes des nationalistes flamands, mythes simplificateurs qui ne trouvent pas de correspondance dans la réalité et qui accusent donc les francophones d'avoir altéré cette réalité à leur avantage.

*Et les "Wallons" ont mis leur capitale à Namur, parce qu'ils n'arrivaient pas à choisir entre Liège, Mons et Charleroi. Aujourd'hui, Mons domine complètement, démographiquement.

** Bruxelles n'a jamais été flamande, les japonais qui caressent le gisant de T'Serclaes peuvent témoigner. En 1830, à l'indépendance de la Belgique, Bruxelles était francophone à 30 %. Une dizaine d'année plus tard, c'est une ville qui se prétend unanimement francophone(au salon, parce qu'à la cuisine), à l'amusement de Baudelaire. Les Bruxellois, qui portent tous des noms "flamands"(brabançons) et qui parlent tous français, disent d'eux-mêmes qu'ils sont des flamands qui ont "évolué"(comprenez : qui ont appris le français - ce qui fait naturellement bondir les flamands).

***dirigée par un prince-évêque, électeur du Saint-Empire Germanique, peuplée d'abominables jacobins francophiles, voisine de la Hollande et l'Allemagne. Au départ, mon pays devait s’appeler les États Belges et Liégeois Réunis, sans rire. Quelqu'un a du nous dire qu'on exagérait.

"Pendant tout ce temps perdu, vous vous endettez."

"Les premiers seront les derniers." J.C.

C'est la divine surprise, comme personne n'a été fichu de mettre en place un gouvernement d'austérité, la croissance a continué, contre toute logique, en Belgique, au beau milieu de la crise, ce qui fait que les recettes fiscales n'ont jamais été aussi bonnes et que l'on ne doit plus trouver "que" la moitié de la somme que l'on pensait devoir mettre de côté au départ.

Les Belges ont donc prouvé que moins de gouvernement égale un meilleur gouvernement.

Prouvé par l'absurde, parce qu'on ne se refait pas.

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=18&frid=18&eid=2151

Israel est la dernière des préoccupations des révoltés égyptiens : construire une démocratie et une économie est leur seule priorité et les occupera longtemps.

La retraite à 82 ans

Moubarak, tyran honni, remplacé par des généraux du même sérail que lui. Plus çà change ; moins çà change.

"Israel est la dernière des préoccupations des révoltés égyptiens : construire une démocratie et une économie est leur seule priorité et les occupera longtemps."

Le tout est de savoir s'ils auront assez de patience et détermination pour la bâtir, cette économie. Pas sûr qu'une fois en face de la réalité, ils ne choisiront pas la voie facile qui consiste à tomber dans la tyrannie islamique ou socialiste...

Dans le soir,

Une cathédrale noire de monde, une foule attendant sur le parvis à l’extérieur : quelque 2500 personnes se sont rassemblées pour rendre un dernier hommage à la politicienne du Vlaams Belang, surtout connue pour son combat contre le cancer en direct devant les médias.

Le drapeau flamand drape le cercueil. Quelques militants extrémistes sont là. Mais Marie-Rose Morel, qui incarnera pour toujours bien des réalités de la Flandre contemporaine, a rassemblé bien au-delà des cercles de son parti. Le top du Vlaams Belang n’est d’ailleurs pas représenté. Le président Bruno Valkeniers, les fortes figures Gerolf Annemans et Filip Dewinter ont été priées par la famille de ne pas se présenter en raison de leurs profondes divergences de vue avec la défunte. Par contre, l’ancien président Frank Vanhecke est bien là et pour cause : il a épousé Marie-Rose Morel début janvier. C’est lui son dernier amour, celui qui devrait veiller à ses deux garçons…

Mais tout le spectre d’un nationalisme teinté d’émotion est présent : Jan Peumans, président du Parlement flamand, ainsi que quelques autres élus de la N-VA, pas de grandes figures du CD&V mais bien Léo Delcroix et Ludwig Caluwé. Tous disent leur grande admiration pour la femme, pour son combat, pour sa force de caractère même s’ils critiquent son appartenance à un parti non démocratique. « C’était son choix, commente notamment l’ancien ministre Léo Delcroix. Mais j’ai beaucoup de respect pour la femme. » « Une femme incroyable, abonde Jan Peumans, même si je n’étais pas d’accord avec sa pensée politique. »

