Ma Photo

Actualité

  • Parution le 15 mars 2012

    Actu

    Paru le 2 novembre 2009

    Actu

    Actu

    Traductions

    Actu
    Corée

    Actu

    Corée

    Actu

    Inde

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Chine

    Actu

    Pologne

    Actu

    Etats-Unis

    Actu

    Argentine

    Actu

    Corée

    Actu

    Espagne

    Actu

    Portugal

    ----------

    Actu

    Actu

    Actu

« Le retour de l'utopie | Accueil | L' euro bouge encore »

Commentaires

Vendredi 18 mai 2012 :

Il n'y a pas que la Grèce.

Il n'y a pas que l'Espagne.

Ce sont les cinq Etats européens périphériques qui sont en train de s'effondrer.

D'après les calculs de la Deutsche Bank, l'Irlande va avoir besoin d'un deuxième plan de sauvetage :

Ireland "may need" second bailout.

Ireland's bailed-out banks may need as much as € 4 billion more loan loss provisions than assumed in stress tests last year, which could "tip the balance in favor" of the country requiring a second aid program, Deutsche Bank said in a report today.

http://www.irishtimes.com/newspaper/breaking/2012/0518/breaking28.html

Charles Gave souligne que le problème essentiel dans le fonctionnement de l'Euro est la divergence de compétitivité des économies (il a donné l'exemple de l'Italie et de l'Allemagne sur son blog La Faillite de l'Etat).
Pour votre part Monsieur Sorman, vous mettez l'accent sur la solvabilité budgétaire et donc sur la réduction des déficits.
Mais vous ne dites pas comment la France peut être solvable avec une monnaie trop forte pour son économie et sans la possibilité de dévaluer pour pouvoir avec des réformes retrouver une compétitivité qui assure des recettes fiscales pour solvabiliser le budget de l'Etat.
Que faire ? Supprimer l'Etat dans son ensemble ? Parce que même en faisant le choix d'un Etat minimal il arrivera un moment ou le déclin de l'économie française dû à l'Euro ne permettra pas même dans ce cas là d'éviter le déficit budgétaire.

"les déficits publics sont la cause première, en ce moment , de la croissance lente ou nulle dans les pays du G8." Mouaif. Quand bien même les déficits seraient moindres, la croissance serait anémique.
Le terme "croissance" ne veut d'ailleurs plus rien dire. Il faudrait distinguer plusieurs formes de croissance. La croissance saine, et la croissance dopée, ou "croissance à bulles".
Voyez l'Espagne et sa bulle immobilière, Londres et sa bulle financière, Athènes et sa bulle Olympique (épique).
Votre Europe de la monnaie et unique et du marché unique, sans plus, ne peut qu'exploser en vol. Etonnant que vous soyez à ce point dans la dénégation. Ce n'est pas l'économie "théorique" ou les économistes, qui ne mentent pas, ce sont les faits. Il y aura intégration politique et économique, et transfert de richesses entre états, comme c'est le cas aux USA, ou c'est terminé.
Et comme les allemands refuseront dans leur majorité de payer pour les grecs, les portugais, les espagnols, les irlandais, et que ces derniers voudront, comme les grecs, le beurre, l'argent du beurre, et leur dignité nationale, tout ce bel édifice est voué à s'effondrer.
C'est con, mais c'était prévisible, et nos pragmatistes et perfides Anglais l'avaient vu venir depuis bien longtemps. Restera-t-il un mini-euro au nord, et la France en fera-t-elle partie? J'en doute. Tout le monde voudra reprendre ses billes et sa fierté nationale. L'Europe manque de liant. Les européens ne se sentent pas encore assez "européens". Ils regretteront, bien entendu. Un jour, peut-être, les USE, Unites States of Europe. Il est des ponts qu'il faut traverser en courant, de peur qu'ils ne s'écroulent à mi-chemin.

