Ma Photo

Actualité

  • Parution le 15 mars 2012

    Actu

    Paru le 2 novembre 2009

    Actu

    Actu

    Traductions

    Actu
    Corée

    Actu

    Corée

    Actu

    Inde

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Chine

    Actu

    Pologne

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Argentine

    Actu

    Corée

    Actu

    Espagne

    Actu

    Portugal

    ----------

    Actu

    Actu

    Actu

« G20 : qui perd gagne | Accueil | Merci Donnant »

Commentaires

Mascarell, pouvez-vous me dire comment trouver l'argent nécessaire au fonctionnement de l'état et au remboursement de la dette (enfin, des intérêts de la dette) ?

@ ETF

1/ Une partie des 1700 milliards de la dette est totalement illégitime, en raison de son origine spéculative (s’inspirer de l’Islande et de l’Argentine).

2/ Il me semble que j’ai été très clair dans mon article. Les gouvernements successifs des 20 dernières années ont volontairement appauvri l’Etat au profit des plus fortunés ou des plus grandes entreprises, sans contrôle, (exonérations sociales et fiscales, niches fiscales, privatisations des banques, des autoroutes, fraudes fiscales).

Il y a là de quoi trouver les milliards nécessaires au budget de la France.

Ce n’est qu’une fois cela fait que le peuple pourra accepter la chasse aux fraudes sociales.

Au passage, l’embauche de nombreux fonctionnaires pour renforcer les services de contrôles de l’Etat rapporterait beaucoup d’argent à la France et ferait moins de chômeurs à payer.

3/ Il est indispensable d’initier une politique volontariste d’investissements et de réindustrialisation/relocalisation.

L’Etat doit aussi mettre en place des conditions juridiques bien plus sévères pour empêcher la plupart des délocalisations.

L’environnement ne s’en portera que mieux.

4/ Il faut aussi nous inspirer de l’exemple brésilien à l’égard des investisseurs étrangers installés en France. Je ne vois pas pourquoi ce qui marche au Brésil, avec les mêmes groupes internationaux, ne marcherait pas en France.

5/ Il faut créer un double taux d’imposition des sociétés, moins élevé pour les bénéfices réinvestis en France et plus élevés pour ceux investis à l’étranger ou versés aux actionnaires.

Cela fait, le taux d’imposition des grandes sociétés doit être équivalent à celui des petites entreprises, mais autour de 30 %, sans possibilité de niches fiscales.

6/ Le taux d’imposition des revenus tirés du capital doit être aligné sur celui des revenus tirés du travail.

7/ Prendre des mesures coercitives pour le rapatriement des fonds placés dans les paradis fiscaux, particulièrement à l’encontre des établissements bancaires.

Les paradis fiscaux c’est fini disait l’ineffable Sarkozy. Il ment à la manière des adolescents.

Est-ce que cela vous suffit ?

(s’inspirer de l’Islande et de l’Argentine).
Vous voulez donc que la France fasse défaut partiellement ou totalement sur sa dette, correct ?

- Le taux d’imposition des revenus tirés du capital doit être aligné sur celui des revenus tirés du travail.
Entièrement d'accord.
Paradis fiscaux, etc, idem.

Pour le reste, je vois mal comment luter contre les délocalisations dans un marché libre. L'entreprise va au plus efficace et au plus rentable pour l'actionnaire. A moins de changer les règles du capitalisme, je vois mal comment mettre en pratique ces incancations.
Pour ce qui est des fonctionnaires, je suis personnellement contre l'augmentation de leur nombre, et surtout, contre le statut d'employé à vie. Je suis pour la justice, où qu'elle s'exerce. Non au privilèges accordés aux revenus financiers, non aux privilèges accordés au fonctionnaire. Tout le monde à la même enseigne.

Lundi 28 novembre 2011 :

Alors que des pays comme l'Italie ou la Hongrie ont de plus en plus de mal à se financer à des taux viables sur les marchés, Moody's écrit que l'élan politique pour mettre en oeuvre une solution efficace à la crise pourrait n'être trouvé qu'après une série de chocs, ce qui pourrait mener davantage de pays à se voir privés d'accès aux marchés du financement pour une période prolongée.