Bart De Wever, l’homme fort du parti nationaliste, est au-devant de la scène. Marie-Rose Morel, il la connaît pour avoir fait ses études d’histoire avec elle à l’université d’Anvers. « Nous nous entendions à merveille », dit-il en racontant au bord des larmes leur rencontre lors de son discours. C’est lui qui l’a convaincue de rentrer en politique, à la N-VA, pour les premières élections du parti en 2003. Elle quittera pourtant la N-VA pour rejoindre le Vlaams Blok après la formation du cartel avec le CD&V. Bart De Wever raconte combien il a été blessé, leur relation s’est tendue, brisée, jusqu’à une réconciliation tardive peu avant sa mort. « J’ai pu te dire pardon », dit Bart De Wever des sanglots dans la voie. L’homme politique le plus populaire de Flandre a fait dans la sobriété, pas de déclarations fracassantes, mais une corde sentimentale qui fait mouche. Devenu l’orateur principal de ces funérailles symboliques, il recueille une salve inhabituelle d’applaudissements.

Le cordon sanitaire vacille sur fond de grandes émotions. Le président de la N-VA salue d’ailleurs en Frank Vanhecke un « grand homme ». Humainement, s’entend, pour avoir accompagné de près Marie-Rose Morel tout au long de sa maladie. Mais politiquement ?

Il n’y aura pas de grande déclaration indépendantiste pourtant, non. Seul le drapeau est là pour rappeler explicitement ses convictions très flamandes. Dans son homélie, le prêtre insiste sur l’extraordinaire charisme de la défunte, sur son grand engagement, sur son choix politique « qui avait des partisans et des opposants ». Mais c’est sa fin de vie à livre ouvert qui l’a rendue immensément populaire, au-delà de son statut de miss. « Avec le peuple flamand, elle a partagé son combat ouvertement. Elle a touché ouvertement, elle a aidé ceux qui souffraient comme elle. »

Lors de la sortie du cercueil, après plus de deux heures de messe, des applaudissements fusent sur le parvis. Le nationalisme flamand a trouvé son égérie et son martyr. Frappée par la maladie, elle a toutefois été connue de tous par sa transparence absolue et ses confessions médiatiques. C’est cette mémoire-là que le peuple flamand salue.

"Le président Bruno Valkeniers, les fortes figures Gerolf Annemans et Filip Dewinter ont été priées par la famille de ne pas se présenter en raison de leurs profondes divergences de vue avec la défunte."

Depuis quand est-ce que se réjouir par voie de presse du cancer de sa camarade de parti, dans la plus pure tradition fasciste, peut être considéré comme une "divergence de vue" ?

Anvers, Part II

En 2006,

"Yesterday Hans Van Themsche, an 18 year old high-school student who had just been expelled from boarding school for smoking in the dormitories, went berserk and set out on a bloody rampage in Antwerp. In the morning he shaved his head down to the neck. He put on combat boots and a black leather outfit and went to a store of sporting and hunting gear to buy a rifle. Dressed as a “Goth” he walked through town and shot at three people who crossed his path: a veiled Turkish woman, a two year old Flemish toddler on a tricycle and her black nanny, killing the latter two and seriously wounding the first.

(..)According to the authorities he said he was a skinhead on a suicide mission who wanted to kill foreigners and intended the last bullet for himself. (...) According to the judicial authorities, who questioned his parents, there are no indications that the murderer was raised “in a racist or violent environment.”

The murderer’s aunt, Frieda Van Themsche, confirmed that the boy has been raised in a family where he and his brothers were even forbidden to play with toy guns. Frieda Van Themsche, however, is a member of parliament for the Vlaams Belang party."

Ce que ce site ne dit pas, c'est que le grand-père de cet assassin est un ancien du front russe, un membre fondateur du VNV, que son père est un des premiers membres du Vlaams Blok et un membre du Voorpost, une des plus violentes milices nationalistes flamandes.

C'est la première et unique fois qu'une personne a été accusée d'assassinat raciste en Belgique. Ses avocats ont attaqué la Belgique devant la Cour européenne des droits de l'homme : leur client souffrirait du syndrome d'Asperger. Si vous regardez dans sa famille, nazie de la cave au grenier, vous pourriez être induit en erreur par des apparences trompeuses et causer un grave préjudice à ces honnêtes gens que le sort à terriblement frappé.