" Mais vous ne dites pas comment la France peut être solvable avec une monnaie trop forte pour son économie et sans la possibilité de dévaluer pour pouvoir avec des réformes retrouver une compétitivité qui assure des recettes fiscales pour solvabiliser le budget de l'Etat. "

L'euro fort a toujours été un prétexte pour justifier les problèmes de compétitivité de la France; alors que l'Allemagne avec le même euro fort s'en sort très bien.

@ ETF,

Pas mal le coup de la " bulle olympique " pour la Grèce. J'ai bien rigolé.

D.J


DJ vous oubliez que lorsque l'Allemagne a fait ses réformes au début des années 2000 le cours de l'Euro était beaucoup plus bas.

Mardi 22 mai 2012 :

Italie : l'Istat plus pessimiste que le gouvernement sur le PIB en 2012 : - 1,5 %.

L'institut italien de statistiques Istat a annoncé mardi tabler sur une contraction du produit intérieur brut (PIB) de 1,5% cette année en Italie, dont l'économie a été plombée par l'austérité, alors que le gouvernement de Mario Monti mise sur un recul de 1,2%.

Selon l'Istat, ce recul marqué du PIB sera dû à une "contraction de la demande intérieure" de l'ordre de 3,3%, qui ne sera "pas pleinement compensée" par les exportations qui devraient progresser de 1,2%, et aux "effets des plans d'assainissement budgétaire".

Bruxelles, l'OCDE et le FMI sont également plus pessimistes que le gouvernement Monti et prévoient respectivement une contraction de 1,4%, de 1,7% et de 1,9% du PIB italien cette année.

L'Italie, entrée officiellement en récession fin 2011 avec deux trimestres consécutifs de repli du PIB, s'y est enfoncée au premier trimestre 2012, avec une nouvelle contraction de son activité économique de 0,8%, sous le poids des plans d'austérité adoptés à la chaîne depuis 2010 pour rassurer les marchés.

http://www.romandie.com/news/n/CORRItalie_l_Istat_plus_pessimiste_que_le_gouvernement_sur_le_PIB_en_201220220520121315.asp

@ Jean,

Il y a quelques années Sarkozy ou son gouvernement accusaient l'Euro fort de pénaliser les exporations français alors qu'à la même époque l'Allemagne les augmentait. Sorman avait justement évoqué cela dans un de ses billets.

D.J

Si l'Euro vaut si cher, c'est parce qu'une partie importante de la population européenne, principalement les allemands, réussissent très bien à produire des biens et services attrayants.
Si l'Allemagne réussis si bien, c'est parce que les allemands se lèvent le matin et travaille dure (et efficacement) pour gagner leur pitance.

Ce n'est pas l'Euro fort qui provoque la richesse des allemands mais le travail acharné des allemands qui font que l'Euro est si fort. Le reste n'est que tromperie habituel des gauchistes socialeux qui doivent absolument accusé les autres de leur propres échecs économiques et moraux.


Durée annuelle du travail, en heures :

Pays-Bas
1950 : 2 300
2007 : 1 413

Allemagne
1950 : 2 370
2007 : 1 432

France
1950 : 2 230
2007 : 1 559

http://insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1273/ip1273.pdf

Innovateurs, entrepreneurs etc... toujours la même chanson. de quoi parle-t'on? quels nouveaux produits ou nouvelle "efficience"? et les consommateurs? Pour ma part, quand je vois certaines prospectives venant de ceux qui font de la "veille technologique", je sais que je ne participerai pas beaucoup à leur croissance, je n'ai pas besoin de la plupart de ce qu'on m'annonce. j'ai 25OO euros net par mois, 25 ans, une bagnole de 10 ans, un pc pourri de 5, un tel portable de merde qui suffit, un loyer de 700 et le reste dans la bouffe régionale, les livres, le théâtre, le cinoche. Pas envie de croître avec vous. je me battrai pour autre chose.