L'agence Moody's fait là référence aux pays comme l'Irlande, la Grèce, le Portugal ou encore la Hongrie, qui ont dû bénéficier d'un ou plusieurs plans de sauvetage financier de la part de l'Union européenne ou du Fonds monétaire international.

Selon elle, d'autres pays pourraient avoir besoin de faire appel à ce genre de solution si l'UE ne parvient pas à trouver rapidement une réponse adéquate à la crise, et ces pays verraient alors très probablement leur note abaissée à celle d'un investissement spéculatif.

Au vu des événements des dernières semaines, Moody's indique devoir considérer la probabilité d'un scénario encore plus négatif.

Selon elle, la probabilité de défaillances multiples d'Etats de la zone euro n'est plus négligeable et ne cesse d'augmenter en l'absence de solution à la crise.

Si cette probabilité devait se matérialiser, cela augmenterait la probabilité qu'un ou plusieurs pays quittent la zone euro, ajoute l'agence, pour qui ce scénario d'une fragmentation de l'euro aurait des répercussions négatives pour tous les pays de la zone euro et de l'UE.

http://www.romandie.com/news/n/_Dette_les_notes_de_tous_les_pays_de_l_UE_sont_menacees_281120110611.asp

Lundi 28 novembre 2011 :

Le Trésor italien a émis lundi 567 millions d'euros d'obligations indexées sur l'inflation à échéance 2023 dont les taux d'intérêt ont bondi à plus de 7,3 %, a annoncé la Banque d'Italie.

Le montant levé s'inscrit dans le bas de la fourchette de l'objectif du Trésor qui comptait émettre entre 500 et 750 millions d'euros.

La demande est restée soutenue, s'élevant à environ 1,225 milliard d'euros, mais le Trésor peut décider, selon ses besoins, de ne pas émettre le montant maximum, notamment si le taux est trop élevé.

Signe de la méfiance des investisseurs, les taux de ces titres ont en effet bondi à 7,3 %, contre 4,6 % lors de la dernière opération similaire dont la Banque d'Italie ne précise pas la date.

Ce taux record n'est toutefois pas une surprise car il se situe au niveau où évoluent actuellement les taux à long terme de l'Italie qui sont jugés insoutenables, sur la durée, pour le pays, qui croule sous une dette colossale d'environ 1.900 milliards d'euros, soit environ 120 % du PIB.

Les titres émis lundi étant d'un type particulier en raison de leur indexation sur l'inflation, le nouveau véritable test sur les marchés pour l'Italie interviendra mardi, jour où le Trésor compte émettre entre 5 et 8 milliards d'euros d'obligations à moyen et long terme.

Vendredi, les taux d'emprunt de l'Italie s'étaient envolés à des niveaux record lors de l'émission de 10 milliards d'euros de titres à six mois et deux ans.

Les taux à six mois avaient bondi à 6,504 %, contre 3,535 % lors de la dernière opération similaire le 26 octobre 2011, et les taux à deux ans avaient bondi à 7,814 %, contre 4,628 % lors de la précédente émission.

Alors que l'Italie est au bord de l'asphyxie financière, le Fonds monétaire international a démenti lundi discuter avec Rome d'un plan de secours, après des informations du quotidien La Stampa indiquant que le FMI pourrait débloquer entre 400 et 600 milliards d'euros afin de permettre à l'Italie de disposer de 12 à 18 mois pour adopter des mesures budgétaires et des réformes économiques.

(Dépêche AFP)

@ ETF

Oui, je veux que la France fasse défaut partiellement sur sa dette. Sur celle dont l’origine est manifestement spéculative.

Pour ce qui est des délocalisations, je ne suis pas pour un marché libre, mais pour un marché régulé sur la base de la réciprocité des règles sociales, fiscales et environnementales. La thèse de la concurrence libre et non faussée est une supercherie. La réalité d’aujourd’hui est que la concurrence est libre et faussée.