Bal tragique

La presse flamande est unanime : deux articles en première page. Le premier pour saluer la mémoire de la défunte ; le second pour fustiger l'indifférence wallone face à ce drame national.

Le plus explicite est het laatste nieuws : "la solidarité, ce n'est pas seulement payer de l'argent pour permettre à des chômeurs francophone de survivre, il faut aussi partager les grandes émotions de l'autre communauté."

Telle dame flamande, installée à Namur, nous avait prévenu : il ne suffit pas de parler le flamand, il faut "voelen", sentir en flamand.

La douleur les égare. Le nationaliste flamand ressemble de plus en plus à un telenovelas. Le titre ? "Le baiser de la femme-araignée", bien sûr.

Les signatures

Tel ami anversois, libéral, parlant très bien le français sans être fransquillon, cultivé, artiste, ouvert sur le monde, aimable, chaleureux, spirituel, courtois ...

Et on reçoit le faire-part du décès de son père : dans le coin supérieur droit, une croix formée des initiales AVV, VVK. Glups.

Frieda Van Themsche signait ses email 88. Un point de détail, sans doute. On n'en parle que dans la presse francophone, d'où des réactions très contrastées au nord et au sud du pays. Glups.

Faisons la revolution Europeene

http://fabricemorisseau.blogspot.com/2011/02/france-terminal-decline-2.html

Dji vou bin to c'que vo vlo*,

mais ce à quoi on assiste, c'est au renforcement d'identités locales de plus en plus fortes. Ce n'est même plus du nationalisme, c'est du Glocal. La mondialisation accouche d'une dislocation, avec un national-régionalisme compensatoire.

*Je veux bien tout ce que vous voulez, en wallon

Oui, l'idée européenne est la seule idée valide. La seule qui puisse empêcher l'Europe de sombrer dans ses travers et dans l'abaissement.

Mais elle est attaquée de l'intérieur et de l'extérieur. Et elle est fort peu défendue. Ce n'est pas tant la méchanceté d'un petit nombre qui pose problème; c'est l'indifférence de la majorité.

"This is no Tahrir Square"

Comme le faisait remarquer "The Independent", pour renverser un gouvernement, encore faut-il en avoir un.

Ah oui, c'est officiel, la Belgique est championne du Monde pour ce qui est de la plus longue période sans gouvernement. We are so proud.

Walkowiak :

"Marie-Rose Morel, nationaliste convaincue, avait fini par rejoindre le Vlaams Belang, ne croyant guère en 2004 en l’avenir d’une N-VA s’alliant au CD&V. Nouveau visage, fille d’un grand patron d’Alcatel, elle apportait un vernis de respectabilité à une formation qui alors briguait le mayorat d’Anvers, elle-même espérant empocher la commune voisine de Schoten. Ce fut l’échec que l’on sait.


Si ses derniers textes étaient essentiellement consacrés à sa maladie, elle n’a jamais renié le discours xénophobe et fasciste du Vlaams Belang où l’avait mené son nationalisme.


Et c’est peut-être un des principales tares du nationalisme flamand, c’est qu’en son nom, le reste devient excusable pour ses adeptes, comme ce fut le cas notamment pour les nationalistes dévoyés dans la collaboration. Le nationalisme ou la volonté d’indépendance ne peuvent tout excuser. Il convient de faire la part des choses ce qui évite de mélanger émotion et politique. Un mélange souvent préjudiciable à la démocratie."


Dans les sondages, la NVA fait un bon à 33 %.

Les meilleurs amis du monde

Selon les analystes flamands, il faudra attendre 2012 pour voir la formation d'un gouvernement.

En effet, l'Etat-CVP (CDV, 17%, aujourd'hui) dispose encore de 80% de l'enseignement public et de presque 100 % des hopitaux, pour ne parler que de cela. Allié à la NVA, elle doit attendre les prochaines élections communales pour savoir ce qu'il va advenir de tout cela. Ou la NVA devient l'héritière du CDV ou la NVA s'essoufle et le CDV reprend la main.

De toute façon, le mayorat d'Anvers semble promis à BDW. Ce que le Vlaams Belang n'a pas réussi à faire, il arrivera à le réaliser. Les flamingants, héritiers de la collaboration, mettront la main sur la métropole anversoise.