Le G8, 9, 10, 20, 30, etc ne sont que des mises en scène pour faire croire que ces "pauvres" (intellectuellement) élus servent à quelques chose.
La croissance est du côté des pays émergents.
Le libéraux vont fondre et l'humain, l'égalité feront leur entrée en toute leur splendeur.

Vous avez suivi la campagne présidentielle française en ligne, avez discuté, échangé de l'information ? Votre avis nous intéresse !
Participez à notre enquête en ligne http://enquetes.enpolitique.com/s/France2012/?pe=56101

Nous vous invitons également à diffuser le sondage auprès de vos contacts.
Merci de votre participation !
projet@enpolitique.com

@BA

Personne ne lit vos interventions.

Personne ne répond à vos interventions.

Je pense qu'il est temps pour vous de vous rendre à l'évidence : vous n'intéressez personne.

Merci d'arrêter de troller ce blog.

Mercredi 23 mai 2012 :

Prenons trois Etats européens du nord : l'Allemagne, les Pays-Bas, la Finlande.
L'Allemagne, les Pays-Bas et la Finlande sont notés AAA. Dans la classe "ZONE EURO", ce sont trois excellents élèves. Lorsqu'ils lancent un emprunt sur les marchés internationaux, ils doivent payer un taux d'intérêt très bas.
Taux des obligations à 10 ans :
Allemagne : 1,384 %.
Finlande : 1,707 %.
Pays-Bas : 1,869 %.

Prenons trois Etats européens périphériques : l'Espagne, le Portugal, la Grèce. Dans la classe "ZONE EURO", ce sont trois cancres. Lorsqu'ils lancent un emprunt sur les marchés internationaux, ils doivent payer un taux d'intérêt très élevé.
Taux des obligations à 10 ans :
Espagne : 6,204 %.
Portugal : 12,327 %.
Grèce : 29,943 %.
Si des euro-obligations étaient créées, les 17 Etats membres de la zone euro se financeraient en empruntant sur les marchés internationaux et en payant le même taux d'intérêt pour les 17 Etats membres.

Si des euro-obligations étaient créées, l'Allemagne, les Pays-Bas et la Finlande seraient obligés de payer un taux d'intérêt supérieur au taux d'intérêt qu'ils paient aujourd'hui.

Mais en revanche le Portugal, l'Irlande, l'Italie, la Grèce et l'Espagne paieraient un taux d'intérêt beaucoup plus bas que le taux d'intérêt qu'ils paient aujourd'hui.

En clair : les meilleurs élèves seraient punis. Les cancres seraient récompensés.

http://www.latribune.fr/bourse/actualite/20120522trib000699728/taux-l-ecart-entre-les-bons-et-les-mauvais-eleves-de-la-zone-euro-se-creuse.html

@BA

Mais vous êtes toujours là avec vos taux d'intérêt Bloomberg ?

Cela fait quoi maintenant, 5 ans ???

A un moment, il faut oser se remettre en question !!!

Comme cela a été montré et démontré à maintes reprises, on ne peut pas tirer de conclusions simplistes (comme vous le faites) de cette information.

De grâce, arrêtez de vous rendre ridicule...

Jeudi 24 mai 2012 :

L'activité se replie en Allemagne.

L'activité dans le secteur manufacturier en Allemagne a enregistré au mois de mai sa plus forte contraction en trois ans, relançant les inquiétudes sur un ralentissement de la première économie européenne.

L'indice PMI manufacturier calculé par Markit pour l'Allemagne en première estimation a reculé à 45 ce mois-ci, après 46,2 en avril (consensus 47). C'est la plus forte contraction du secteur manufacturier depuis juin 2009.

Les composantes des nouvelles commandes et les commandes à l'export dans le secteur ont reculé pour le onzième mois consécutif à respectivement 43,6 et 43.

L'indice PMI des services est quant à lui resté stable à 52 en mai, en ligne avec les attentes des économistes interrogés par Reuters.

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/05/24/97002-20120524FILWWW00463-l-activite-se-replie-en-allemagne.php

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.