Il faut donc changer les règles du capitalisme, à la manière dont cela est fait en Islande, Argentine et au Brésil.

Pour ce qui est des fonctionnaires, je suis pour l’augmentation de leur nombre à l’hôpital, dans la police, dans les palais de justice, dans l’enseignement, dans les organes de contrôle de la législation fiscale et sociale (inspecteurs du travail).

Je préfère payer des fonctionnaires que des chômeurs, surtout quand ils rendent des services et qu’en plus, ils consomment et payent des impôts.

Je n’ai jamais été fonctionnaire, ma femme l’a été, mais je suis prêt à remettre en cause leur statut d’employé à vie, mais seulement après qu’aient été très largement modifiées les règles du licenciement dans le secteur privé. Entre autres, tout licenciement qui aura été jugé abusif par les juges devra automatiquement permettre au salarié licencié de choisir s’il veut être réintégré dans son emploi ou percevoir des dommages et intérêts. Il faut en finir avec le droit de vie ou de mort sociale que s’arrogent trop d’employeurs, petits, moyens ou grands. Mon expérience de défenseur prud’homal des salariés m’en a beaucoup appris sur leurs pratiques.

J’ai plein d’autres idées très concrètes sur le sujet, déjà en forme juridiquement, mais il serait trop long que je les expose ici.

Je ne mets pas un signe d’égalité entre les privilèges accordés aux revenus financiers et les « privilèges » accordés aux fonctionnaires.

Votre souci de justice serait plus crédible si vous fustigiez les vrais privilégiés.

Les fonctionnaires sont des salariés comme je l’ai été et comme vous l’êtes peut-être. Par principe, je ne m’en prends pas à d’autres salariés. Ils tirent le diable par la queue comme moi. Et si alignement il doit y avoir entre les salariés du secteur public et ceux du secteur privé, je ne le conçois que par le haut.

Petit rectificatif.

Et dans le titre et dans le texte, j'ai malencontreusement écrit : Too big to paid, au lieu de Too big to pay.

Je concède que mon anglais est très approximatif. Je ne suis pas exportable.

Pan sur le bec, comme ils disent au Canard enchaîné.

La zone euro va exploser.

Après l’explosion de la zone euro, la Chine n’aura plus qu’à se baisser pour ramasser les morceaux.

Mardi 29 novembre 2011 :

Chine : une délégation va acheter des entreprises européennes en 2012.

Pekin (awp/afp) – Le gouvernement chinois enverra l’an prochain une délégation d’investisseurs chinois en Europe pour « acquérir des entreprises européennes », a déclaré le ministre chinois du Commerce Chen Deming, cité mardi par le quotidien « Global Times ».

« La Chine veut investir son important excédent commercial et ne veut pas détenir des milliards de dollars qui se déprécient », a déclaré M. Chen lundi lors d’une conférence à Pékin.

« Certains pays européens sont confrontés à la crise de la dette et espèrent pouvoir transformer leurs actifs en liquidités, c’est pourquoi nous allons encourager plus d’entreprises chinoises à acquérir des entreprises européennes », a encore expliqué le ministre chinois.

http://www.romandie.com/news/n/PRESSEChine_une_delegation_va_acheter_des_entreprises_europeennes_en_2012291120110711.asp

De toute manière, nous, on s'en fout...
Nous avons le "meilleur modèle social du monde", comme disait Bachelot hier soir dans C dans l'air...
Nos politiques ne semblent pas encore avoir réalisé que les "barbares" sont à nos portes. Nous , on est là avec nos 15.000 euros par mois à discuter gravement de la fraude sociale...
Mais où faudra-t-il en arriver pour que nos politiques reprennent conscience?

Pas de manifs pro-europe?
Pas de jeunes dans les rues, à la Klapisch, pour rappeler que l'idéal européen est bien vivant, que l'europe unie est tout aussi désirable qu'elle l'était il y a 20 ans? On manifest toujours contre. C'est l'occasion de le faire pour.

Mardi 29 novembre 2011 :

Italie : rendements records pour une adjudication de dette.