Quand on achète un bon cheval, ...

Morel-Vanhecke: "Holocaust ontkennen is vrije mening"

http://youtu.be/ptR1p_CvA_M

Traduction : nier l'holocauste est une opinion libre.

Wikipedia :

"Fin octobre 2007, De Wever a qualifié de gratuites les excuses présentées par Patrick Janssens après plus de soixante ans à la communauté juive. Suite à des recherches historiques récentes, il était apparu que l’administration de la ville d’Anvers et le corps de police communale avaient été responsables, au cours de la Seconde Guerre mondiale, de négligence coupable et de collaboration avec l’occupant allemand dans la recherche et l’arrestation de juifs anversois. La position de De Wever[réf. nécessaire] suscita beaucoup de critiques et créa des polémiques dans le monde politique, à la suite desquelles il présenta ses excuses aux représentants de la communauté juive, ce qui n'empêcha pas certains commentateurs de considérer qu'il frôlait le négationisme. Dans une lettre ouverte, il s’exprima sur son erreur d’appréciation : « La communication politique ne supporte pas la nuance, la communication scientifique se nourrit de nuances »."

Bart, cet incompris.

Dans le même registre, il a qualifié aujourd'hui le reportage de la RTBF qui qualifiait feu Mme Morel de "xénophobe pure et dure", d'inhumain. Il a exigé des excuses de la RTBF. Il a rappellé combien, lui aussi, était victime de la presse francophone. Il a qualifié ce reportage de reportage le plus bas (vil?) possible. etc.

Il est marrant monsieur Sorman ! Il nous parle toujours des massacres communistes, mais il oublie curieusement les massacres occidentaux pour privilégier les intérêts des USA. L'Amérique latine en a été martyrisée. Même chose, en Afrique et en Asie. Qu'on se souvienne des massacres planifiés et commandités par l'Occident en Indonésie, en 1965, au prétexte d'éradiquer la menace communiste. ce furent, au minimum entre 500.000 et un millions de personnes assassinées...

La démocratie définie par H.Clinton, ça signifie : élections des hommes de paille sous contrôle et aux ordres des USA. Empêcher la libre expression démocratique a toujours été, contrairement à ses affirmations destinées à son opinion publique interne, la priorité de l'Occident dès que l'affirmation d'un libre choix des populations ne correspondait pas à ses intérêts immédiats.

Moubaka, un côté chinois ? N'importe quoi, Moubaka est le protégé des USA ! Obama ne jamais paru aussi pathétique que dans sa déclaration, prenant acte du renversement de son protégé Moubarak.

Le terme "économie socialiste" en Egypte, c'est encore du grand n'importe quoi ! Depuis la présidence de Moubaka, l’Etat égyptien s’est embarqué dans une politique de privatisation des industries, des services et des ressources- dans un pays où sous le président Gamal Abdel Nasser (1956-1970), « même les épiceries étaient nationalisées ». Dans le cadre du « programme d’ajustement strucuturel » négocié avec le Fond Monétaire International et la Banque Mondiale, 314 entreprises de service public ont été menacées de privatisation. Au milieu de l’année 2002, 190 avaient été vendues. Il n’est pas surprenant que les travailleurs aient été les principaux perdants de ces politiques. Tandis que les services publics et les salaires diminuaient, les subventions et les prestations sociales ont disparu. L’emploi était peu protégé. Tandis que le pain devenait trop cher pour la majorité, l’élite égyptienne vivait un boom économique. Les riches dans leurs villas et leurs suburbs fermés dans les banlieues du Caire et d’autres centres urbains importants n’écoutaient pas quand les travailleurs exigeaient une augmentation du salaire minimum- fixé à 7 dollars par mois en 2010. Le mois dernier, un fonctionnaire de Moubarak est même allé jusqu’à prétendre que le salaire moyen était de 70 dollars par mois. On voit donc que Guy Sorman se trompe complètement.

Différences et différends culturels - schlage sentimentale

Ajourd'hui, contrition, les francophones s'excusent, la RTBF s'excuse. Respect pour le Vlaams Belang, pardon le Vlaams Blok, pardon la VNV, pardon les anciens du Front Russe.

Bart a éclaté en larmes lorsqu'il a expliqué qu'il avait pu demander pardon à Marie-Rose Morel (c'est un émotif ultra-gentleman qui a demandé la main de sa femme à genoux, en pleurant).

Il faut toujours demander pardon aux fascistes, parce que leur demander mercy, on pourrait croire qu'on les encourage.

@ Empereur,

C'est la deuxième partie de votre commentaire que Guy trouve un côté chonois chez moubarak.

D.J

" Il est marrant monsieur Sorman ! Il nous parle toujours des massacres communistes, mais il oublie curieusement les massacres occidentaux pour privilégier les intérêts des USA. "

Déjà un les démocraties occidentales n'ont jamais massacré leur propre population contrairement aux nations communistes.

Sans les interventions US en Amérique latine tout le continent sud américain serait tombé aux mains des communistes comme la partie asiatique ils n'ont pas pu prendre le pouvoir. ( Corée du sud entre autre ).

Vous devriez lire " le livre noir du communisme " vous y apprendrez beaucoup de chose sur quoi nous l'avons échappé belle. Ou encore, comme l'URSS qui en attaquant l'Afghanistan a détruit une démocratie naissante et a engendré le fanatisme islamique.

D.J

Métro - Stop - Boulot - Stop - Dodo - Stop

L'armée égyptienne envoie des SMS.

http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2011/02/14/le-caire-larmee-envoie-des-sms-enjoignant-la-reprise-du-travail/#more-785

Du temps où la France faisait la révoluçion, et comptait encore quelques révolutionnaires, leur premier soin était de tirer sur les horloges de Paris. Autre temps, autres moeurs, les révolutionnaires égyptiens seraient bien inspirés d'éteindre leur GSM, pour ne pas être dérangés.

D.J., des gens comme empereur se foute de la réalité. Seul la propagande haineuse contre le système capitaliste importe,peu importe que le mensonge soit grossier ou non. Il y a d'ailleurs très peu de différence entre ce type et le taré qui écrit sous le pseudo de Kim Jong Ilien. Les mêmes haines et les mêmes dysfonctions cognitives contrôlent leur mode de réflexion.


D.J nous dit : "les démocraties occidentales n'ont jamais massacré".

Quelle ignorance ! Il faut rappeler que Hitler a été élu démocratiquement. Et on a vue ce qu'il a fait des juifs allemands ! Rappelons également que l'Algérie était un département français. Les habitants étaient français. On sait qu'aujourd'hui comment la belle démocratie française a massacré des civils dans ce département.

Dans le même type d'ignorance, on entend souvent cette ânerie : les démocraties ne se sont jamais fait la guerre et ne se font pas la guerre entre elles. Celui qui parle ainsi ignore l'histoire, il ignore par exemple la guerre qui, de 1812 à 1815, se développe entre la Grande Bretagne et les Usa. Ce sont deux pays « démocratiques » et qui, de plus, font partie tous les deux de la « pragmatique » et « pacifique » souche anglo-saxonne. Et pourtant la fureur de la guerre est telle que Thomas Jefferson compare le gouvernement de Londres à « Satan », et va jusqu’à déclarer que la Grande-Bretagne et les Usa sont engagés dans une « guerre éternelle » (eternal war), laquelle est destinée à se conclure par l’ « extermination » (extermination) de l’une ou l’autre partie ».

Quant à G.M, ses billets se résument à des insultes : "dysfonctions cognitives". L'argumentation, c'est trop difficile ?

D.J nous parle du "le livre noir du communisme". Un des auteurs de ce livre est Stéphane Courtois. Celui qui fut il y a très longtemps un chercheur est désormais un employé zélé de la fondation Aznar, chargé de tester la propagande de l’ancien dirigeant franquiste et de s’introduire par le biais de prix et fondations universitaires dans l’orientation même de la recherche universitaire. On retrouve dans cette fondation non seulement Aznar, mais des banques, des trusts de la presse et des personnalités comme Juan Carlos.

Le but de Courtois est d'assimiler Nazisme et Communisme. Toute personne de bonne foi convaincue de cette équation tant serinée depuis 1997 sera troublée par les relations organiques de plus en plus affirmées entre M. Courtois, qui se proclame héraut de la démocratie et de la liberté, et l’extrême droite.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.