L'Italie a dû accepter mardi un rendement record depuis la création de la zone euro de près 8 % pour pouvoir émettre 7,5 milliards d'euros de papier à trois ans, un niveau qui place le coût de sa dette a un niveau de plus en plus difficilement soutenable.

La Banque d'Italie avait comme objectif de placer entre cinq et huit milliards d'euros de papier, et la demande a approché le haut de cette fourchette.

Les obligations à trois ans BTP ont été adjugées à un rendement record de 7,89 %, après 4,93 % lors d'une précédente adjudication du même type fin octobre, a précisé la Banque d'Italie.

Le ratio de couverture s'est élevé à 1,502.

Pour le papier à huit ans, le rendement moyen est ressorti à 7,28 %, avec un ratio de couverture de 1,538.

Les obligations à 10 ans ont été adjugées au rendement de 7,56 %, avec un ratio de couverture de 1,335.

En Belgique, les rendements des obligations d'Etat à court terme ont atteint un plus haut depuis novembre 2008 lors d'une adjudication de dette à trois et six mois également réalisée mardi.

http://www.lesechos.fr/investisseurs/actualites-boursieres/reuters_00403450-italie-rendements-records-pour-une-adjudication-de-dette-255706.php

D'après François Asselineau, nous aurions intérêt à sortir de l'Union Européenne et de l'euro au plus vite.
http://www.dailymotion.com/video/xkhjyw_1-4-f-asselineau-faut-il-avoir-peur-de-sortir-de-l-euro_news

Jeudi 1er décembre 2011 :

Le Trésor espagnol a émis jeudi pour 3,75 milliards d'euros d'obligations à 3, 4, et 5 ans, soit le maximum qu'il souhaitait emprunter, mais la tension des marchés s'est fait sentir, l'obligeant à concéder des taux d'intérêt en hausse.

Les taux ont augmenté par rapport aux dernières émissions similaires, passant au-dessus de la barre symbolique des 5 % :

- 5,187 % pour les obligations à 3 ans (contre 4,782 % lors de la précédente émission),

- 5,276 % pour celles à 4 ans (contre 3,639 % la dernière fois)

- et 5,544 % pour celles à 5 ans (contre 4,045 % avant), selon la Banque d'Espagne.

http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___L_Espagne_emprunte_375_mds_EUR_le_maximum_prevu_mais_les_taux_montent011220111112.asp

Zone euro : la bombe à retardement des dettes arrivant à maturité.

Décembre 2011 :
La France va devoir emprunter 37,1 milliards d’euros.
L’Italie va devoir emprunter 22,5 milliards d’euros.
L’Espagne va devoir emprunter 12,2 milliards d’euros.

Janvier 2012 :
La France va devoir emprunter 52,9 milliards d’euros.
L’Italie va devoir emprunter 15,6 milliards d’euros.
L’Espagne va devoir emprunter 9,2 milliards d’euros.

Février 2012 :
La France va devoir emprunter 35,9 milliards d’euros.
L’Italie va devoir emprunter 53,1 milliards d’euros.
L’Espagne va devoir emprunter 14,5 milliards d’euros.

Mars 2012 :
La France va devoir emprunter 17,4 milliards d’euros.
L’Italie va devoir emprunter 44,2 milliards d’euros.
L’Espagne va devoir emprunter 8,8 milliards d’euros.

Avril 2012 :
La France va devoir emprunter 34,4 milliards d’euros.
L’Italie va devoir emprunter 44,5 milliards d’euros.
L’Espagne va devoir emprunter 22,7 milliards d’euros.

Le journal « Der Spiegel » a publié le dessin de toutes ces bombes à retardement : sur ce dessin, les bombes les plus énormes sont les bombes italiennes.

http://www.spiegel.de/international/europe/bild-800351-287703.html

"l'euro conduit à une mauvaise allocation des capitaux et fait passer l'argent de ceux qui le gagnent à ceux qui ne le gagnent pas."
Charles Gave

Je trouve ça très bon.

http://tiny.cc/5sqqk

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.